Les Figures de l'ombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Figures de l'ombre
Titre original Hidden Figures
Réalisation Theodore Melfi
Scénario Allison Schroeder
Theodore Melfi
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox 2000 Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame biographique
Durée 127 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Figures de l'ombre (Hidden Figures) est un drame biographique américain coécrit, coproduit et réalisé par Theodore Melfi, sorti en 2016.

Il s'agit de l'adaptation du livre intitulé Hidden Figures de Margot Lee Shetterly mettant en scène la physicienne, mathématicienne et ingénieure spatiale américaine Katherine Johnson qui a contribué aux programmes aéronautiques et spatiaux de la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Réputée pour ses compétences en navigation astronomique, elle a calculé les trajectoires du programme Mercury et de la mission Apollo 11 vers la Lune en 1969[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les parents de Katherine Goble apprennent que leur fille possède un don pour les sciences, qu'elle doit parfaire en fréquentant une école pour Noirs dotés d'aptitudes intellectuelles supérieures. En 1962, devenue mathématicienne, elle travaille au sein d'un groupe de calculatrices humaines, sur le campus ouest du Centre de recherche Langley à Hampton en Virginie aux États-Unis, avec deux amies et collègues : l'aspirante ingénieure Mary Jackson et la superviseure d'équipe Dorothy Vaughan. À la suite du lancement réussi de Spoutnik 1, Al Harrison, directeur du Space Task Group, exige encore plus d'efforts de la part des employés sous sa supervision de crainte que les Soviétiques ne mettent en orbite une bombe H pouvant exploser au-dessus du sol américain. Katherine est envoyée dans son groupe pour vérifier les calculs. Elle devient la première Afro-Américaine à participer à ce groupe de recherche. Au début, elle est ignorée de ses collègues blancs et doit travailler sous les ordres de Paul Stafford, un homme croyant en sa supériorité intellectuelle et refusant de reconnaître le travail de Katherine.

De son côté, Dorothy demande à Vivian, sa supérieure blanche, que son travail de superviseure soit officiellement reconnu. Cette demande est rejetée au motif que c'est compliqué. Pour sa part, à la suite d'un échec en soufflerie, Mary propose à l'ingénieur Kazimierz Czarnecki des mesures correctrices. Après quelques semaines de collaboration, ce dernier lui conseille d'étudier pour devenir ingénieure. Elle rejette sa proposition au motif qu'elle est Noire. Il réplique qu'il est Juif polonais, qu'il a échappé aux camps d'extermination nazi et que, pourtant, il travaille à l'élaboration d'une fusée qui ira dans l'espace.

Lors d'une fête familiale, Katherine rencontre le militaire américain Jim Johnson. Les deux sont attirés l'un par l'autre, mais Katherine réagit négativement lorsque Jim doute qu'une femme puisse être une mathématicienne de talent. Plus tard, au centre de calculs, Harrison demande pourquoi Katherine quitte les locaux pendant 40 minutes deux fois par jour. Lorsqu'elle revient, il exprime sa colère et elle réplique qu'elle doit se rendre aux toilettes des Noirs dans un autre bâtiment à un kilomètre de là, qu'elle doit se servir à une cafetière pour gens de couleur et qu'elle ne peut s'acheter un collier de perles à cause de son faible salaire. La même journée, Harrison abolit les toilettes pour personnes de couleur. Quelques jours plus tard, il invite ses subordonnés à résoudre un problème mathématique pour lequel il n'existe aucune équation. Katherine propose une méthode purement numérique conçue par le mathématicien Leonhard Euler deux siècles plus tôt, à l'étonnement de Paul Stafford.

Le centre reçoit la visite des futurs astronautes, dont John Glenn qui salue en personne les calculatrices humaines. Le temps passant, les collègues de Katherine commencent à montrer plus d'ouverture. Malgré l'opposition de Stafford, Harrison accepte qu'elle participe aux réunions de planification des lancements de fusées. Lors de la première réunion, elle démontre son expertise en calculant devant les hommes réunis la position de rentrée d'une capsule spatiale. Cependant, malgré tous ses succès, Stafford refuse de reconnaître l'expertise de Katherine (tous les rapports sont seulement signés de son nom à lui).

