Leptine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La leptine (du grec leptos, mince) parfois dite « hormone de la satiété » est une hormone digestive peptidique qui régule les réserves de graisses dans l'organisme et l'appétit en contrôlant la sensation de satiété. C'est une hormone anorexigène contrairement aux hormones orexigènes (ghréline, cortisol).

Cette hormone est secrétée par le tissu adipeux blanc qui, en plus de sa fonction de stockage et de mobilisation des acides gras, possède également une activité endocrine très importante[1]. La leptine est également secrétée par d'autres tissus tels que l'estomac, le muscle squelettique, la moelle osseuse...

Historique[modifier | modifier le code]

L'hypothèse d'une substance pouvant normaliser le poids d'une souche de souris obèse a été suspectée dès 1973[2]. Le gène responsable de sa fabrication a été isolé en 1994[3], permettant sa synthèse un an plus tard[4].

Structure[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une protéine d'environ 16 kDa (kilodaltons), codée par le gène « OB »[5] situé sur le chromosome 7 humain.

Six récepteurs différents ont été identifiés, appelés Ob Ra-f, le plus étudié chez l'homme étant le type b[6].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Quand des aliments pénètrent dans l'estomac, en une quinzaine de minutes la paroi gastrique sécrète un « flash » de leptine qui induit un effet de satiété à trois niveaux :

  1. elle agit en synergie avec la cholécystokinine sécrétée presque simultanément par le duodénum, autre hormone de satiété dont l'action est plus longue ;
  2. elle favorise l'absorption intestinale des protéines (en mobilisant un transporteur spécifique des entérocytes) au détriment des lipides, intervenant ainsi dans le contrôle de la prise énergétique ;
  3. elle rejoint le noyau arqué de l’hypothalamus, se fixe sur ses récepteurs (l'alpha-msh et le neuropeptide Y) et stimule la secrétion de peptides anorexigènes qui, par l'effet de satiété, diminuent la prise alimentaire[7].

La leptine est produite et sécrétée dans la circulation sanguine par les cellules adipeuses (adipocytes) [8] en permanence et en grande quantité, selon le volume du tissu graisseux, permettant d'atteindre un équilibre (le « juste poids », appelé set point par les chercheurs).

Sa présence en quantité plus importante augmente aussi la dépense énergétique en majorant la production de chaleur par l'organisme (thermogenèse). La cible principale de la leptine est le noyau arqué de l'hypothalamus (certaines sources récentes tendent à démontrer que les récepteurs de la leptine se trouveraient plutôt dans le tronc cérébral où elle intervient sur la sérotonine, un neurotransmetteur). Ce dernier exprime deux neuropeptides orexigènes, le neuropeptide Y et l'AgRP dont la sécrétion est inhibée par la leptine et l'insuline et deux neuropeptides anorexigène, POMC (Pro Opio Mélano Cortine) et CART (en) dont l'expression est stimulée par la leptine et l'insuline[9].

Sur le plan métabolique, une sécrétion importante de cette hormone (induite par une quantité de masse grasse supérieure), induit une lipolyse, inhibe la lipogenèse et augmente la sensibilité à l'insuline. Par ailleurs, elle diminue également la sécrétion en insuline et réduit la néoglucogénèse interprandiale. À l'inverse, le manque de leptine induit une augmentation (via son affinité avec l'alpha msh et le neuropeptide Y) du stockage de masse grasse ainsi qu'une augmentation de l'affinité pour les aliments.

La leptine a également été identifiée comme étant un puissant inhibiteur de la formation osseuse lorsqu'elle est présente en grande quantité, en stimulant la résorption et en déprimant la formation ostéoblastique. À faible dose, elle préviendrait cette perte osseuse.

Il semble qu’il existe une différence sexuée dans la sécrétion en leptine puisqu’à quantité de tissu sous-cutané égale, les adipocytes féminins sécrètent trois fois plus de leptine que les adipocytes masculins.

Leptine et santé[modifier | modifier le code]

Poids[modifier | modifier le code]

Une mutation du gène (appelé DB) du récepteur de la leptine entraîne une obésité extrême. Une mutation du gène de la leptine entraîne le plus souvent la formation d'une leptine[10] inefficiente et serait responsable de près de 3 % des obésités sévères juvéniles mais le taux de leptine circulante resterait dans ce cas à peu près normal, ce qui impose un diagnostic génétique[11]. Dans de rare cas, le taux de leptine est effondré[12].

