Leonerasaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Leonerasaurus taquetrensis

Leonerasaurus
Description de cette image, également commentée ci-après
Dessin de Leonerasaurus taquetrensis
par Nobu Tamura.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Super-ordre Dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre  Sauropodomorpha
Clade  Anchisauria

Genre

 Leonerasaurus
Pol, Garrido et Cerda[1], 2011

Nom binominal

 Leonerasaurus taquetrensis
Pol, Garrido et Cerda[1], 2011

Leonerasaurus est un genre éteint de dinosaures, un sauropodomorphe du clade des Anchisauria. Il a été découvert en Argentine dans la formation géologique de Las Leoneras datant probablement du Jurassique inférieur. Ce sauropodomorphe montre une combinaison inhabituelle de caractères primitifs et évolués, indiquant que l'évolution des premiers sauropodomorphes a été marquée par de nombreux phénomènes d'évolution convergente[1].

Une seule espèce est rattachée au genre, Leonerasaurus taquetrensis, décrite par Pol, Garrido et Cerda en 2011[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Squelette reconstitué de Leonerasaurus.

Le nom de genre Leonerasaurus est composé de Leoneras, en référence au nom de la formation géologique dans laquelle l'holotype a été découvert et du mot du grec ancien « σαῦρος / saûros », « lézard ». Le nom d'espèce taquetrensis fait référence à la région de las Sierras de Taquetrén, où la formation de Leoneras affleure en Patagonie centrale[1].

Découverte et datation[modifier | modifier le code]

Leonerasaurus est connu par un seul spécimen incomplet. Ce squelette partiel mais en grande partie articulé comprend un dentaire avec quelques dents, les vertèbres du cou et du tronc, le sacrum, une partie de la ceinture pectorale (épaule) et du pelvis (hanche) ainsi que plusieurs os des membres[1].

Ses fossiles ont été découverts près du Cañadón Las Leoneras (un affluent de la rive gauche de la rivière Chubut), dans la province de Chubut, en Patagonie centrale en Argentine. L'âge de la formation de Las Leoneras n'est pas définitivement fixé. Il varie selon les auteurs :

Les séries volcaniques de la formation de Lonco Trapial qui surmontent la formation sédimentaire de Las Leoneras sont très certainement d'âge Jurassique moyen, ce qui place une limite supérieure pour l'âge de la formation. Cependant, en l'absence de contrainte stratigraphique pour sa partie inférieure, un âge Trias supérieur ne peut être totalement exclu[1].

Description[modifier | modifier le code]

Vues latérale et médiane du dentaire.
La barre horizontale mesure 5 mm.
Vertèbres cervicales.
La barre horizontale mesure 10 mm.
Vues dorsale, ventrale et latérale du sacrum.
La barre horizontale mesure 10 mm.

Crâne[modifier | modifier le code]

Le crâne n'est connu que par l'os dentaire de la mandibule droite et quelques dents. La partie antérieure de l'os est rectiligne et peu arquée au niveau de la symphyse mandibulaire, comme c'est le cas chez les sauropodes primitifs.

Le dentaire droit porte 13 dents ou fragments de dents ainsi que deux alvéoles dentaires vides, ce qui porte à quinze le nombre de dents sur un côté de la mandibule. Les dents et les alvéoles sont inclinées vers l'avant d'environ 60°, comme chez les eusauropodes, mais aussi chez les juvéniles de Mussaurus. La hauteur et la largeur des dents diminuent de l'avant vers l'arrière et les dents voisines se chevauchent. Les bords des dents à l'avant de la mâchoire n'étaient probablement pas dentelés, ou du moins seulement aux extrémités de la couronne ; c'est aussi une caractéristique fréquente chez les eusauropodes. Cependant ces dents ont une forme en cuillère avec leurs faces internes (linguales) concaves, ce qui est un caractère primitif.