De son côté, Mary obtient d'un juge le droit de suivre des cours du soir en ingénierie dans une école exclusivement pour Blancs. Vivian informe Dorothy que les calculatrices humaines seront remplacées par un ordinateur IBM 7090. Dorothy apprend donc le Fortran, qu'elle enseigne aux femmes sous sa supervision. Étant parvenue à faire fonctionner l'ordinateur, ce que les techniciens d'IBM ne parvenaient pas à faire, elle obtient le droit de programmer. Son travail étant jugé essentiel, ses subordonnées sont transférées à la division des calculs informatiques. Plus tard, Vivian félicite Dorothy de ses succès et déclare qu'elle n'a jamais été ségrégationniste, mais Dorothy exprime habilement son doute. Entretemps, Jim Johnson s'excuse auprès de Katherine ; les deux se marieront plus tard dans le film.

Lors des derniers préparatifs du lancement de Friendship 7 qui amènera John Glenn en orbite, Katherine apprend que ses services ne sont plus requis et qu'elle est assignée à l'unité des calculatrices humaines. En guise de cadeau de départ, ses collègues lui ont acheté un collier de perles. Quelques minutes avant le lancement, Stafford observe des divergences dans les calculs informatiques. Glenn exige que Katherine revoie immédiatement les calculs et qu'il partira seulement si elle est d'accord. Katherine calcule à nouveau et rapidement les paramètres, qu'elle remet à Harrison et qui l'invitera à entrer dans la salle de contrôle de la mission.

Après un lancement réussi, la capsule spatiale éprouve des problèmes avec son bouclier thermique. Les hommes au sol décident qu'elle doit rentrer dans l'atmosphère après seulement trois orbites complètes au lieu des sept programmées. Mary travaille de son côté sur les nouveaux paramètres de rentrée orbitale, qui s'avéreront corrects puisque la capsule de Glenn tombera dans l'océan Atlantique à quelques kilomètres d'un navire de guerre américain. Glenn est ensuite fêté comme un héros national.

Mary a entretemps obtenu sa licence en ingénierie. L'épilogue révèle que Katherine calculera les trajectoires des missions du programme Mercury et d'Apollo 11. En 2015, elle reçoit la médaille présidentielle de la Liberté, alors que l'année suivante, la division responsable des calculs du Centre de recherche Langley sera nommée « Katherine G. Johnson Computational Research Facility ». Elle est toujours mariée avec Jim Johnson.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[2] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[3]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En , on annonce que la productrice Donna Gigliotti a obtenu les droits d'adaptation du livre intitulé Hidden Figures de Margot Lee Shetterly racontant les faits divers dans les années 1960 sur Katherine Johnson en compagnie de ses collègues Dorothy Vaughan et Mary Jackson, trois mathématiciennes afro-américaines. Ces personnes ont contribué aux programmes aéronautiques et spatiaux de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) en fournissant des calculs mathématiques pour le lancement de John Glenn et ses collègues astronautes dans l'espace[1]. Allison Schroeder écrit le scénario, déjà rédigé par Donna Gigliotti pour Levantine Films qui produira également avec Peter Chernin de Chernin Entertainment. Fox 2000 Pictures procure les droits du film, en même temps que Theodore Melfi signe le contrat en tant que réalisateur[1].

Scénario et vérité historique[modifier | modifier le code]

Les travaux des trois héroïnes du livre, et du film, pour le compte de la NASA sont incontestables.

Le livre et le film font une place déterminante aux calculs mathématiques, alors que ceux-ci prennent place dans un ensemble de travaux souvent complexes, tels que la conception et la construction d'un vaisseau spatial, par exemple. L'Opération Paperclip fait partie des facteurs déterminants pour doter la NASA de moyens humains et technologiques avancés.

La NASA reconnaît la contribution cruciale de l'équipe de mathématiciennes au vol de John Glenn[4]. L'agence américaine y voit, en 2017, la trace de la diversité de ses équipes. La NASA comme Margot Lee Shetterly indiquent n'avoir jamais "caché" le travail de ces femmes, exposé depuis 1990[4].

Le personnage de Al Harrison s'inspire de Bob Gilruth, mais n'a pas existé réellement ni exercé durant une aussi longue période de temps. Le personnage de Vivian Mitchell est fictif ; il vise à représenter l'attitude de dirigeantes blanches, à l'époque du film.

Le film enjolive à dessein certains faits ; par exemple, dans sa dernière partie, Katherine Johnson réalise des calculs sophistiqués en moins d'une heure, ce qui n'est pas compatible avec la réalité[5]. La NASA considère que cette scène s'inspire librement des faits[4]. L'ordinateur avait produit le même résultat, confirmé par le calcul humain.

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Dès l'annonce du développement du film, plusieurs actrices répondirent à l'appel pour jouer les rôles des trois femmes afro-américaines, dont Oprah Winfrey, Viola Davis, Octavia Spencer et Taraji P. Henson[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Theodore Melfi et l'équipe du film commencent le tournage en à Marietta[6], près d'Atlanta en Géorgie, où se trouve un pôle aéronautique avec l'usine Lockheed Martin.

