Les Footballeurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Footballeurs
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
81 × 64 cm
Localisation

Les Footballeurs est une série d'une quinzaine d'huiles sur toile ou sur carton de Nicolas de Staël réalisée en 1952, à Paris.

Certains tableaux de la série sont intitulés Le Parc des Princes : les footballeurs, et d'autres Les Footballeurs (Parc des princes). Mais le tableau Le Parc des Princes ne peut être confondu avec ceux-là car il offre un traitement différent du même sujet, avec des formats beaucoup plus grands.

Une grande partie de la série Les Footballeurs a été exposée dans la rétrospective Nicolas de Staël de 2003 au Musée national d'Art moderne, Paris, ainsi que celle de 2010 à la Fondation Gianadda, Martigny, Suisse, qui portait sur les œuvres de 1945 à 1955.

Un des tableaux de la série (celui qui fait l'objet de l'encadré) est une huile sur toile de 64 × 81 cm; il appartient à la Fondation Gianadda de Martigny. Il a la particularité d'être localisable, ce qui n'est pas le cas pour tous les tableaux de la série[1]. Celui-ci est une huile sur toile, d'autres sont des huiles sur carton comme indiqué dans la liste.

Article détaillé : Œuvres de Nicolas de Staël.

La série[modifier | modifier le code]

Registre Œuvre Date Format Dimensions (cm) Musée Ville Réf.
Les Footballeurs I 1952 huile sur toile 25 × 32 cm Galerie Jeanne Bucher Paris [2]
Les Footballeurs II 1952 huile sur toile 16 × 22 cm Musée des beaux-arts de Dijon Dijon [3]
Les Footballeurs III 1952 huile sur toile 14 × 22 cm Musée des beaux-arts de Dijon Dijon [4]
Les Footballeurs IV 1952 huile sur toile 19 × 22 cm Musée des beaux-arts de Dijon Dijon [4]
Les Footballeurs V 1952 huile sur toile 22 × 27 cm Musée des beaux-arts de Dijon Dijon [5]
Les Footballeurs VI 1952 huile sur toile 19 × 27 cm Musée des beaux-arts de Dijon Dijon [5]
Les Footballeurs VII 1952 huile sur carton 61 × 74,9 cm Museum of Contemporary Art Los Angeles [6],[7]
Les Footballeurs VIII 1952 huile sur toile 81 × 65 cm Modern Art Museum of Fort Worth Fort Worth [7]
Les Footballeurs IX 1952 huile sur toile 19 × 27 cm Collection de la galerie Cazeau-Béraudière Paris [3]
Les Footballeurs X 1952 huile sur toile 81 × 65 cm Collection privée NC [8]
Les Footballeurs XI 1952 huile sur toile 65 × 81 cm Collection de la Galerie Daniel Malingue Paris [9]
Les Footballeurs XII 1952 huile sur toile 80 × 65 cm Donation anonyme à l'État français sous réserve d'usufruit (2000) Aix-en-Provence [10]
Les Footballeurs XIII 1952 huile sur toile 81 × 65 cm Collection privée NC [11]
Les Footballeurs XIV 1952 huile sur carton 22,5 × 16,3 cm Collection privée NC [12]
Les Footballeurs XV 1952 huile sur toile 25 × 32 cm Collection privée Paris [12]
Les Footballeurs XVI 1952 huile sur carton marouflé sur bois 13 × 16,5 cm Collection privée NC [12]

Contexte[modifier | modifier le code]

L'année 1952 a commencé par une exposition décevante. À Londres à la Matthiesen Gallery où 26 tableaux de Staël ont été présentés[13], le vernissage est mondain mais il n'a eu aucun succès[14].

Staël est un peu ébranlé, Londres le fait douter. Mais bientôt un évènement fait exploser son enthousiasme. Le 26 mars 1952 a lieu au Parc des Princes le match de football France-Suède auquel Staël assiste avec sa femme[15]. Le peintre ressort du Parc transformé, habité par les couleurs qu'il veut immédiatement porter sur la toile[16].

Il passe la nuit à peindre dans son atelier, commençant une série les petites ébauches qui vont devenir Les Footballeurs sujet qu'il traite avec de très vives couleurs dans plus d'une quinzaine de tableaux qui vont du petit au grand format, des huiles sur toiles, ou huiles sur carton[17]. Staël se livre tout entier à sa passion des couleurs et du mouvement. Le clou de ce travail, après cette nuit passée sur les ébauches des footballeurs, apparaît au bout d'une semaine. C'est Le Parc des Princes, qui va faire l'objet de vives critiques, lesquelles contribuent à éloigner Staël encore davantage de l'art abstrait dont il s'était déjà détaché[18].

