Les Foufounes électriques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Foufounes électriques
Foufounes electriques 01.jpg
Entrée des Foufounes électrique
Présentation
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

Les Foufounes électriques est un bar, une discothèque, une galerie d'art et une salle de spectacle situé à Montréal[1]. Un de ses attraits principaux reste son décor très spectaculaire[2]. D'abord un lieu d'expression de la culture underground punk, il s'y est développé une tradition de « peinture en direct » où des artistes réalisent une œuvre sous forme de performance. Avec le temps, « Les Foufs » sont devenues une véritable institution de la mouvance underground au Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'endroit est fondé en 1983 dans un petit local de la rue Sainte-Catherine par Normand Boileau, François Gourd et Bernard Paquet[1]. Sa localisation, en plein Red light montréalais, non loin de l'Université du Québec à Montréal, favorise sa popularité auprès de la faune underground. Les Foufs ont connu de nombreuses expansions au fil des années; ainsi, la terrasse du rez-de-chaussée fut construite sur un ancien terrain vague[3].

Le bar fut brièvement forcé de fermer ses portes pendant quelques mois en 1993-94, à cause d'une accumulation de dettes et de la méfiance des autorités municipales[3]. S'en suivit un tollé de la clientèle et de nombreux artistes locaux. Enfin, un nouvel investisseur permit au bar de reprendre ses activités[4].

Depuis son ouverture, le bar fait figure d'épicentre de la culture punk, gothique et alternative de Montréal. Plusieurs artistes mondialement reconnus s'y sont produits sur scène, incluant Nirvana, Marianne Faithful, Green Day et Queens of the Stone Age[5],[6]. De nombreux groupes locaux y ont aussi offert des concerts[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Une soirée aux Foufounes Électriques ; sur le site de Radio Canada
  2. imtl.org
  3. a et b Emmanuel Delacour, « Un phare de la scène alternative à Montréal: 30 ans des Foufounes électriques », 24h Montréal,‎ (lire en ligne)
  4. Philippe Papineau, « Attaque locale aux Foufs : l'incontournable salle les Foufounes électriques offre quatre concerts gratuits pour célébrer ses 24 ans », Le Devoir,‎ , B1
  5. Kathy Béland, « Les griffes de la nuit », Voir,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Jean-Yves Girard, « Histoire de fesses: les Foufounes électriques ont 20 ans », Le Devoir,‎ , B4

Lien externe[modifier | modifier le code]