Les Dix Commandements (film, 1923)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Dix Commandements.
 Cet article concerne le film de 1923 ; pour son remake de 1956, voir Les Dix Commandements (film, 1956)
Les Dix Commandements
Titre original The Ten Commandments
Réalisation Cecil B. DeMille
Scénario Jeanie Macpherson
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Historique, Péplum
Durée 136 minutes (2 h 16 min)
Sortie 1923

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Dix Commandements (The Ten Commandments) est un film muet épique américain réalisé par Cecil B. DeMille, sorti en 1923.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans sa première partie, le film raconte l'épisode biblique de la captivité des Hébreux en Égypte à l'époque du pharaon Ramsès II (Charles de Rochefort), leur exode vers la Terre Promise, la traversée de la Mer Rouge, Moïse (Theodore Roberts) recevant les tables des Dix Commandements.
La seconde partie se situe dans les années 1920. Elle relate l'histoire des deux fils d'une femme bigote (Edythe Chapman), l'un mauvais garçon (Rod La Roque), l'autre sérieux (Richard Dix), qui convoitent tous deux la même jeune femme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

Les Dix commandements est le quarante-cinquième film de Cecil B. DeMille. Pour la première fois de sa carrière, DeMille signe une œuvre biblique, genre qu'il abordera à nouveau avec Le Roi des rois en 1927, Le Signe de la croix en 1932, Samson et Dalila en 1949 et finalement une nouvelle version des Dix Commandements en 1956.

L'idée de faire un film portant sur les dix commandements ne vient pas de DeMille lui-même. Pour l'aider à choisir le sujet de son prochain film, DeMille avait décidé d'organiser un concours ouvert au grand public et visant à récompenser la personne qui lui proposerait le meilleur thème. Il porta son choix sur la suggestion d'un participant qui écrivit "Vous ne pouvez briser les dix commandements. Ce sont eux qui vous briseront".

Initialement budgeté à six-cent mille dollars, Les Dix commandements coûtera finalement plus d'un million. Pour reconstituer la ville du pharaon, des décors gigantesques, conçus par Paul Iribe, ont été construits dans les dunes de Guadalupe près de Los Angeles. Certaines scènes ont été tournées en Technicolor, procédé nouveau à l’époque. 2 500 figurants ont été engagés, notamment pour les scènes montrant le départ des Hébreux et leurs poursuivants égyptiens. En 2012 et en 2014, des fouilles archéologiques menées à Guadalupe ont permis d'exhumer certains éléments de décor conçus pour le film et que l'on croyait perdus.[2]

Les deux segments du film ne sont pas d'égale longueur. La portion consacrée à l'histoire de Moïse prend à peu près 45 minutes alors que la section contemporaine, nettement moins spectaculaire, dure autour de 80 minutes. À sa sortie, le film obtient un très grand succès. La critique et le public ont surtout apprécié les scènes bibliques, la partie contemporaine passant un peu inaperçue[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabricio Cardenas, « Né à Port-Vendres, pharaon à Hollywood », sur Vieux papiers des Pyrénées-Orientales,‎ (consulté le 18 février 2017)
  2. http://www.slate.fr/story/93641/sphinx-10-commandements
  3. 100 classiques du 7e Art de Taschen (ouvrage collectif), éditions Jürgen Müller, 2008 (ISBN 978-3-8365-0861-2) - volume 1 : 1915-1959, p. 42-45

Liens externes[modifier | modifier le code]