Les Anciens Canadiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Anciens Canadiens
Auteur Philippe Aubert de Gaspé
Pays Drapeau du Canada Canada
Genre Roman
Éditeur Desbarats et Derbishire
Date de parution 1863
Nombre de pages 411

Les Anciens Canadiens est un roman de Philippe Aubert de Gaspé publié en 1863. Il est, avec L'Influence d'un livre publié par son fils Philippe-Ignace-François Aubert de Gaspé, l'un des premiers romans québécois. Les Anciens Canadiens ont connu un grand succès et ont fait l'objet d'une trentaine de rééditions depuis sa parution.

Résumé[modifier | modifier le code]

Les deux protagonistes du roman sont des jeunes hommes, Jules d'Haberville, fils de seigneur de Port-Joly (aujourd'hui Saint-Jean-Port-Joli), et Archibald Cameron de Locheill (Arché), orphelin écossais adopté par la famille de Jules. Alors qu'ils ont été élevés dans la même famille et qu'ils ont fréquenté le Séminaire de Québec, les frères adoptifs seront contraints de s'affronter au moment de la Guerre de Sept Ans.

Les Anciens Canadiens dressent un portrait de la Nouvelle-France juste avant la Conquête.

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Deux manuscrits originaux des Anciens Canadiens d'Aubert de Gaspé ont été conservés. Le plus ancien, considéré par Aurélien Boivin comme « le premier jet, le premier brouillon du roman »[1], s'est transmis de génération en génération parmi les descendants du romancier, avant d'être donné en 1987 au Séminaire de Québec par l'arrière-arrière-petite-fille d'Aubert de Gaspé, Blanche Beaubien Perreault, par l'intermédiaire de l'historien Jacques Castonguay.[2] Il est conservé dans le fonds d'archives du Séminaire de Québec, intégrées aux collections du Musée de la Civilisation, sous la cote MS-912[3].

Le second manuscrit, le plus connu, a longtemps été conservé aux Archives du Collège Bourget de Rigaud avant d’être déposé aux Archives des Clercs de Saint-Viateur à Montréal. Prêté par cette institution à un descendant de la famille de Gaspé-Beaubien, il a disparu après le décès de celui-ci et était en 2011 considéré comme introuvable[4]. Une photocopie, réalisée par Luc Lacourcière, est cependant conservée dans le fonds de cet ethnologue aux Archives de l'Université Laval[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de la ville de Québec a été nommée en 2006 en mémoire de ce roman[5].
  • Une rue de la Municipalité de Saint-Jean-Port-Joli porte le nom de "Blanche-d'Haberville", en l'honneur de ce personnage, et une autre a pour nom le titre de l'œuvre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Philippe Aubert de Gaspé, Les Anciens Canadiens, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2008.
  • Aurélien Boivin, « L’édition critique des Anciens Canadiens : une histoire (re)corrigée », Port Acadie : revue interdisciplinaire en études acadiennes, nos 20-21 « L’édition critique et le développement du patrimoine littéraire en Acadie et dans les petites littératures »,‎ , p. 15–28 (ISSN 1498-7651 et 1916-7334, DOI 10.7202/1010321ar, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boivin 2011, p. 20.
  2. Juliette Delrieu, Musée de la Civilisation, « Manuscrit des Anciens Canadiens et Mémoires : premier manuscrit d'auteur », dans Objets de référence : 122 témoins de l'histoire, Québec, Éditions de l'Homme, (ISBN 978-2-7619-3237-0), p. 162-163.
  3. « Manuscrit original des Anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé », sur Collections - Musée de la civilisation (consulté le 4 septembre 2019).
  4. a et b Boivin 2011, p. 21.
  5. « Anciens Canadiens (rue des) », sur Répertoire des toponymes de la ville de Québec, Ville de Québec (consulté le 4 septembre 2019)