Les Flèches des cathédrales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Flèches des cathédrales
Vue de la sculpture monumentale Les Flèches des Cathédrales de Georges Saulterre.jpeg
Les Flèches des cathédrales en bordure de l'autoroute
Artiste
Date
1989
Type
Technique
Acier inoxydable poli miroir
Dimensions (H × L)
21 × 10 m
Mouvement
Propriétaire
Localisation
En bordure de l'A10, Forges-les-Bains (France)
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Les Flèches des cathédrales est une sculpture monumentale en métal, réalisée par Georges Saulterre et installée en 1989 en bordure de l'A10 sur le territoire de Forges-les-Bains. D'une hauteur de 21 mètres elle pèse 30 tonnes. En 1998, la sculpture était mentionnée dans le Livre Guinness des records comme étant « la sculpture la plus haute faite par un homme ». Elle a été acquise par Cofiroute[1].

Georges Saulterre est considéré comme un spécialiste de l'art monumental, il est aussi le créateur, entre autres, de Sur la trace des Vikings.

Inspiration[modifier | modifier le code]

« Mon inspiration est minérale. Elle vient peut être des roches, de la terre. J’aime le mystère calme et ordonné de la géologie, sa pérennité. J’aime les architectures naturelles, l’organisation fascinante des cristaux, l’agrégat composite de cubes de pyrite, le quartz et le minerai… Ils me stimulent comme la pomme de Newton ou les pommes de Cézanne ; ils mettent mon imagination au travail. Je voudrais que mes œuvres évoquent cette même perfection, cet équilibre esthétique où se mêlent le hasard des contingences et les nécessités structurelles.

Toutes les matières sont belles, mais je préfère le métal : c’est le squelette et la peau de mes sculptures monumentales. Il me permet de concilier les exigences de la technique et le plaisir tactile et visuel des surfaces polies. Je n’aime pas la fantaisie, mais la force, les formes vives, les masses aux arêtes tranchantes et nettes comme celles du cristal. C’est là le trait constant de mes créations depuis plusieurs années : du Signal des Alpes, des Flèches des cathédrales jusqu’à Sur la trace des vikings[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A.Champagne et Thomas Schlesser, « L'art d'autoroute : monumental, invisible... forcément médiocre ? », sur rue89.nouvelobs.com, .
  2. Extrait du discours de Georges Saulterre lors de l’inauguration des Flèches des cathédrales par la Sté Cofiroute (1989)