Leopoldo Fregoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Leopoldo Fregoli
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ViareggioVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Enfant
Arthur Pétronio (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiche (1900).

Leopoldo Fregoli (né le à Rome et mort le à Viareggio) est un acteur et un artiste italien, ventriloque et musicien, réputé pour ses changements de costumes très rapides, un transformiste qui a été jusqu'à interpréter cent rôles costumés dans le même spectacle.

Biographie[modifier | modifier le code]

À Lyon, au théâtre des Célestins, il rencontre Auguste Lumière, qui lui vend un appareil de projection avec autorisation de l’utiliser, qu'il modifiera et qu'il baptisera le Frégoligraphe et avec lequel il tournera ses premiers films en pionnier du cinéma. C'est grâce à ce Frégoligraphe qu'il termine certaines performances, par une projection de vues montrant ses transformations en coulisse (cf. Fregoli retroscena)[1],[2].

Installé à Paris, d'abord au Trianon à Montmartre puis à l'Olympia, où il fait un triomphe pendant sept mois à guichets fermés, il monte un spectacle spécial dit du « théâtre à l'envers » pour démontrer qu'il est seul en scène et qu'aucun comparse ne le remplace pendant les différentes transformations (il dispose néanmoins d'une vingtaine de costumiers qui participent à l'action en coulisse). Il fréquente la communauté artistique italienne installée à Paris, dont le caricaturiste César Giris.

Leopoldo Fregoli a tourné dans plusieurs grandes villes du monde.

Sa tombe à Viareggio porte comme épitaphe : « Ici Léopoldo Frégoli a accompli son ultime transformation ». À 18 ans, il travaille comme apprenti horloger, et se fait passer un jour pour une cliente. Il est ensuite envoyé en Afrique, à Massaouha, lors du conflit italo-éthiopien. L'armée y a dressé un théâtre de fortune ; un jour que les acteurs du troisième régiment d'infanterie étaient envoyés en opération, Leopoldo se proposa de jouer seul tous les rôles de la pièce : le gouverneur le félicita pour sa prestation. La campagne finie, Fregoli fonda à Rome la Compagnie internationale des Variétés. Ainsi débuta sa triomphale tournée qui allait durer un quart de siècle. Il fit un triomphe dans de nombreuses capitales et se retira en 1918 au sommet de sa gloire.

En février 1906, il donne une interview au magasine Lecture pour tous[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Il donna son nom au mot « frégolisme ». En 1927, Paul Courbon et Gabriel Fail décrivent le syndrome d'illusion de Fregoli en référence à cet acteur[4],[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Fregoli tourne une trentaine de films en 1897 et 1899. Ces films sont conservés à la Cinémathèque nationale italienne de Rome et ont été restaurés par le CNC en 1995[6]. Voici une liste non-exhaustive[7] :

  • 1897 : Partie de cartes ;
  • 1897 : Fregoli al caffe ;
  • 1897 : Fregoli in Palcoscenico ;
  • 1897 : Danse serpentine [I] ;
  • 1898 : Fregoli al restaurant [II] ;
  • 1898 : Segreto per vestirci con aiuto [II] ;
  • 1898 : Fregoli retroscena [I] ;
  • 1898 : Fregoli retroscena [II] ;
  • 1898 : Pere Cotte ;
  • 1898 : Fregoli donna ;
  • 1899 : Fregoli al restaurant [I] ;
  • 1899 : Fregoli e signora al restaurant ;
  • 1899 : Bianco e nero ;
  • 1899 : Fregoli giochi di prestigio [I] ;
  • 1899 : Fregoli soldato [I] ;
  • 1899 : Burla al marito [I] ;
  • 1899 : Burla al marito [II] ;
  • 1899 : Fregoli barbiere ;
  • 1899 : Maestri di musica (Rossini, Wagner, Verdi, Mascagni) ;
  • 1899 : La serenata di Fregoli ;
  • 1899 : Fregoli transformista.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leopoldo Fregoli, Fregoli raccontato da Fregoli, Rizzoli, Milan, 1936, 291 p.
  • François Caradec et Jean Nohain, Fregoli (1868-1936) : sa vie et ses secrets, La Jeune Parque, Paris, 1968, 103 p.
  • Patrick Rambaud, Les mirobolantes aventures de Fregoli racontées d'après ses mémoires et des témoins, F. Bourin, Paris, 1991, 174 p. (ISBN 2-87686-091-0).
  • Vincent Colonna, Ma vie transformiste, Tristram, Auch, 2001. Le roman cite un ouvrage supposé de Fregoli.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Librairie », 20 & 21. Revue d'histoire, vol. 144, no 4,‎ , p. 211 (ISSN 2649-664X et 2649-6100, DOI 10.3917/vin.144.0211, lire en ligne, consulté le )
  2. « FREGOLIGRAPH | Paris Musées », sur www.parismuseescollections.paris.fr (consulté le )
  3. « FREGOLI », sur Artefake, (consulté le )
  4. Courbon, P. et Fail, G., « Syndrome d' "illusion de Fregoli" et schizophrénie », Bulletin de la société clinique de médecine mentale,‎ , p. 121-126 (lire en ligne)
  5. Stéphane Quilichini, Bruno Rivet et Pierre Paulin, « Syndromes et maladies psychiatriques à nom propre », Perspectives Psy, vol. 44, no 4,‎ , p. 311–323 (ISSN 0031-6032, DOI 10.1051/ppsy/2005444311, lire en ligne, consulté le )
  6. « Fregoli, transformiste et pionnier du cinéma | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le )
  7. (it) « Leopoldo Fregoli – Portale Cinema Muto Italiano » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :