Leopold Gmelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gmelin.

Leopold Gmelin

Description de l'image  Leopold Gmelin.jpg.
Naissance
Göttingen (Allemagne)
Décès (à 64 ans)
Heidelberg (Allemagne)
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Champs Chimie
Institutions Université de Heidelberg
Diplôme Université de Göttingen
Université de Tübingen
Université de Vienne

Leopold Gmelin, né le et mort le , est un chimiste allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gmelin est le fils de Johann Friedrich Gmelin (1748-1804), naturaliste et chimiste. Il étudie la médecine et la chimie à Göttingen, Tübingen et Vienne. En 1813, il devient professeur-assistant de chimie à l'université de Heidelberg, en 1814 professeur-extraordinaire et en 1817 professeur-ordinaire de chimie et de médecine. Il prend sa retraite en 1852.

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

Il découvre le ferrocyanure de potassium (1822), l'acide croconique (1825)[1] et introduit les termes « ester » et « ketone » (cétone).

Il écrit un Handbuch der anorganischen Chemie qui sera un ouvrage de référence pendant toute la première moitié du XIXe siècle. La première édition publiée entre 1817 et 1819 contient trois volumes, et l'ouvrage en contiendra neuf lors de sa quatrième édition publiée entre 1843 et 1855.

En 1822, le peintre Jakob Wilhelm Roux a fait le portrait de Leopold Gmelin. A l'Institut Gmelin, il existe aussi un buste de Leopold Gmelin du sculpteur Rudolf Daudert.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Leopold Gmelin, Handbuch der anorganischen Chemie : Cohäsion, Adhäsion, Affinität, unwägbare Stoffe und unorganische Verbindungen der nichtmetallischen wägbaren Stoffe, vol. 1, Winter,‎ 1852, 5e éd., 915 p. (lire en ligne)
  • (de) Leopold Gmelin, Handbuch der anorganischen Chemie : Leichte Metalle und spröde unedle schwere Metalle, vol. 2, Winter,‎ 1853, 5e éd., 847 p. (lire en ligne)
  • (de) Leopold Gmelin, Handbuch der anorganischen Chemie : Ductile unedle schwere Metalle und edle Metalle, vol. 3, Winter,‎ 1853, 5e éd., 858 p. (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. [(en) Dario Braga, Lucia Maini et Fabrizia Grepioni, « Croconic Acid and Alkali Metal Croconate Salts: Some New Insights into an Old Story », Chem. Eur. J., vol. 8, no 8,‎ 2002, p. 1804-1812 (ISSN 0947-6539, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :