Les Cœurs verts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un film français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Les Cœurs verts
Réalisation Édouard Luntz
Acteurs principaux

Gérard Zimmermann
Éric Penet

Sociétés de production Les Films Raoul Ploquin
Sodor Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 90 minutes
Sortie 1966

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Cœurs verts est un film français réalisé par Édouard Luntz, sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À leur sortie de prison, Zim et Jean-Pierre retrouvent leur famille et la banlieue parisienne. Ils tentent de se construire une vie « normale ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Les Cœurs verts
  • Réalisation : Édouard Luntz
  • Assistant : Jacques Sansoulh
  • Scénario : Édouard Luntz
  • Photographie : Jean Badal
  • Musique : Serge Gainsbourg, Henri Renaud, Jean-Louis Chatemps, Bernard Vitet, Guy Pedersen, Daniel Humair
  • Montage : Colette Kouchner et Suzanne Sandberg
  • Pays d'origine : Drapeau de la France France
  • Sociétés de production : Les Films Raoul Ploquin - Sodor Films
  • Durée : 90 minutes
  • Tournage: du 6 septembre au 23 octobre 1965 à Nanterre.
  • Matériel technique: Mitchell mark II, son Nagra, pellicule Kodak noir et blanc double X et tri X
  • Laboratoire d'origine : G.T.C.
  • Numéro de visa: 30889
  • Date de sortie :

Restauration et numérisation en 2016, avec le soutien du dispositif d'aide à la restauration et à la numérisation des films de patrimoine du CNC par le producteur René Chateau.

Prix[modifier | modifier le code]

Grand prix du jeune cinéma, Hyères

Prix de la critique, Berlin

Prix de l'Académie française

Réception critique (extraits)[modifier | modifier le code]

« Imaginez un cinéaste dont la poésie rappellerait les plus belles pages de Jean Genet (celles de Notre- Dame-des-Fleurs ou de Querelle de Brest), et une intelligence des phénomènes sociaux proche d’un Edgar Morin, visité par le rêve et la grâce… Imaginez un cinéaste qui rompt avec la sempiternelle tradition bourgeoise, qui va chercher plus loin que le bout de son nez, sans se piquer d’intellectualisme, sans se croire investi d’un oeil de moraliste ou de père de patronage. Ce cinéaste qui sait camper, décrire et faire vivre des êtres qui ne sont pas tout d’une pièce, des âmes inquiètes, romantiques et amères, des corps qui ressentent simultanément une série de désirs contradictoires, s’appelle Edouard Luntz. […] En un mot, Les Coeurs verts donne au jeune cinéma français une dimension qui lui manquait : celle du reportage poétique, à partir d’une réalité traitée jusqu’ici par des esprits plats, bien-pensants. Pour la première fois, on saisit ce que signifient la déroute et l’angoisse, et que la violence et la brutalité peuvent naître du désarroi ».

Henry Chapier, Combat, 2 décembre 1966

Distribution[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]