Description[modifier | modifier le code]

Le sujet principal d'à peu près tous les tableaux est une vue rapprochée et très colorée des joueurs en groupe, ou légèrement isolés. La toile de la Fondation Gianadda est construite sur une harmonie de bleu, de blanc et de rouge. On y voit au centre le bloc massif des joueurs composés de carreaux de couleur[19]. Staël a utilisé un châssis de même format en le retournant à la verticale pour composer Les Footballeurs X aux contrastes plus violents, avec une pâte plus mince. Cette œuvre où une silhouette jaune apparaît sur une grande plage de rouge, annonce déjà les grandes marines méditerranéennes que le peintre développera par la suite[20]. Elle diffère beaucoup des autres peintures de la même série

Ce format vertical : 81 × 65 cm, Staël l'utilise plusieurs fois, notamment pour Les Footballeurs X où il a développé intensément la couleur et le mouvement. Là se dégage une impression de vitesse avec une silhouette au premier plan, jambe levée, qui peut tout autant avoir lancé la balle que s'apprêter à la réceptionner. Les joueurs sont beaucoup plus détaillés que dans les autres toiles[21], avec de larges empâtements à la truelle[21].

C'est ce même format et cette même technique qu'il choisit pour Les Footballeurs XIII. Pour les petits formats du Musée de Dijon, c'est également le mouvement et l'éclatement de la couleur qui prime.

Réception et critique[modifier | modifier le code]

On ne peut pas dissocier la réception des Footballeurs de celle du Parc des Princes . Ceux qu'il appelait " le gang de l'abstraction avant" dans une lettre à Bernard Dorival[22], ne ménagent pas leurs critiques sur celui qui a "dévié". Comme Jean Arp ou Jean Hélion, Staël est déclaré coupable d'avoir abandonné ses recherches abstraites, il est traité de contrevenant politique selon l'expression d'André Lhote[23], c'est-à-dire d'avoir abandonné l'abstraction pour le figuratif.

Cette querelle sur l'abstraction et le figuratif faisait dire à André Breton : « Le novateur authentique, à qui marchands et critiques défendent aujourd'hui, pour des raisons de vogue, toute autre voie que celle du non-figuratif n'a pas grande chance de s'imposer[24]. »

Pourtant ces œuvres vaudront à de Staël l'admiration du grand marchand d'art de New York Paul Rosenberg et celle du public américain au point qu'il va être dès l'année suivante un des peintres les plus achetés aux États-Unis[25].

Louis Aragon écrit beaucoup plus tard:

« [...] J’ai connu Gris et je connais Chagall. J’ai connu Miró, Max Ernst, André Masson, Fernand Léger. J’ai passé sans le voir Nicolas de Staël. On ne prend pas à coup sûr la modulation de fréquence qu’il faudrait [...][26] »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prat et Bellet 1995, p. 72-73
  2. Prat et Bellet 1995, p. 70-71
  3. a et b Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 137
  4. a et b Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 140
  5. a et b de Staël 1997, p. 344
  6. Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 141
  7. a et b de Staël 1997, p. 347
  8. Prat et Bellet 1995, p. 66-67
  9. Prat et Bellet 1995, p. 68-69
  10. Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 139
  11. Prat et Bellet 1995, p. 74-75
  12. a b et c de Staël 1997, p. 346
  13. Greilsamer 1998 et 2001, p. 225
  14. Prat et al. 2010, p. 187
  15. Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 131
  16. Greilsamer 1998 et 2001, p. 220
  17. Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 136-141
  18. Greilsamer 1998 et 2001, p. 221-222
  19. Prat et Bellet 1995, p. 72
  20. Prat et Bellet 1995, p. 74
  21. a et b Prat et Bellet 1995, p. 66
  22. septembre 1950, citée par Prat et Bellet 1995, p. 199
  23. Greilsamer 1998 et 2001, p. 222
  24. André Breton, Entretiens, éditions Gallimard, Paris, 1952, réédition 1960
  25. Ameline, Pacquement et Ajac 2003, p. 124
  26. Écrits sur l’art moderne, Flammarion, 1981, (ISBN 2-08124-084-X) cité par Greilsamer 1998 et 2001, p. 181

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]