Les Faux Jetons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Faux Jetons
Titre original Le Massaggiatrici
Réalisation Lucio Fulci
Scénario Oreste Biancoli
Italo De Tuddo
Vittorio De Tuddo
Antoinette Pellevant
Acteurs principaux

Sylva Koscina (Marisa)
Cristina Gaioni (Iris)
Valeria Fabrizi (Milena)
Marisa Merlini (Mme Parodi)
Ernesto Calindri (Manzini)

Sociétés de production Panda Film
Gallus Films
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie / Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 95 min
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Faux Jetons (titre italien : Le Massaggiatrici) est un film franco-italien réalisé par Lucio Fulci en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux industriels de Milan sont à Rome pour établir des contacts afin de construire un 'home' YMCA. Ils entrent en contact avec un réseau de 'masseuses' dont l'une est introduite auprès du président du YMCA, comme l'épouse de l'un des deux. S'ensuit ce qui devait s'ensuivre, et le président meurt d'une crise cardiaque alors qu'on le cherche partout et qu'il est avec l'une des 'masseuses'. Comment fera-t-on pour cacher sa mort ?

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Philippe Noiret, qui tenait le film en piètre estime[1], l'a tourné pour éviter de se retrouver sans travail : il devait en effet interpréter au théâtre une pièce avec Pierre Fresnay, mais ce dernier avait décidé au dernier moment de choisir un autre partenaire. Philippe Noiret avait alors immédiatement accepté ce projet de film. Il s'agit du premier long-métrage tourné en Italie par Philippe Noiret, qui a ainsi entamé une longue carrière dans le cinéma italien, pour lequel il a régulièrement travaillé en parallèle à sa carrière française[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Noiret au «Cinéma Paradiso» , 24 novembre 2006
  2. Philippe Noiret, Mémoire cavalière, Robert Laffont, 2007, pages 135-137