Leopold Gratz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leopold Gratz
Leopold Gratz en 1971.
Leopold Gratz en .
Fonctions
Président du Conseil national d'Autriche

(2 ans, 2 mois et 6 jours)
Législature XVIIe
Prédécesseur Anton Benya
Successeur Rudolf Pöder
Ministre fédéral des Affaires étrangères

(2 ans, 3 mois et 7 jours)
Chancelier Fred Sinowatz
Gouvernement Sinowatz
Prédécesseur Erwin Lanc
Successeur Peter Jankowitsch
Bourgmestre de Vienne

(11 ans, 2 mois et 5 jours)
Gouvernement Graz I, II, III, IV
Législature 10e, 11e, 12e, 13e
Coalition SPÖ-ÖVP (1973)
SPÖ (1973-84)
Prédécesseur Felix Slavik
Successeur Helmut Zilk
Ministre fédéral de l'Enseignement et des Arts

(1 an, 6 mois et 14 jours)
Chancelier Bruno Kreisky
Gouvernement Kreisky I
Prédécesseur Alois Mock
Successeur Fred Sinowatz
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne (Autriche)
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Nature du décès crise cardiaque
Sépulture Zentralfriedhof, Vienne
Nationalité autrichienne
Parti politique SPÖ
Diplômé de université de Vienne

Leopold Gratz Leopold Gratz
Ministres des Affaires étrangères d'Autriche
Ministres de l'Éducation d'Autriche
Bourgmestres de Vienne

Leopold Gratz, né le à Vienne et mort le à Vienne, est un homme d'État autrichien membre du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ).

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et ascension[modifier | modifier le code]

Élu sénateur au Bundesrat en , il devient député fédéral au Conseil national trois ans plus tard. Le , il est nommé à 40 ans ministre fédéral de l'Enseignement et des Arts dans le premier gouvernement du chancelier fédéral social-démocrate Bruno Kreisky.

Il n'est pas reconduit dans le deuxième cabinet Kreisky constitué le et se voit alors confier la fonction de président du groupe interparlementaire du Parti socialiste d'Autriche (SPÖ), qui rassemble députés fédéraux et sénateurs.

Bourgmestre de Vienne[modifier | modifier le code]

Le , Leopold Gratz est investi à 43 ans bourgmestre de Vienne. Il remplace ainsi Felix Slavik, qui avait démissionné après le rejet de son projet de création d'un parc zoologique par référendum.

Les élections régionales du suivant sont un triomphe pour le SPÖ, qui gouverne Vienne depuis . Avec 60,14 % des suffrages exprimés, les socialistes réalisent leur meilleur résultat depuis la Seconde Guerre mondiale, tous scrutins parlementaires confondus. Gratz met alors un terme à la « grande coalition » que le SPÖ forme avec le ÖVP depuis 28 ans.

Il inaugure le la première ligne du métro de Vienne, dont la construction avait commencé huit ans auparavant. Deux ans plus tard, il inaugure le Vienna International Centre, siège de l'Office des Nations unies à Vienne (ONUV) dont l'implantation a été négociée par le chancelier Kreisky.

Aux plus hautes fonctions[modifier | modifier le code]

Il démissionne le , après avoir passé 11 ans au pouvoir, soit le mandat le plus long depuis Franz Jonas. Il devient alors ministre fédéral des Affaires étrangères à l'occasion d'un remaniement du gouvernement de Fred Sinowatz. Quand ce dernier cède ses responsabilités à Franz Vranitzky le , Gratz n'est pas reconduit.

Réélu député fédéral aux élections législatives anticipées du suivant, il prend le la présidence du Conseil national.

Fin de vie politique[modifier | modifier le code]

Il remet sa démission le après qu'il a été mis en cause dans « l'affaire Lucona », un scandale de fraude aux assurances commis par son proche ami Udo Proksch qui a conduit à la mort de six marins[1], et renonce alors à sa vie politique.

Il meurt le des suites d'une crise cardiaque. Il est inhumé deux semaines plus tard au Zentralfriedhof à Vienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Scandale en Autriche: le chancelier «balaye» », Le Soir,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]