Les Champs d'honneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Champs d'honneur
Auteur Jean Rouaud
Pays Drapeau de la France France
Genre roman
Éditeur éditions de Minuit
Date de parution
Nombre de pages 158
ISBN 2707313475

Les Champs d'honneur est un roman de Jean Rouaud publié le aux éditions de Minuit et ayant obtenu le prix Goncourt la même année. C'est le premier tome d'une série de cinq livres autobiographiques (comprenant Des hommes illustres, Le Monde à peu près, Pour vos cadeaux et Sur la scène comme au ciel) qui retrace la vie de la famille de l'auteur en s'attachant en particulier aux décès de trois parents : le père, sa vieille tante religieuse, et le grand-père maternel.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce roman est le premier de Jean Rouaud, qui est alors ponctuellement vendeur de journaux dans un kiosque parisien. Commencé dans les années 1980 afin de retracer le portrait de membres disparus de sa famille (un grand-oncle et son père) ainsi que la vie du monde campagnard qui change en profondeur avec l'arrivée de la mécanisation, le roman est initialement intitulé Loire-Inférieure, de l'ancien nom du département qui fut changé à la fin des années 1950, marquant ainsi symboliquement cette profonde mutation d'époque[1].

À sa parution, le livre est très bien accueilli par la critique littéraire, allant jusqu'à être réintégré dans la deuxième liste du prix Goncourt – pour lequel il n'avait pas été initialement sélectionné – qu'il reçoit en novembre 1990[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Récit de l'histoire familiale et portraits des membres de la famille de l'auteur, l’action se déroule dans la Loire-Inférieure au cours du XXe siècle. Trois personnes d’une même famille meurent à quelques jours d’intervalle : le père (Joseph), la grand-tante (Marie) et le grand-père maternel (Alphonse). Leur mort ravive le souvenir de la disparition de deux frères de la famille, Joseph et Émile (les grands-oncles du narrateur), victimes de la Grande Guerre en 1916.

Le récit n’est pas construit selon un ordre chronologique. En effet, l’auteur saute d’anecdote en anecdote, de personnage en personnage, en ne donnant que très peu de repères chronologiques précis. Il s’agit d’un livre sur la vie, la mort (celles des personnages structurent le récit), le temps, la famille et la mémoire, aussi bien familiale qu’individuelle.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Ce roman a été adapté en bande dessinée par Denis Deprez en 2005, chez Casterman[3].

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Rouaud ou l’histoire familiale comme expérimentation littéraire (1/5) dans l'émission À voix nue de France Culture le 25 avril 2016.
  2. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1979 à 2002 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 24 août 2013.
  3. Fiche du livre, sur le site de l'éditeur.