Les Contemporains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hubertine Auclert, portrait charge par Alfred Le Petit pour le n°15 (1881).

Les Contemporains est un hebdomadaire satirique publié à Paris, fondé en 1880 par Félicien Champsaur et Alfred Le Petit. Publié sur 4 pages, le journal est vendu 10 centimes.

Contexte[modifier | modifier le code]

La formule reprend celle qui a fait le succès des Hommes d'aujourd'hui lancé en 1878 par Félicien Champsaur avec André Gill comme dessinateur : le portrait-charge d'une personnalité en première page et sa biographie humoristique à l'intérieur. Mais seulement 43 numéros seront produits de décembre 1880 à décembre 1881[1]. Sur les 43 personnalités mises en lumière une bonne moitié avait aussi fait l'objet d'un numéro des Hommes d'aujourd'hui et Champsaur réutilise ces textes qu'il avait écrits pour Les Hommes d'aujourd'hui[2]

Dans le premier numéro, Félicien Champsaur présente ainsi ses intentions :

« J'ai dessein de portraiturer les célébrités du jour passagères ou durables. Il y a deux ans j'osai cette entreprise difficile avec la collaboration de Gill. Un défilé nouveau va commencer, et Alfred Le Petit, au crayon malin et habile, caricaturera les passants. Cette époque appelle beaucoup la caricature. Nous vagabonderons, en indépendants, à travers l'art, la finance, le théâtre, le journalisme, le high life, le demi-monde, la littérature, et nous serons pas toujours respectueux des gloires d'une semaine. »

Liste des numéros[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jacques Lethève, La caricature sous la IIIe République, Nouvelle édition Armand Colin, Paris, 1986, 220 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Contemporains sur le site de la bibliothèque nationale de France.
  2. Les Contemporains sur le site livrenblog.blogspot.fr.
  3. Numéro attesté mais il existe aussi sous le no 20 avec mention 3ème année un Léon Cladel, voir l'image sur Commons, peut-être nouveaux tirages en 1883 ?