Les Cabannes (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Cabannes.

Les Cabannes
Les Cabannes (Ariège)
Le massif du Quié dominant les Cabannes,
depuis Pech.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Haute-Ariège
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées d'Ax
Maire
Mandat
Daniel Géraud
2014-2020
Code postal 09310
Code commune 09070
Démographie
Gentilé Cabannais
Population
municipale
340 hab. (2014)
Densité 391 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 47′ 11″ nord, 1° 41′ 16″ est
Altitude Min. 519 m
Max. 581 m
Superficie 0,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Occitanie (région culturelle)

Voir sur la carte administrative d'Occitanie
City locator 14.svg
Les Cabannes

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Les Cabannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Cabannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Cabannes
Liens
Site web www.lescabannes.com

Les Cabannes (occitan : Las Cabanas) est une commune française des Pyrénées, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Cabannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans la haute vallée de l'Ariège, à la confluence de l'Aston, à 10 km au sud-est de Tarascon-sur-Ariège et 15 km au nord-ouest d'Ax-les-Thermes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes des Cabannes[1]
Verdun
Aulos-Sinsat des Cabannes[1] Albiès
Château-Verdun Pech
Carte de la commune des Cabannes et des proches communes.

Comme ces communes sont petites, sauf Verdun, on peut ajouter une seconde couronne, toujours en partant du nord : Cazenave-Serres-et-Allens, Senconac, Caychax, Appy, Vèbre, Lassur, Aston et Larcat. Noter la très vaste superficie d'Aston, qui est frontalière avec l'Andorre.

Selon le classement établi par l'INSEE en 1999, la commune des Cabannes est une commune rurale non polarisée, qui ne fait donc partie d’aucune aire urbaine ni d'aucun espace urbain[2].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la RN20 (Paris-Bourg-Madame par le col de Puymorens) qui permet d'accéder à la principauté d'Andorre. La commune a également une gare ferroviaire, sur la ligne Paris-Toulouse-Latour-de-Carol (environ quatre trains par jour dans chaque sens, dont un train de nuit direct depuis Paris).

Climat[modifier | modifier le code]

Les étés y sont doux et les hivers froids et neigeux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Huguenots de Pamiers trouvent refuge aux Cabannes en 1566, mais en seront délogés par les Catholiques le 25 mai 1567 lors de la deuxième guerre de religion.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Daniel Géraud sans  
mars 2001 2008 Narcisse Rouja    
Les données manquantes sont à compléter.

1889, Martial Bonnans, Conseiller Général.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 340 habitants, en diminution de -3,95 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 569415470595663636617616613
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
516486465434444466509502480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
452475427421384362360555451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
437444470469332359344354340
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Ski de fond la commune des Cabannes bénéficie de l'activité de la station de ski de fond du plateau de Beille, première station des Pyrénées, qui fonctionne dans un cadre intercommunal. Dans le village lui-même, situé au départ de la seule route d'accès à la station, se trouvent quelques entreprises liées à cette activité.
  • Hébergement touristique d'hiver et d'été gîtes communaux Les Oustallous, Camping-caravaneige municipal Le Bois de Boulogne, Village de vacances VVF Les Cigalières, et plusieurs gîtes ruraux de particuliers.
  • Le village des Cabannes accueille le grand festival 100% Rock chaque année en juillet.

Divers[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Référence : page INSEE [1] ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .