Leopold Godowsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Leopold Godowsky
Description de cette image, également commentée ci-après
Leopold Godowsky en 1935.

Naissance
Žasliai, Drapeau de la Pologne Pologne
Décès (à 68 ans)
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Pianiste, compositeur
Élèves Heinrich Neuhaus, Jorge Bolet, Fannie Charles Dillon
Famille Leopold Godowsky

Leopold Godowsky (né le à Žasliai (en polonais : Żośle), petite ville proche de Vilnius, en Lituanie – mort le à New York), est un pianiste et compositeur polonais, naturalisé américain en 1891.

Entre 1900 et 1930, son nom est synonyme de piano : il est le pianiste le mieux rémunéré et le plus recherché au monde de son temps. Rachmaninoff écrit à propos de lui : il « est le seul musicien de son époque qui a apporté une contribution durable et réelle au développement de la musique pour piano. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Leopold Godowsky est le fils unique d'Anna et Maciej Godowsky. Son père, Maciej Godowsky, médecin réputé, meurt du choléra. Anna et Leopold sont recueillis par Louis et Minna Passinock, qui tenaient un commerce de pianos à Vilnius, la capitale. Louis, bon violoniste, enseigne le violon à Leopold, qui maîtrise le Concerto de Mendelssohn à sept ans. Mais c’est le piano qui fascine le jeune prodige. Il se perfectionne quasiment seul[1], contre la volonté de son mentor.

Il se produit comme enfant prodige à neuf ans et travaille à la Hochschule für Musik de Berlin en 1884, notamment avec Woldemar Bargiel et Ernst Rudolff ; puis à New York pendant une tournée avec le violoniste belge Ovide Musin[1]. L'année suivante, il retourne en Europe pour étudier avec Camille Saint-Saëns (1887–1890). Il se produit tant à Paris qu'à Londres.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1890, il est nommé professeur au College de musique de New York. En 1891, il épouse Frida Saxe et obtient la nationalité américaine[2].

Il enseigne au Conservatoire de Philadelphie de 1894 à 1895, puis à Chicago jusqu'en 1900. Il fait une tournée en Europe et se fixe à Berlin et s'y produit triomphalement, véritable début de sa carrière et de sa réputation. Il affronte sur la scène, avec un programme similaire : Liszt. Ferruccio Busoni, son grand rival, répondant avec un programme de transcriptions de Liszt[3].

Il succède à Busoni à l'Académie de Vienne de 1909 à 1914. Pendant la guerre, il retourne aux États Unis et reprend ses tournées jusqu'en 1930. Souffrant de troubles vasculaires pendant les dernières années de sa vie, il est frappé d'une attaque qui le rend partiellement paralysé, lors d'un enregistrement des Nocturnes de Chopin[2]. Il meurt huit ans plus tard, à l'âge de soixante-huit ans.

Interprète de premier plan, à l’égal de Josef Hofmann, son ami, ou de Rachmaninoff, qui lui dédie une célèbre pièce pour piano. Il est le professeur de générations de pianistes célèbres (citons Jorge Bolet) et l’ami des personnalités du monde des arts et des sciences, parmi lesquelles Charlie Chaplin et Albert Einstein.

Son fils Leopold Godowsky, violoniste amateur et chimiste de profession chez Kodak, est avec Leopold Mannes, sont les inventeurs de la première pellicule diapositive en 1935, la Kodachrome. Sa fille Dagmar Godowsky est une star du cinéma muet.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Comme compositeur, il a laissé une œuvre abondante (plus de 400 œuvres) pour le piano et son enseignement, ainsi que nombre de transcriptions de Weber, Brahms, Johann Strauss notamment.

Arrangement de l'opus 25, no 1

Ses 53 Études sur les 27 Études de Chopin (composées entre 1893 et 1914) sont les plus célèbres de ses transcriptions. « Recompositions » plutôt que « transcriptions », car Godowsky superpose les études, varie les thèmes, les inverse, transcrit pour la main gauche ce que Chopin avait écrit pour la main droite, jusqu’à rendre certaines sources méconnaissables. Ces pièces sont parmi les plus savantes et les plus difficiles jamais écrites pour le piano, bien que Godowsky n’ait jamais été de cet avis : il ne considérait pas ses compositions ou transcriptions comme étant trop difficiles à interpréter. Cependant, les rares pianistes qui interprètent en concert ces Études de Godowsky se livrent en fait à de réelles prouesses physiques, notamment dans celles écrites pour main gauche seule.

« Les paraphrases de Godowsky sont le piano, poussé jusqu'à sa logique extrême (ou illogique si vous voulez) de la polyphonie romantique la plus serrée. »

— Harold C. Schonberg, The Great Pianists, 1965[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Schonberg 1965, p. 319.
  2. a et b Pâris 2015, p. 342.
  3. Schonberg 1965, p. 321.
  4. Schonberg 1965, p. 323.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Harold C. Schonberg, The Great Pianists, Londres, Victor Gollancz, , 3e éd. (1re éd. 1963), 448 p. (notice BnF no FRBNF35159422), p. 317–323.
  • Alain Pâris (dir.), Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1985, 1989, 1995, 2004), 5e éd. (1re éd. 1982), 1278 p. (OCLC 901287624, lire en ligne), p. 342.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]