Les Destinées sentimentales (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Destinées sentimentales
Réalisation Olivier Assayas
Scénario Olivier Assayas
Jacques Fieschi
d'après le roman de Jacques Chardonne
Acteurs principaux
Sociétés de production Arena Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Romance
Durée 180 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Destinées sentimentales est un film français réalisé par Olivier Assayas en 2000, adapté du roman homonyme de Jacques Chardonne.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Chronique de la vie de Jean Barnery, issu d'une famille d'industriels de la porcelaine à Limoges, et des deux femmes qu'il aime, Nathalie et Pauline, de la fin du XIXe siècle à l'aube de la Seconde Guerre mondiale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Assayas, dès qu'il commença à faire du cinéma, voulait adapter ce roman de Chardonne, connu seulement de ses admirateurs (le romancier garde une mauvaise réputation du fait du sa relation avec le régime de Vichy).

Dans le rôle de Jean Bannery fut d'abord envisagé Daniel Auteuil, mais comme il s'était séparé récemment d'Emmanuelle Béart, ils se replièrent sur Charles Berling.

Le tournage fut difficile. L'anachronisme est un piège à éviter. Ainsi des conflits éclatèrent sur des éléments inadéquats, tel des murs en crépi. Le pire épisode reste une scène qui se passe près d'un paysage de vigne, plantés en foule, sur le tas (les vignes alignés n'apparurent qu'après la mécanisation et le phylloxéra).

Le montage fut difficile en raison de la durée limite imposé par la production (150 minutes). Alors que Assayas et son monteur avaient pratiquement terminé en ne dépassant que de 10 minutes, ils apprirent que la durée avait été mal calculée du fait de la confusion entre la version cinéma et la version télévision (respectivement 24 et 25 images par seconde). Le film faisait 200 minutes, ce qui ne pouvait satisfaire les investisseurs. Un rognage très approfondit eu lieu pour atteindre finalement trois heures.

Une autre déconvenue apparue : la musique. D'abord fut envisagé comme compositeur Eléni Karaïndrou. Puis on recommanda à Assayas le compositeur Antoine Duhamel. La musique, enregistrée dans l'église Notre-Dame-du-Liban, ne convenait pas à Assayas : ce dernier en porta la responsabilité, trop imprécis sur la demande, trouvant qu'elle supprime la légèreté du film. La musique fut finalement des extraits de Franz Schubert, Gabriel Fauré et Guillaume Lekeu. Assayas ne travailla plus avec des musiques originales.

Le film fut sélectionné au Festival de Cannes 2000 (le directeur du festival Gilles Jacob visionna le film, très loin d'être inachevé, la veille de la conférence de presse). Il reçoit de bonnes critiques mais n'est pas au palmarès, ce qui n'étonne pas Assayas « je n'espérais pas grand chose d'un jury présidé par Luc Besson dont je ne voyais pas trop par quel biais il aurait pu être sensible à l'univers de Jacques Chardonne »[1].

Sélections et nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Frodon et Olivier Assayas, Assayas par Assayas : Des débuts aux Destinés Sentimentales, Stock,

Liens externes[modifier | modifier le code]