Musique[modifier | modifier le code]

L'auteur-compositeur-interprète Pharrell Williams rejoint l'équipe en en tant que producteur, et en tant que parolier avec sa participation à la bande originale du film[7].

The Album[modifier | modifier le code]

Hidden Figures
The Album
Bande originale de divers artistes
Sortie [8]
Genre R'n'B, soul
Producteur Pharrell Williams
Critique

Hidden Figures: The Album regroupe des chansons écrites spécialement pour le film par Pharrell Williams, notamment Runnin' et Surrender. Il est ici entouré de plusieurs chanteuses R'n'B-soul.

Liste des titres[10]
No Titre Interprètes Durée
1. Runnin' Pharrell Williams 3:35
2. Crave Pharrell Williams 2:53
3. Surrender Lalah Hathaway & Pharrell Williams 3:35
4. Mirage Mary J. Blige 3:15
5. Able Pharrell Williams 3:01
6. Apple Alicia Keys & Pharrell Williams 3:47
7. Isn't This is the World Janelle Monáe 4:12
8. Crystal Clear Pharrell Williams 2:48
9. Jalapeño Janelle Monae & Pharrell Williams 2:50
10. I See a Victory Kim Burrell & Pharrell Williams 3:07

Original Motion Picture Score[modifier | modifier le code]

Un autre album, avec la musique originale de Hans Zimmer, Pharrell Williams et Benjamin Wallfisch, est également prévu[11].

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film est programmé pour une sortie limitée le afin d'être dans la sélection de la 89e cérémonie des Oscars, qui a lieu le 26 février 2017. Puis il est distribué à partir du par Fox 2000 Pictures[12],[13].

Quant à la France, sa sortie est prévue par Twentieth Century Fox France[14] pour le . Finalement il sort sur les écrans le 8 mars 2017.

Critiques[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film remporte un gros succès aux Etats-Unis, un peu moins dans le reste du monde.
Pour un budget estimé à 25 millions de dollars, le film en a rapporté 185 735 461 au [15] soit sept fois son investissement en un peu moins de deux mois.

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Mike Fleming Jr, « Ted Melfi & Fox 2000 In Talks For ‘Hidden Figures’; How A Group Of Math-Savvy Black Women Helped NASA Win Space Race », sur Deadline,‎ (consulté le 1er octobre 2016).
  2. « Fiche de doublage VF du film », sur RS Doublage (consulté le 11 février 2017)
  3. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 11 février 2017)
  4. a, b et c https://www.nasa.gov/modernfigures/faq
  5. http://culturellementvotre.fr/2017/03/07/critique-les-figures-de-lombre-des-heroines-au-service-de-la-conquete-spatiale/
  6. (en) Matt Walljasper, « What’s Filming in Atlanta Now? Baby Driver, Hidden Figures, and Thank You for Your Service », sur Atlanta Magazine,‎ (consulté le 1er octobre 2016).
  7. (en) Mia Galuppo, « Pharrell Williams to Produce, Write Music for Fox 2000's 'Hidden Figures’ », sur The Hollywood Reporter,‎ (consulté le 2 octobre 2016).
  8. (en) « Hidden Figures: The Album », sur iTunes (consulté le 11 janvier 2017)
  9. (en) « Original Motion Picture Soundtrack Hidden Figures: The Album », sur AllMusic (consulté le 11 janvier 2017)
  10. (en) Hiddeen Figures The Album - Discogs
  11. (en) « Hans Zimmer / Pharrell Williams / Benjamin Wallfisch - Hidden Figures [Original Motion Picture Score] », sur AllMusic (consulté le 11 janvier 2017)
  12. (en) Dave McNary, « Taraji P. Henson to Play Math Genius in New Film "Hidden Figures" », sur Variety,‎ (consulté le 1er octobre 2016).
  13. (en) Scott Feinberg, « Oscars: Will the Academy Embrace Diversity Like the Emmys? », sur The Hollywood Reporter,‎ (consulté le 1er octobre 2016).
  14. « Les Figures de l'ombre", l'histoire vraie de mathématiciennes spécialistes en conquête spatiale », sur La Parisienne,‎ (consulté le 1er octobre 2016).
  15. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Margot Lee Shetterly, Hidden Figures: The American Dream and the Untold Story of the Black Women Mathematicians Who Helped Win the Space Race, Éd. William Morrow, (ISBN 978-0062363596).

Liens externes[modifier | modifier le code]