Les Ferrets de la reine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Ferrets de la reine
Auteur Jean d'Aillon
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman policier historique
Éditeur Éditions Jean-Claude Lattès
Date de parution 2007
Nombre de pages 484
ISBN 978-2-7096-2975-1
Série Louis Fronsac
Chronologie

Les Ferrets de la reine est un roman policier historique de Jean d'Aillon, publié par en 2007[1]. Il s'agit du premier tome de la série Louis Fronsac, mais du cinquième dans l'ordre de parution.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1624, Louis entre en 6e au collège jésuite de Clermont à Paris. On ne peut y parler que latin et doit y changer sa chemise chaque mois. La plupart font des toilettes sèches avec une peau de chamois parfumée, certains se parfument à la poudre de violette. Ils ont un verre de vin même le matin. Les punitions vont jusqu'au fouet. Louis entend des discussions à l'étage du dessous et apprend qu'il y a un projet de mariage entre la sœur de Louis XIII, Henriette de France, et le prince de Galles, fils du roi anglais Jacques Ier.

On propose à Carlisle, ambassadeur anglais, de lui donner des ferrets portant de fausses pierres pour que le duc de Buckingham, favori de Jacques Ier, les offre à la reine de France que l'ambassadeur espagnol humilierait pour rompre l'alliance franco-anglaise. Jacques Ier meurt et le prince devient Charles Ier. Le duc étant absent aux fiançailles, Carlisle donne les ferrets à Anne d'Autriche de la part de Charles Ier. Louis et Gaston écrivent au comte de Moret, fils de Henri IV, frère d'Henriette et compagnon de collège, pour l'avertir. Le comte informe la reine qui fait expertiser les ferrets, les donne au duc et avise le roi du piège déjoué. Le duc est ridiculisé.

Éditions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]