Les Allumettes suédoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Allumettes suédoises
Auteur Robert Sabatier
Pays Drapeau de la France France
Éditeur Albin Michel
Lieu de parution Paris
Date de parution 1969
Nombre de pages 400

Les Allumettes suédoises est un roman de Robert Sabatier paru en 1969. Ce fut un immense succès de librairie.

Résumé[modifier | modifier le code]

Olivier perd tour à tour son père et sa mère. Seul et désemparé, il n'a qu'une crainte : quitter ce qui fait son royaume, ce quartier de Montmartre, et plus précisèment la rue Labat où il est né et a commencé de grandir. Recueilli par ses cousins, Jean et Elodie, jeunes mariés, il échappe heureusement au déracinement tant redouté et grâce à sa liberté de petit orphelin, continue de flâner dans sa rue familière, en compagnie de ses copains et de quelques figures chaleureuses et pittoresques, telles celle d'Albertine Haque, la concierge, celle de l'infirme Daniel, surnommé l'Araignée, ou encore celle de la belle Mado, aux activités bien mystérieuses...Et surtout, l'amitié de son vieux copain Bougras avec lequel il bricole des bagues dans des pièces de monnaie, part à la recherche de bois de chauffage ou va cirer les parquets d'un appartement de "riches"...

Commentaires[modifier | modifier le code]

Les Allumettes suédoises conte, dans un style émouvant[réf. nécessaire] et sensible[réf. nécessaire], les angoisses et les tribulations d'un enfant. C'est tout un monde qu'explore ce livre, celui de l'enfance en général, de celle de l'auteur en particulier, mais aussi celui du petit Paris des années 1930.

Trois sucettes à la menthe, la suite des Allumettes suédoises, paraît la même année. Le dernier tome, Les Noisettes sauvages, paraît quelques années après.

Dans Olivier et ses amis, Robert Sabatier reprend ses personnages. À travers de mini-histoires d'une page ou deux et grâce à une vaste galerie de personnages, il fait revivre une multitude de petits événements de la vie de quartier à Montmartre dans ces années 30, les rires, les larmes, les joies et les peines, les petites galères, les coups de colère, les réconciliations...

Le roman de Sabatier se situe en marge des littératures savantes. C'est un roman traditionnel et sans prétention. Le ton et la justesse de l'évocation rappellent parfois Oliver Twist de Charles Dickens[réf. nécessaire].

Adaptation pour la télévision[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]