Leopold Okulicki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant polonais
Cet article est une ébauche concernant une personnalité polonaise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Leopold Okulicki
Okulicki.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Bratucice (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Arme
Infanterie de la Seconde république polonaise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Site web
Distinctions

Leopold Okulicki, dit Kobra ou Niedźwiadek, (1898 - 1946) était un général de l'armée polonaise (général de brigade) et le dernier commandant de l'Armia Krajowa pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était né à Bratucice, près de Bochnia.

Pendant la campagne de 1939, il est à la tête du 3e bureau (Opérations) à l'état-major général.

En 1941, il est arrêté par le NKVD et envoyé en captivité en Union soviétique. Libéré à la suite des accords Sikorski-Maïski, il devient chef d'état-major des Forces armées polonaises en Union soviétique. Il commande la 7e division de ces mêmes forces.

De 1943 à 1944, il est versé dans la réserve. Transféré au Royaume-Uni, il suit l'entrainement des Cichociemni. Volontaire, il est parachuté en Pologne[1]. Il est nommé chef d'état-major adjoint de l'Armée de l'intérieur (Armia Krajowa). En 1944, il est nommé commandant en chef adjoint de l'AK, puis chef d'état-major.

Il avait succédé au général Bór-Komorowski, fait prisonnier par les Allemands à l'issue de l'Insurrection de Varsovie en octobre 1944. En janvier 1945, il prononce la dissolution de l'Armia Krajowa.

Il est assassiné après la guerre par le NKVD soviétique à la prison de la Boutyrka, à Moscou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wladyslaw Anders Mémoires 1939-1946, p. 381, La Jeune Parque, Paris 1948

Sources et références[modifier | modifier le code]