Les Casseurs (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Casseurs.

Les Casseurs
Série
logo de la série
logo de la série

Scénario André-Paul Duchâteau
Dessin Christian Denayer
Couleurs Liliane
Frank Brichau
Assistant Yvan Fernandez[1]
Didier Desmit[2].
Genre(s) polar

Thèmes action, course-poursuite
Personnages principaux Al Russel
Brock
Lieu de l’action San Francisco
Époque de l’action 1970-1980

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale français
Autres titres Al Russel et Brock : Les Casseurs
Al et Brock
Éditeur Éditions du Lombard
Première publication 1979
Format couleur
Nb. de pages 46
Nb. d’albums 21

Prépublication Tintin, 1975

Les Casseurs, ou Al et Brock : Les Casseurs, puis Al et Brock, est une série de bande dessinée policière franco-belge créée par le dessinateur Christian Denayer et le scénariste André-Paul Duchâteau, publiée de 1975[3],[4] à 1988[5] dans Tintin et éditée de 1979 à 1994 par les Éditions de Lombard. La série est terminée.

À la fin des années 1980, la société rebaptise la série « Al et Brock », craignant qu'elle soit associée au mot « casseur » très souvent emprunté par des médias au profit des sujets sur les violences urbaines[6]. La série est publiée sous ce titre dans Hello Bédé entre 1991[7] et 1993[8].

Descriptions[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les aventures de deux hommes, dont l'un plus vieux est un vrai dur à cuire et l'autre plus jeune, fils à papa milliardaire. Ils forment une équipe de choc au sein de la brigade spéciale de la police de San Francisco et s'avèrent complètement opposés. Ils ne s'entendent pas sauf sur un point : leur don de tout casser sur leur passage…

Personnages[modifier | modifier le code]

Alcibiade Russel, dit « Al », ou « Dandy » par Brock 
Playboy et fils du milliardaire, il est chef de patrouille tout juste sorti de l’école de police. Celui-ci succède à l'ancien acolyte de Brock Jerry Carson, qui a dû partir en retraite anticipée suite à son accident lors d'une course poursuite. Pas du tout apprécié par Brock au début des aventures.
Pétrus Brockowsky, dit « Brock », ou « Polack » par son ancien équipier
Le vieux de la vieille, proche à la retraite, est vrai dur à cuire au caractère trempé et à l'humour noir.
Le patron 
Le chef de la section spéciale de la police de San Francisco confie plusieurs missions de confiance à ces deux « Casseurs » malgré ses « Vous êtes virés ! » à plusieurs reprises, épisodiquement presque.
Frederic Russel 
L'éternel président-directeur général de plusieurs entreprises et brave père d'Alcibiade à qui il passe un coup de main en rapport avec des affaires logistiques ou non.
Jerry Carson 
Un ancien flic et acolyte de longue date de Brock avant qu'il ne soit remplacé par Al suite à son accident au début du premier tome Haute Tension.

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Les deux personnages Al et Brock rappellent le tandem de choc Starsky et Hutch sous forme du duo comique Laurel et Hardy[6] dans les décors très visiblement inspirés des séries télévisées américaines et films américains des années 1970-1980.

Analyse[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Tout vraisemblablement commence en fin André-Paul Duchâteau, alors responsable éditorial aux éditions Rossel avant d'être nommé rédacteur en chef de Tintin en 1976[9], et Christian Denayer, avec qui il a déjà signé la création du reporter Yalek pour le quotidien généraliste belge Le Soir en 1969, et du pilote Alain Chevallier en 1971, partent ensemble en train pour la première année au salon international de la bande dessinée au musée d'Angoulême[10] — qui deviendra plus tard Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Ils discutent, durant le trajet de huit heures, d'un projet où le dessinateur souhaiterait « dessiner de belles voitures, [et] les démolir, les détruire… » et, sur ce, le scénariste pense à son confrère Maurice Tillieux qui démolissait également pas mal de voitures dans ses bandes dessinées : ainsi surgit une idée forcément intitulée Les Casseurs[2].

