Les Femmes de Visegrad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Femmes de Visegrad
Description de cette image, également commentée ci-après

Le pont Mehmed Pacha Sokolović, décor récurrent et inquiétant du film.

Titre original For Those Who Can Tell No Tales
Réalisation Jasmila Žbanić
Scénario Zoran Solomun
Kym Vercoe
Jasmila Žbanić
Acteurs principaux

Kym Vercoe

Sociétés de production Damir Ibrahimovich
Jasmila Žbanić
Pays d’origine Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Genre Film dramatique
Durée 82 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Femmes de Visegrad (For Those Who Can Tell No Tales) est un film dramatique bosniaque écrit et réalisé par Jasmila Žbanić, sorti en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Début des années 2010. Kym Vercoe, une actrice australienne, part seule visiter la Bosnie-Herzégovine. Son voyage se passe bien, à part une nuit de nausées dans un hôtel de Višegrad, le Vilina Vlas.

À son retour, elle découvre sur le Web que 200 femmes furent violées et tuées dans cet hôtel lors du massacre de Višegrad, en 1992. Profondément choquée, elle décide de repartir sur place pour filmer et comprendre pourquoi une telle tragédie est laissée sous silence.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Kym Vercoe : Kym Vercoe
  • Simon McBurney : Tim Clancy, l'auteur du guide touristique
  • Leon Lučev : Veljko, un des acteurs du massacre
  • Damir Kustura : Darko, le motard qui drague Kym
  • Alija Aljevic : le réceptionniste de l'hôtel
  • Boris Isakovic : l'inspecteur de police
  • Sasa Orucevic : le traducteur de la police
  • Suvad Veletanlić : le danseur de rue

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

2013
Festival de cinéma européen des Arcs : Flèche de Cristal
2014
Hong Kong International Film Festival : Prix SIGNIS

Accueil[modifier | modifier le code]

Télérama
« Ce film étonnant flotte entre documentaire et fiction : Kym Vercoe joue son propre rôle dans cette quête dédiée — comme dit le titre original — « à ceux qui ne peuvent plus raconter l'histoire ». »[1]
Critikat
« Un thriller tendu quasi exclusivement sur ce hors-champ têtu à l’épreuve de faits encore plus têtus. […] Dommage, cependant, que cette sobriété dans le devoir de mémoire trébuche sur la fin. »[2]
Le Monde
« À trop se défier des artifices, des effets dramatiques, la mise en scène, plate et littérale, échoue à restituer une dimension spirituelle à son sujet. L'évocation de ce drame n'exigeait pas un tel emballage de vide. »[3]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film est basé sur l'histoire vraie de Kym Vercoe. L'actrice est en voyage à Višegrad et son guide touristique lui conseille de passer la nuit à l'hôtel Vilina Vlas (en), dont elle ignore le passé tragique[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Mury, « Les Femmes de Visegrad », sur Télérama.fr
  2. Benoît Smith, « Vouloir dire : Les Femmes de Visegrad », sur Critikat,
  3. Isabelle Regnier, « Les femmes de Visegrad : la mémoire trouée de la guerre en Bosnie », sur Le Monde,
  4. (en) « Press Book : For Those Who Tell No Tales » [PDF], sur deblokada.ba, (consulté le 13 avril 2015)