Le taux de leptine peut diminuer en cas de régime alimentaire[13], de tabagisme[14]. Il est modifié, dans un sens ou un autre, par divers médicaments[5].

L'utilisation thérapeutique de la leptine pour parvenir à une perte de poids pourrait donner des résultats prometteurs[15].

Maladie d'Alzheimer[modifier | modifier le code]

La leptine joue sur le développement et l'évolution du cerveau. Elle diminuerait les concentrations de bêta-amyloïde[16], la composante principale des plaques qui se développent dans le cerveau des personnes touchées par la maladie d'Alzheimer. Avoir un taux sanguin de leptine bas prédispose statistiquement quatre fois plus au risque de maladie d'Alzheimer[16].
La leptine pourrait ainsi être un biomarqueur de maladie d’Alzheimer, voire un futur co-médicament, cependant un bas taux de leptine n'implique pas non plus l'apparition d'une démence. Son efficacité contre la maladie d'Alzheimer reste donc à démontrer.

Autres[modifier | modifier le code]

Un taux de leptine élevé semble corrélé avec un risque plus important d'infarctus du myocarde[17],[18], et ce, indépendamment du niveau d'obésité[5]. De même, le risque de survenue d'un diabète pourrait augmenter dans le même registre, du moins chez l'homme[19].

La leptine stimulerait la prolifération des cellules cancéreuses du sein, in vitro[20].

Une faible concentration de leptine pourrait également influer sur l'apnée centrale du sommeil[21].

Son rôle dans les problèmes articulaires et l'obésité [modifier | modifier le code]

Obésité et arthrose[modifier | modifier le code]

Il existe un lien étroit entre l'obésité et l'arthrose. L'obésité est l'un des principaux facteurs de risque pouvant être prévenus dans le développement de l'arthrose.  On a tout d'abord pensé que la relation entre arthrose et obésité était exclusivement de nature biomécanique, le surpoids favorisant l'accélération de l'usure articulaire. Cependant, on reconnaît aujourd'hui qu'il existe également une composante métabolique, qui explique pourquoi l'obésité est un facteur de risque pour l'arthrose, non seulement pour les articulations qui supportent du poids (par exemple, les genoux), mais aussi pour celles qui n'en supportent pas (par exemple, les mains) [22]; en conséquence, il a été démontré que la réduction de la graisse corporelle entraîne une plus grande amélioration de l'arthrose que la réduction du poids corporel per se [23]. Cette composante métabolique est liée à la libération par le tissu adipeux de facteurs systémiques pro-inflammatoires qui sont fréquemment associés de façon critique au développement de l'arthrose [24],[25],[26],[27],[28] .

Ainsi, la production déréglée d'adipokines et de médiateurs inflammatoires, l'hyperlipidémie et l'augmentation du stress oxydatif systémique sont des conditions fréquemment associées à l'obésité qui peuvent favoriser la dégénérescence articulaire. De plus, de nombreux facteurs de régulation ont été impliqués dans le développement, l'entretien et la fonction tant des tissus adipeux que du cartilage et des autres tissus des articulations. Les altérations de ces facteurs peuvent constituer un lien supplémentaire entre l'obésité et l'arthrose.

Leptine et arthrose[modifier | modifier le code]