Starsky et Hutch, dont André-Paul Duchâteau et Christian Denayer se sont inspirés pour le tandem de cette série de bande dessinée.

De plus, dans les années 1970 arrivent en masse de nombreuses séries télévisées américaines telles que Starsky et Hutch ou Les Rues de San Francisco et des longs métrages au cinéma, l'inoubliable Bullitt de Peter Yates (1968), French Connection de William Friedkin (1971) ou encore Le Convoi de Sam Peckinpah (1978). C'est ce que l'on retrouve à travers les aventures d'Al et Brock, notamment dans les titres des albums, sorte d'hommage à la série B mêlant action et humour.

Motivé par son envie de vivre aux États-Unis, Christian Denayer situe les aventures de ces « Casseurs » entre New York, Washington et Los Angeles et André-Paul Duchâteau, tout en continuant les énigmes de Ric Hochet au côté de son complice Tibet, fait des recherches sur des villes américaines. Après quelques mois de réflexion, le synopsis de la première histoire et les planches représentant, bien sûr, les personnages et les crashs très spectaculaires se posent sur le bureau d'Henri Desclez, alors successeur de Michel Greg en tant que nouveau rédacteur en chef du journal de Tintin : ce dernier accepte sans la moindre hésitation[6].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Autour des années 1980, Christian Denayer engage son épouse Liliane Labruyère en tant que coloriste.

Didier Desmit, de 1975 en 1978[2], et Yvan Fernandez, de 1979 à 1993, alors tous deux assistants du dessinateur[1], participent à la réalisation des décors et des automobiles dans quelques albums de Casseurs comme d'autres ses séries[2].

Parutions[modifier | modifier le code]

La première histoire ayant pour titre Haute Tension s'imprime sur les pages du journal de Tintin belge au no 5 du [3] — et no 111 du pour la France[4]. Ensuite, la seconde s'intitule Sabotage à Fort Tempest au no 8 du [11] — sinon no 47 du [12].

Succès confirmé, les jeunes lecteurs s'attachent à ces images sensationnelles entre cinéma et bande dessinée. Sur ces entrefaites, la société Le Lombard lance le premier album Haute Tension publié en [6].

Quant au récit à suivre 1963 paru en 1986 dans le journal, il est rebaptisé Rapt en flash-back pour l'album publié en 1987.

Al et Brock (1990)[modifier | modifier le code]

En fin des années 1980, en raison de la qualification de « casseurs » désignant les « casseur de grève », ces personnes pratiquant des actes de vandalisme plus ou moins violents en marge des manifestations, Le Lombard décide de renommer « Les Casseurs » par le nom des deux personnages principaux « Al et Brock » pour éviter toute confusion. Le nouveau logo sur la couverture des albums attire très peu de lecteurs dans les dix-sept pays diffusant cette série[6].

Autour de 1994, André-Paul Duchâteau et Christian Denayer prennent la décision de mettre la série en retraite prématurée : « Nous avions le sentiment d'avoir fait le tour de la question. Nous ne voulions pas réaliser l'album de trop », diront les auteurs à la fin des années 2000[6].

Récits complets[modifier | modifier le code]

Dans des magazines signés Tintin apparaissaient les récits complets :

Seuls Témoin à abattre, 250000$… crash, Le Disque d'or, Une bombe à tout casser !, Coucher de soleil à minuit et Hauts et Bas à San Francisco se compilent dans le sixième album de la série sous le titre Hauts et Bas à San Francisco, publié en , ainsi que Super contre Super, Baroud Red Mansion Points, Le Troisième Homme et Signé : Danger dans le douzième album Un super flic en .

