Les Éblouis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Éblouis

Réalisation Sarah Suco
Scénario Sarah Suco
Nicolas Silhol
Acteurs principaux
Sociétés de production Mon Voisin Productions
Épithète Films
Pays de production Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 99 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Éblouis est un film français, réalisé par Sarah Suco, sorti en 2019.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Camille, une jeune Angoumoisine de 12 ans, passionnée par les arts du cirque, voit ses parents s'engager dans une communauté charismatique religieuse, appelée communauté de la Colombe, dont les valeurs sont fondées sur le partage et la foi.

Cet engagement soudain perturbe Camille qui voit ses habitudes de vie changer radicalement et est contrainte de renoncer au cirque. Elle constate également que la communauté dans laquelle ses parents s'investissent se comporte de plus en plus comme une secte. Camille, ainsi que son frère Matthieu, ne semblent pas accepter les règles de la communauté qu'ont choisie leurs parents, au sujet des tenues vestimentaires par exemple. L'aînée ne comprend pas les séances d'exorcisme communautaires subies par sa mère et bientôt par elle-même. Camille se rend compte progressivement de la gravité de la situation, et cherche alors à sauver sa famille, mais surtout à préserver ses deux frères et sa sœur de l’isolement créé par la communauté. Enfin, elle découvre les abus sexuels sur son plus jeune frère, Benjamin, réalité qui est niée par sa propre mère, qui, sous l'emprise délétère de la communauté et de son berger, refuse de l'entendre. Camille décide de faire le mur et de tout confier à la police, qui intervient aussitôt et met les enfants à l'abri.

Le film montre aussi de quelle façon la foi de la communauté l'emporte sur la raison : les apports de la médecine, notamment de la psychiatrie, sont rejetés car impies. Par ailleurs, il n'existe aucune supervision de la communauté par des gens extérieurs.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Source : le dossier de presse[1]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : le dossier de presse[1]

  • Camille Cottin : Christine Lourmel
  • Jean-Pierre Darroussin : le Berger
  • Éric Caravaca : Frédéric Lourmel
  • Céleste Brunnquell : Camille Lourmel
  • Laurence Roy : Mamie
  • Daniel Martin : Papi
  • Spencer Bogaert : Boris
  • Benjamin Gauthier : Jean-Marie
  • Agathe Dronne : la policière
  • Suzanne de Baecque : Marie-Læticia
  • Armand Rayaume : Matthieu Lourmel
  • Jules Dhios Francisco : Benjamin Lourmel
  • Eva Ristorcelli : Éva Lourmel à 3 ans
  • Victoria Mege Bond : Éva Lourmel bébé
  • Sophie Mege Bond : Éva Lourmel bébé
  • Jacky Tavernier : Marie-Ève
  • Odile Ernoult : la mère de famille membre de la communauté
  • Tristan Le Goff : le père de famille membre de la communauté
  • Lupita Kermin : Célestine

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le film reçoit globalement de bonnes critiques par la presse et obtient une moyenne de 3,9/5 sur Allociné[7].

Le Figaro en donne également une appréciation positive : « ce premier film frappe par sa force tranquille et son absence de manichéisme »[8].

Pour La Croix, le film est intéressant et la qualité de l'interprétation mérite d'être relevée : « Un film sensible et juste qui convainc par la qualité de ses interprètes, de Camille Cottin, surprenante dans ce rôle de mère à la dérive à Éric Caravaca en père aimant et naïf, en passant par Jean-Pierre Darroussin dans le rôle faussement bienveillant du Berger »[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 229 038 entrées[10] 16

Monde Total mondial 1 426 273 $ - -

Production[modifier | modifier le code]

Le scénario s'inspire de l'expérience de Sarah Suco qui a vécu de 8 ans à 18 ans dans une communauté charismatique[11].

Le tournage, débuté à Angoulême (rues, scènes d'appartement, collège, ancienne église Saint-Martin) en , se poursuit jusqu'en octobre à Charras (prieuré), Segonzac (extérieurs de la mairie) et Châtellerault (école de cirque)[12],[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Dossier de presse - Pyramide Distribution
  2. « THE DAZZLED », sur inter.pyramidefilms.com (consulté le )
  3. a et b Les Éblouis (2019) - Version archivée - FFA 2019
  4. « Les éblouis de Sarah Suco », sur www.fffh.ch, Festival du film français d'Helvétie (consulté le )
  5. (en) « The Dazzled (Les Éblouis) », sur colcoa.org, COLCOA (consulté le )
  6. [PDF] Programme du festival Alice nella città 2019
  7. AlloCine, « Les Éblouis : Les critiques presse » (consulté le )
  8. Le Figaro, « Les Misérables, La Reine des Neiges 2, Les Éblouis... Les films à voir ou à éviter cette semaine », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  9. La Croix, « « Les Éblouis », enfants perdus », (ISSN 0242-6056, consulté le )
  10. « Les Éblouis », sur JPbox-office.com
  11. Quand Sarah Suco nous ouvre la porte secrète des EBLOUIS, sur journaldesfemmes.fr, consulté le 21 novembre 2019
  12. « Sarah Suco signe son premier long-métrage sur l'univers des sectes », sur www.tsf.fr (consulté le )
  13. « Je n'avais pas envie de faire un film sur la colère », interview de Sarah Suco, propos recueillis par Anne-Lise Durif, Le Mag no 398, supplément à Sud Ouest, 16 novembre 2019, p. 36-38.
  14. « Les éblouis, un film de : Sarah Suco », sur distrib.pyramidefilms.com (consulté le )
  15. « Camille Cottin à l'honneur face à Corinne Masiero et Pierre Palmade », PurePeople,‎ (lire en ligne)
  16. « Prix Célestine 2019 », sur www.fffh.ch, Festival du film français d'Helvétie, (consulté le )
  17. (it) Valentina Albora, « Alice nella città 2019: tutti i vincitori della diciassettesima edizione », www.cinematographe.it,‎ (lire en ligne)
  18. Frédéric Fleurot, « Vidéo - la cérémonie de clôture du 28ème Festival du Film de Sarlat et l'annonce de son palmarès », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  19. « Cinéma : Voici la liste des nommés des César 2020 », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens connexes[modifier | modifier le code]

Revue de presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]