Les Deux Fridas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
icône image Image externe
Les Deux Fridas

Les Deux Fridas est une peinture de l'artiste peintre mexicaine Frida Kahlo réalisée en 1939.C'est une peinture à l'huile de dimension 175 par 175,5 cm

Histoire et interprétation[modifier | modifier le code]

C'est peu de temps après son divorce avec Diego Rivera que Frida Kahlo a accompli cet autoportrait représentant deux personnalités différentes. Le personnage de droite représente la personne qu'aimait Diego Rivera, une "Frida" dans un costume mexicain. Dans sa main elle tient un portrait de Diego Rivera. La "Frida" de gauche est plutôt de type européen dans une robe blanche en dentelle et représente la Frida que Diego n'aimait plus.

Les cœurs des deux femmes se retrouvent exposés, un procédé que Frida Kahlo a souvent employé pour exprimer sa douleur. Le cœur de la Frida « mal aimée » est brisé alors que l'autre est entier. À partir de l'amulette que tient la Frida de droite part une veine qui traverse les cœurs des deux femmes est finalement coupée par une paire de ciseaux que tient la Frida rejetée. En désespoir de cause, elle tente d'arrêter l'écoulement du sang de Diego qui continue pourtant à gouter. Le ciel orageux rempli de nuages peut refléter l'agitation intérieure de Frida Kahlo.

Frida entre dans une dépression profonde quand elle apprend que son mari développe une relation charnelle avec sa jeune sœur qu’il utilise comme modèle. De cette union, naîtra un enfant. Frida vivra cette relation comme une véritable trahison. " Dans sa désespérance, Frida décide de couper sa longue chevelure noire qu’aimait tant son mari; elle adopte aussi l’uniforme gris qui contraste avec ses grandes robes fleuries qu’elle arborait jusqu’alors. Elle envoie ses autoportraits à Diego pour lui signaler que désormais elle sera laide à ses yeux. À la même époque, elle peint les deux Fridas dont l’une tient un médaillon avec le visage de Diego et l’autre des ciseaux en train de couper sa propre artère coronarienne."[1]

En 1947, cette peinture a été achetée par l’Institut national des beaux-arts à Mexico. Le prix d'achat était de 4 000 pesos pour la peinture et de 36 pesos supplémentaires pour le cadre. Une reproduction de cette peinture se trouve dans le musée Frida Kahlo à Coyoacán

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guitté Hartog et Marguerite Lavalléé, « Les images et les mots pour le dire… », Recherches féministes, vol. 18, no 2,‎ (ISSN 0838-4479 et 1705-9240, DOI 10.7202/012417ar, lire en ligne, consulté le 14 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]