Les éditions Loups décident de réunir les deux récits complets alors inédits en album Allô ? Voiture spectrale ? et Le Pied dans la fourmilière, accompagné de deux aventures d'Alain Chevallier (Tornade à Indianapolis et Les Pirates de Key West) de Christian Denayer et André-Paul Duchâteau, dans un recueil intitulé Case départ, une version luxe signée et numérotée à 200 exemplaires, publié en 2002[13].

En revanche, à partir d', le récit Allô ? Voiture spectrale ? est complété dans le quatrième intégrale, de même que Le Pied dans la fourmilière dans le cinquième et les gags L’Énorme Anti–pollution et Hommage à Cubitus dans le sixième.

Publications en français[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

Tintin (1975-1988)[modifier | modifier le code]

Les Casseurs naissent dans le magazine Tintin, version belge et française.

Tintin Sélection (1977)[modifier | modifier le code]

Exceptionnellement, le tandem apparait dans le Tintin Sélection.

Super Tintin (1978-1987)[modifier | modifier le code]

Le duo de choc se trouve dans le magazine Super Tintin.

Hello Bédé (1990-1993)[modifier | modifier le code]

À partir de l'année 1991 dans Hello Bédé, Les Casseurs deviennent Al et Brock.

Albums[modifier | modifier le code]

Tirages[modifier | modifier le code]

Intégrales[modifier | modifier le code]

Publications en néerlandais[modifier | modifier le code]

Les albums de la série De Brokkenmakers, soit Les Casseurs en néerlandais, s'éditent à partir de 1977 par les Éditions du Lombard[31].

Albums[modifier | modifier le code]

Publications à l'étranger[modifier | modifier le code]

Les Casseurs en langue étrangère, dont en allemand[32], en danois[33], en finnois[34], en portugais[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brieg F. Haslé, « Interview : Laidin et Fernandez », sur Auracan, (consulté le 8 septembre 2014).
  2. a b c et d Gilles Ratier, « « Les Casseurs » de Christian Denayer », sur BDZoom, (consulté le 8 septembre 2014).
  3. a b et c Tintin édition belge en 1975.
  4. a b et c Tintin édition française en 1975.
  5. a b et c Tintin édition française en 1988.
  6. a b c d e et f Jacques Pessis, Les Casseurs, l'intégrale 1, Le Lombard, , p. 5-9.
  7. a et b Hello Bédé en 1991.
  8. a et b Hello Bédé en 1993.
  9. Nicolas Anspach, « Patrick Gaumer : « André-Paul Duchâteau a eu mille et une vies dans une seule » », sur ActuaBD, (consulté le 8 septembre 2014).
  10. Olivier Delcroix, « Festival d'Angoulême, de « Tintin » à « Titeuf » », sur Le Figaro, (consulté le 8 septembre 2014).
  11. a et b Tintin édition belge en 1976.
  12. a et b Tintin édition française en 1976.
  13. « Les Casseurs - Case départ », sur BD Oubliées, (consulté le 9 septembre 2014).
  14. Tintin édition belge en 1977.
  15. a b et c Tintin édition française en 1977.
  16. Tintin édition belge en 1978.
  17. a et b Tintin édition française en 1978.
  18. Tintin édition belge en 1979.
  19. a b et c Tintin édition française en 1979.
  20. Tintin édition belge en 1980.
  21. Tintin édition française en 1980.
  22. a b c et d Tintin édition française en 1981.
  23. a b c et d Tintin édition française en 1982.
  24. a b c et d Tintin édition française en 1983.
  25. a b c et d Tintin édition française en 1984.
  26. a et b Tintin édition française en 1985.
  27. a et b Tintin édition française en 1986.
  28. a b et c Tintin édition française en 1987.
  29. Hello Bédé en 1990.
  30. Hello Bédé en 1992.
  31. (nl) De brokkenmakers, sur StripInfo.
  32. (de) Die Draufgänger, sur ComicGuide.
  33. (da) Brock-magerne, sur Danske Tegneserier.
  34. (fi) Autopartio 525, sur Sarjakuvat.
  35. (pt) Cascadeurs, sur BDon Line.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]