Leonid Tibilov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leonid Tibilov
Leonid Tibilov en 2012.
Leonid Tibilov en 2012.
Fonctions
Président de l'Ossétie du Sud

(5 ans et 2 jours)
Prédécesseur Vadim Brovtsev (intérim)
Successeur Anatoli Bibilov
Biographie
Nom de naissance Leonid Haritonovitch Tibilov
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Verkhny Dvan (RSS de Géorgie, URSS)
Religion Christianisme orthodoxe

Leonid Tibilov
Présidents de l'Ossétie du Sud

Leonid Haritonovitch Tibilov (en ossète : Тыбылты Харитъоны фырт Леонид), né le à Verkhny Dvan, est un homme politique sud-ossète. Il est président de la République d'Ossétie du Sud de 2012 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Originaire de Verkhny Dvan, dans le district de Znaur en Ossétie du Sud, Tibilov est professeur de physique et de mathématiques, avant d'entrer au KGB en 1981. Il dirige les services secrets en Ossétie du Sud entre 1992 et 1998.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De 1998 à 2002, il occupe le poste de vice-Premier ministre d'Ossétie du Sud, république sécessionniste de la Géorgie. Dans le même temps, il est également coprésident de la commission de contrôle mixte ayant pour but le maintien de la paix entre l'Ossétie du Sud et la Géorgie, qui considère la république sud-ossète comme faisant parte de son territoire[1]. En 2006, il est candidat à l'élection présidentielle mais est largement battu par le président sortant Edouard Kokoïty.

Après l’annulation de l'élection présidentielle de novembre 2011, Leonid Tibilov se porte candidat au poste de président de l'Ossétie du Sud lors de la nouvelle élection dont le premier tour se tient le . Il totalise 42,5 % des votes et se qualifie pour le second tour[2]. Le 8 avril suivant, il remporte le second tour avec 54,12 % des suffrages exprimés, devançant son adversaire David Sanakoyev qui obtient lui 43,6 %[3].

En octobre 2015, il annonce un référendum sur un rattachement de son pays à la Russie[4].

Candidat à un second mandat lors de l'élection présidentielle qui se tient le , il n'obtient que 33 % des voix et est largement battu par Anatoli Bibilov qui est élu avec 54,8 % des voix dès le premier tour[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]