Les adipocytes interagissent avec les autres cellules à travers la production et la sécrétion de différentes molécules de signalisation, notamment les protéines de signalisation appelées adipokines. Certaines adipokines peuvent être considérées comme des hormones, car elles régulent les fonctions des organes à distance, et plusieurs d'entre elles ont été spécifiquement impliquées dans la physiopathologie de la maladie des articulations. L'une d'elles plus particulièrement, la leptine, a attiré l'attention du monde de la recherche ces dernières années. Les niveaux de leptine en circulation possèdent une corrélation positive avec l'indice de masse corporelle (IMC), plus spécifiquement avec la masse grasse, et les personnes obèses ont des niveaux élevés de leptine dans leur circulation, en comparaison avec les personnes non obèses [29]. Chez les personnes obèses, l'augmentation des niveaux de leptine en circulation conduit à des réponses inattendues, c'est-à-dire qu'il n'y pas de réduction de l'ingestion d'aliments ni du poids corporel, car il existe une résistance à la leptine [30]. Outre la fonction de régulation de l'homéostasie de l'énergie, la leptine joue un rôle dans d'autres fonctions physiologiques telles que la communication neuro-endocrinienne, la reproduction, l'angiogenèse et la formation d'os. Plus récemment, la leptine a été reconnue comme un facteur de cytokines avec des actions pléiotropiques également dans la réponse immunitaire et l'inflammation [30],[31],[32],[33]. Par exemple, la leptine peut se trouver dans le liquide synovial en corrélation avec l'indice de masse corporelle, et les récepteurs de leptine s'expriment dans le cartilage, où la leptine module et intervient dans de nombreuses réponses inflammatoires et destructrices du cartilage et d'autres tissus des articulations. La leptine est donc un candidat possible pour établir un lien entre l'obésité et l'arthrose, et sert d'objectif putatif pour le traitement nutritionnel de l'arthrose.

Tout comme dans le plasma, les niveaux de leptine dans le liquide synovial possèdent une corrélation positive avec l'IMC [34],[35],[36],[37]. La leptine du liquide synovial est synthétisée au moins partiellement dans l'articulation, et peut avoir son origine en partie dans la circulation. Il a été montré que la leptine est produite par les chondrocytes, ainsi que par d'autres tissus dans l'articulation, notamment la synovie, les ostéophytes, le ménisque et l'os [34],[35],[38],[39],[40],[41]. Un bloc de graisse infrapatellaire situé hors de la synovie à l'intérieur de l'articulation du genou est adjacent à la membrane synoviale et au cartilage, et a été récemment très apprécié comme source importante de la leptine, ainsi que d'autres adipokines et médiateurs qui contribuent à la pathogenèse de l'arthrose [41],[42],[43],[44].

Le risque de souffrir d'arthrose peut se voir réduit par une perte de poids. Cette réduction du risque est partiellement liée à la diminution de la charge articulaire, mais aussi à la diminution de la masse grasse, de l'adiposité centrale et de l'inflammation de bas grade associée à l'obésité et aux facteurs systémiques. 

Ces éléments probants de plus en plus nombreux désignent la leptine comme facteur de dégradation du cartilage dans la pathogenèse de l'arthrose, et comme biomarqueur potentiel de la progression de la maladie, ce qui suggère que la leptine, ainsi que les mécanismes de régulation et de signalisation, peuvent être de nouveaux objectifs prometteurs dans le traitement de l'arthrose, particulièrement chez les patients obèses.

Les personnes obèses sont prédisposées à souffrir d'arthrose, non seulement à cause de la surcharge mécanique, mais aussi à cause de la surexpression de facteurs solubles, c'est-à-dire la leptine et les cytokines pro-inflammatoires, qui contribuent à l'inflammation des articulations et à la destruction du cartilage. Les personnes obèses sont donc dans une situation modifiée, due à une insuffisance métabolique, qui requiert un traitement nutritionnel spécifique apte à normaliser la production de leptine et à réduire l'inflammation systémique de bas grade, afin de diminuer l'effet nocif de ces médiateurs systémiques sur la santé des articulations.

Il existe des suppléments nutritionnels et des agents pharmacologiques capables de diriger ces facteurs et d'améliorer les deux problèmes.

En tant que médicament[modifier | modifier le code]

Un analogue synthétique de la leptine existe sous le nom de metreleptine. Cette dernière a été testée dans certaines formes d'obésité avec déficit important en leptine chez l'enfant[45] ou chez l'adulte[46].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brennan AM, Mantzoros CS, « Drug Insight: the role of leptin in human physiology and pathophysiology--emerging clinical applications », Nat Clin Pract Endocrinol Metab, vol. 2, no 6,‎ , p. 318–327 (PMID 16932309, DOI 10.1038/ncpendmet0196)
  2. Coleman DL, Effects of parabiosis of obese with diabetes and normal mice, Diabetologia, 1973;9:294–298
  3. Zhang Y, Proenca R, Maffei M, Barone M, Leopold L, Friedman JM, Positional cloning of the mouse obese gene and its human homologue, Nature, 1994;372:425–432
  4. Pelleymounter MA, Cullen MJ, Baker MB et als. Effects of the obese gene product on body weight regulation in ob/ob mice, Science, 1995;269:540–543
  5. a, b et c Koh KK, Park SM, Quon MJ, Leptin and cardiovascular disease: Response to therapeutic interventions, Circ, 2008;117:3238-3249.
  6. Lee GH, Proenca R, Montez JM et als. Abnormal splicing of the leptin receptor in diabetic mice, Nature, 1996;379:632–635.
  7. Dr Marie Thirion, Pourquoi j'ai faim ?: De la peur de manquer aux folies des régimes, Albin Michel, , p. 101
  8. Elle est la première hormone (pro-hormone) à avoir été identifiée dans le tissu adipeux.
  9. Hervé Guénard, Physiologie humaine, 3e édition, Éditions Pradel, 2001, 606 pp (ISBN 2-913996-04-3).
  10. « Leptine et obesité »
  11. (en) Farooqi IS, Wangensteen T, Collins S et Als. Clinical and molecular genetic spectrum of congenital deficiency of the leptin receptor, New Eng J Med, 2007;356:237-247
  12. Montague CT, Farooqi IS, Whitehead JP, et al. Congenital leptin deficiency is associated with severe early-onset obesity in humans, Nature, 1997;387:903-908
  13. Geldszus R, Mayr B, Horn R Geisthovel F, von zur Muhlen A, Brabant G Serum leptin and weight reduction in female obesity, Eur. J. Endocrinol., 1996;135:659-662
  14. Reseland JE, Mundal HH, Hollung K, Haugen F, Zahid N, Anderssen SA, Drevon CA, Cigarette smoking may reduce plasma leptin concentration via catecholamines, Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids, 2005;73:43-49
  15. Heymsfield SB, Greenberg AS, Fujioka K et als. Recombinant leptin for weight loss in obese and lean adults: a randomized, controlled, dose-escalation trial, JAMA, 1999:282;1568–1575
  16. a et b Wolfgang Lieb et al. ; Association of Plasma Leptin Levels With Incident Alzheimer Disease and MRI Measures of Brain Aging - Revue JAMA. 2009 ; 302(23):2565-2572
  17. Wallerstedt SM, Eriksson AL, Niklason A, Ohlsson C, Hedner T, Serum leptin and myocardial infarction in hypertension. Blood Press. 2004;13:243-246
  18. Wallace AM, McMahon AD, Packard CJ, Kelly A, Shepherd J, Gaw A, Sattar N, Plasma leptin and the risk of cardiovascular disease in the West of Scotland Coronary Prevention Study (WOSCOPS), Circulation, 2001;104:3052-3056
  19. Wannamethee SG, Lowe GD, Rumley A, Cherry L, Whincup PH, Sattar N, Adipokines and risk of type 2 diabetes in older men, Diabetes Care, 2007;30:1200-1205
  20. Peyrat JP, Révillion F, Grosjean J, Charlier M, Djiane J, La leptine: un lien entre obésité et cancer du sein, Obésité, 2008;3,66-71
  21. Ivan Cundrle, Virend Somers, Prachi Singh, Bruce Johnson, Christopher Scott, Christelle van der Walt, Lyle Olson, LEPTIN CONCENTRATION PREDICTS CENTRAL SLEEP APNEA IN HEART FAILURE PATIENTS, Journal of the American Cardiology, 2013;61(10_S)