Les dents situées plus en arrière sont presque toutes endommagées, mais une dent non encore sortie présente de grands denticules typiques des sauropodomorphes basaux. Cette denture avec des dents à l'avant sans denticule, et des dents avec des denticules à l'arrière est également observée chez les juvéniles de Mussaurus et de Melanorosaurus.

Les dents de Leonerasaurus montrent donc à la fois des caractères évolués d'eusauropodes et primitifs de sauropodomorphes basaux[1].

Vertèbres[modifier | modifier le code]

Neuf vertèbres cervicales ont été retrouvées en connexion anatomique avec les cinq premières vertèbres dorsales de l'animal. Le sacrum, résultant de la fusion de quatre vertèbres sacrées a également été découvert presque complet[1]. La forme générale des vertèbres est caractéristique de celle des sauropodomorphes primitifs.

Classification[modifier | modifier le code]

Adam M. Yates en 2010 considère Leonerasaurus comme un Anchisauria, le taxon le plus proche du groupe des sauropodes[5].

Le cladogramme établi Pol, Garrido et Cerda lors de la description du genre en 2011 montre la position de Leonerasaurus parmi les sauropodomorphes[1] :

Sauropodomorpha

Saturnalia





Pantydraco



Thecodontosaurus





Efraasia




Ruehleia



Plateosaurus


Massopoda

Riojasaurus





Massospondylus




Coloradisaurus



Lufengosaurus



Gyposaurus



Yunnanosaurus




Anchisauria

Anchisaurus




Aardonyx




Leonerasaurus




Melanorosaurus


Sauropoda


Antetonitrus



Lessemsaurus





Kotasaurus




Vulcanodon















Dans le cladogramme ci-dessous, réalisé par Alejandro Otero et ses collègues en 2015 et extrait de leur analyse phylogénétique des saurischiens[6], Leonerasaurus est placé dans le clade des Sauropodiformes, sous celui des Anchisauria :

Anchisauria

Anchisaurus


Sauropodiformes

Mussaurus




Aardonyx



Leonerasaurus



Sefapanosaurus




Melanorosaurus



Sauropoda






Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j (en) « A New Sauropodomorph Dinosaur from the Early Jurassic of Patagonia and the Origin and Evolution of the Sauropod-type Sacrum », PLoS ONE, vol. 6, no 1,‎ , e14572 (PMID 21298087, PMCID 3027623, DOI 10.1371/journal.pone.0014572, lire en ligne)
  2. (es) « Sedimentitas pre-bayocianas en el extremo austral de la Sierra de Taquetrén », 5° Congreso Geológico Argentino, Actas, vol. 3,‎ , p. 269–277
  3. (es) « Evolución tectosedimentaria de la Cuenca de Cañadón Asfalto, Chubut, Argentina », 13° Congreso Geológico Argentino y 2° Congreso de Exploración de Hidrocarburos, Actas, vol. 1,‎ , p. 66–77
  4. (es) Page, R., Ardolino, A., de Barrio, R.E., Franchi, M., Lizuain, A., et al. 2000. "Estratigrafía del Jurásico y Cretácico del Macizo de Somún Curá, provincias de Río Negro y Chubut." In: Caminos, R., (ed.) Geología Argentina. Buenos Aires: Subsecretaría de Minería de la Nación. pp. 460–488
  5. (en) A.M. Yates, « A revision of the problematic sauropodomorph dinosaurs from Manchester, Connecticut and the status of Anchisaurus Marsh », Palaeontology, vol. 53, no 4,‎ , p. 739–752 (DOI 10.1111/j.1475-4983.2010.00952.x)
  6. (en) Alejandro Otero, Emil Krupandan, Diego Pol, Anusuya Chinsamy et Jonah Choiniere, « A new basal sauropodiform from South Africa and the phylogenetic relationships of basal sauropodomorphs », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 174, no 3,‎ , p. 589 (DOI 10.1111/zoj.12247)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

(en) Référence Paleobiology Database : Leonerasaurus Pol et al., 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]