  22. (en) Erlangga Yusuf, Rob G. Nelissen, Andreea Ioan-Facsinay et Vedrana Stojanovic-Susulic, « Association between weight or body mass index and hand osteoarthritis: a systematic review », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 69, no 4,‎ , p. 761–765 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, PMID 19487215, DOI 10.1136/ard.2008.106930, lire en ligne)
  23. (en) Jeremy Sokolove et Christin M. Lepus, « Role of inflammation in the pathogenesis of osteoarthritis: latest findings and interpretations », Therapeutic Advances in Musculoskeletal Disease, vol. 5, no 2,‎ , p. 77–94 (DOI 10.1177/1759720x12467868, lire en ligne)
  24. R. M. Aspden, B. A. Scheven et J. D. Hutchison, « Osteoarthritis as a systemic disorder including stromal cell differentiation and lipid metabolism », Lancet (London, England), vol. 357, no 9262,‎ , p. 1118–1120 (ISSN 0140-6736, PMID 11297982, DOI 10.1016/S0140-6736(00)04264-1, lire en ligne)
  25. (en) P. Pottie, N. Presle, B. Terlain et P. Netter, « Obesity and osteoarthritis: more complex than predicted! », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 65, no 11,‎ , p. 1403–1405 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, PMID 17038451, DOI 10.1136/ard.2006.061994, lire en ligne)
  26. Timothy M. Griffin et Farshid Guilak, « Why is obesity associated with osteoarthritis? Insights from mouse models of obesity », Biorheology, vol. 45, no 3-4,‎ , p. 387–398 (ISSN 0006-355X, PMID 18836239, PMCID PMC2748656, lire en ligne)
  27. K. Masuko, M. Murata, N. Suematsu et K. Okamoto, « A metabolic aspect of osteoarthritis: lipid as a possible contributor to the pathogenesis of cartilage degradation », Clinical and Experimental Rheumatology, vol. 27, no 2,‎ , p. 347–353 (ISSN 0392-856X, PMID 19473582, lire en ligne)
  28. (en) Peng-fei Hu, Jia-peng Bao et Li-dong Wu, « The emerging role of adipokines in osteoarthritis: a narrative review », Molecular Biology Reports, vol. 38, no 2,‎ , p. 873–878 (ISSN 0301-4851 et 1573-4978, DOI 10.1007/s11033-010-0179-y, lire en ligne)
  29. Robert V. Considine, Madhur K. Sinha, Mark L. Heiman et Aidas Kriauciunas, « Serum Immunoreactive-Leptin Concentrations in Normal-Weight and Obese Humans », New England Journal of Medicine, vol. 334, no 5,‎ , p. 292–295 (ISSN 0028-4793, PMID 8532024, DOI 10.1056/nejm199602013340503, lire en ligne)
  30. a et b (en) Roberto Coppari et Christian Bjørbæk, « Leptin revisited: its mechanism of action and potential for treating diabetes », Nature Reviews Drug Discovery, vol. 11, no 9,‎ , p. 692–708 (ISSN 1474-1784, DOI 10.1038/nrd3757, lire en ligne)
  31. O. Gualillo, « Further evidence for leptin involvement in cartilage homeostases », Osteoarthritis and Cartilage, vol. 15, no 8,‎ , p. 857–860 (ISSN 1063-4584, PMID 17560812, DOI 10.1016/j.joca.2007.04.015, lire en ligne)
  32. (en) Noriyuki Ouchi, Jennifer L. Parker, Jesse J. Lugus et Kenneth Walsh, « Adipokines in inflammation and metabolic disease », Nature Reviews Immunology, vol. 11, no 2,‎ , p. 85–97 (ISSN 1474-1741, DOI 10.1038/nri2921, lire en ligne)
  33. Morena Scotece, Javier Conde, Katriina Vuolteenaho et Anna Koskinen, « Adipokines as drug targets in joint and bone disease », Drug Discovery Today, vol. 19, no 3,‎ , p. 241–258 (ISSN 1878-5832, PMID 23906693, DOI 10.1016/j.drudis.2013.07.012, lire en ligne)
  34. a et b Hélène Dumond, Nathalie Presle, Bernard Terlain et Didier Mainard, « Evidence for a key role of leptin in osteoarthritis », Arthritis and Rheumatism, vol. 48, no 11,‎ , p. 3118–3129 (ISSN 0004-3591, PMID 14613274, DOI 10.1002/art.11303, lire en ligne)
  35. a et b T. Simopoulou, K. N. Malizos, D. Iliopoulos et N. Stefanou, « Differential expression of leptin and leptin's receptor isoform (Ob-Rb) mRNA between advanced and minimally affected osteoarthritic cartilage; effect on cartilage metabolism », Osteoarthritis and Cartilage, vol. 15, no 8,‎ , p. 872–883 (ISSN 1063-4584, PMID 17350295, DOI 10.1016/j.joca.2007.01.018, lire en ligne)
  36. (en) Katriina Vuolteenaho, Anna Koskinen, Teemu Moilanen et Eeva Moilanen, « Leptin levels are increased and its negative regulators, SOCS-3 and sOb-R are decreased in obese patients with osteoarthritis: a link between obesity and osteoarthritis », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 71, no 11,‎ , p. 1912–1913 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, PMID 22689314, DOI 10.1136/annrheumdis-2011-201242, lire en ligne)
  37. (en) Rajiv Gandhi, Mark Takahashi, Khalid Syed et J. Rod Davey, « Relationship between body habitus and joint leptin levels in a knee osteoarthritis population », Journal of Orthopaedic Research, vol. 28, no 3,‎ , p. 329–333 (ISSN 1554-527X, DOI 10.1002/jor.21000, lire en ligne)
  38. N. Presle, P. Pottie, H. Dumond et C. Guillaume, « Differential distribution of adipokines between serum and synovial fluid in patients with osteoarthritis. Contribution of joint tissues to their articular production », Osteoarthritis and Cartilage, vol. 14, no 7,‎ , p. 690–695 (ISSN 1063-4584, PMID 16527497, DOI 10.1016/j.joca.2006.01.009, lire en ligne)
  39. (en) M. Morroni, R. De Matteis, C. Palumbo et M. Ferretti, « In vivo leptin expression in cartilage and bone cells of growing rats and adult humans », Journal of Anatomy, vol. 205, no 4,‎ , p. 291–296 (ISSN 1469-7580, DOI 10.1111/j.0021-8782.2004.00333.x, lire en ligne)
  40. K. Järvinen, K. Vuolteenaho, R. Nieminen et T. Moilanen, « Selective iNOS inhibitor 1400W enhances anti-catabolic IL-10 and reduces destructive MMP-10 in OA cartilage. Survey of the effects of 1400W on inflammatory mediators produced by OA cartilage as detected by protein antibody array », Clinical and Experimental Rheumatology, vol. 26, no 2,‎ , p. 275–282 (ISSN 0392-856X, PMID 18565249, lire en ligne)
  41. a et b (en) Emilie Distel, Thomas Cadoudal, Sylvie Durant et Alexandre Poignard, « The infrapatellar fat pad in knee osteoarthritis: An important source of interleukin-6 and its soluble receptor », Arthritis & Rheumatism, vol. 60, no 11,‎ , p. 3374–3377 (ISSN 1529-0131, DOI 10.1002/art.24881, lire en ligne)
  42. S. Clockaerts, Y. M. Bastiaansen-Jenniskens, J. Runhaar et G. J. V. M. Van Osch, « The infrapatellar fat pad should be considered as an active osteoarthritic joint tissue: a narrative review », Osteoarthritis and Cartilage, vol. 18, no 7,‎ , p. 876–882 (ISSN 1522-9653, PMID 20417297, DOI 10.1016/j.joca.2010.03.014, lire en ligne)
  43. (en) I. R. Klein-Wieringa, M. Kloppenburg, Y. M. Bastiaansen-Jenniskens et E. Yusuf, « The infrapatellar fat pad of patients with osteoarthritis has an inflammatory phenotype », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 70, no 5,‎ , p. 851–857 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, PMID 21242232, DOI 10.1136/ard.2010.140046, lire en ligne)
  44. (en) Wang Hui, Gary J. Litherland, Martina S. Elias et Gareth I. Kitson, « Leptin produced by joint white adipose tissue induces cartilage degradation via upregulation and activation of matrix metalloproteinases », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 71, no 3,‎ , p. 455–462 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, PMID 22072016, DOI 10.1136/annrheumdis-2011-200372, lire en ligne)
  45. Farooqi IS, Jebb SA, Langmack G et al. Effects of recombinant leptin therapy in a child with congenital leptin deficiency, N Engl J Med, 1999;341:879-884
  46. Licinio J, Caglayan S, Ozata M, et al. Phenotypic effects of leptin replacement on morbid obesity, diabetes mellitus, hypogonadism, and behavior in leptin-deficient adults, Proc Natl Acad Sci U S A, 2004;101:4531-4536