Lenharrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lenharrée
Lenharrée
L'église Saint-Etienne de Lenharrée.
Blason de Lenharrée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Châlons-en-Champagne-3 (Partiel)
Intercommunalité CA de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lacuisse
2014-2020
Code postal 51230
Code commune 51319
Démographie
Gentilé Lenhriots
Population
municipale
93 hab. (2015 en diminution de 9,71 % par rapport à 2010)
Densité 5,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 36″ nord, 4° 06′ 56″ est
Superficie 17,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Lenharrée

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Lenharrée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lenharrée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lenharrée

Lenharrée est une commune française située dans le département de la Marne et la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Lenharrée est un village situé au cœur de la Champagne crayeuse, à une dizaine de kilomètres à l'est de Fère-Champenoise et à une trentaine de kilomètres au sud de Châlons-en-Champagne, sur la rivière la Somme, confluent avec la Soude de la Somme-Soude.

Lenharrée est frontalière avec quatre communes : Normée, Fère-Champenoise au nord-ouest, Soudron au nord-est, Vassimont-et-Chapelaine au sud-est, et Connantray-Vaurefroy au sud-ouest.

Communes limitrophes de Lenharrée
Normée (Fère-Champenoise) Soudron
Lenharrée
Connantray-Vaurefroy Vassimont-et-Chapelaine
Carte de la commune.

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Plusieurs voies routières traversent le village : la route départementale D 18 qui est parallèle à la Somme ; la route communale qui conduit à l'ancienne gare et vers la route nationale 4 via Connantray-Vaurefroy.

Lenharrée se situe à proximité de la route départementale D 5 (Châlons-en-Champagne-Fère-Champenoise) qui se trouve à 3,5 km de Lenharrée à Normée ; la route départmentale D 977 (ancienne RN 77, Sedan-Troyes-Nevers) qui passe à Sommesous à 8 km de Lenharrée ; la route nationale N4 (Paris-Strasbourg) qui est à 5 km de Lenharrée au niveau de Connantray-Vaurefroy et l'autoroute A26 (Londres-Lille-Dijon-Lyon) qui traverse le territoire de Sommesous à une dizaine de kilomètres de Lenharrée.

Lenharrée se trouve par voie routière à 58 km de Troyes, 63 km de Reims (via Épernay) et 140 km de Paris. Le village est également situé à environ 280 km de Lille, 300 km de Bruxelles (via Charleville-Mézières), 320 km de Strasbourg (via Nancy) et 420 km de Lyon.

L'aéroport le plus proche est l'aéroport Paris Vatry.

Économie[modifier | modifier le code]

La vie économique[1] du village repose essentiellement sur l'agriculture, avec 13 exploitations agricoles en grandes cultures (céréales, légumineuses, betteraves) sur une surface d'environ 1 775 hectares, trois entreprises de travaux agricoles et un silo agricole.

D'autres activités sont également représentées avec une entreprise de maçonnerie et construction, et deux entreprises de mécanique (automobile et générale de précision).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille des Marais de Saint-Gond.

En 1914, Lenharrée est au cœur de la première bataille de la Marne[2]. Du 5 au 11 septembre 1914, c'est un des villages de la ligne de résistance française (9e armée de Foch). Gagnée par Joffre, la bataille de la Marne s'avère décisive pour la suite de la Première Guerre mondiale, mais le bilan est lourd, qu'il soit matériel (80 % du village est détruit) ou humain. Les régiments belligérants étaient essentiellement composés de Bretons et de Vendéens dans le camp français par la 2e division d'infanterie et la 22e division d'infanterie de Vannes, de Saxons pour les Allemands (en supériorité numérique écrasante). Les Français ont tenu si longtemps que, après la prise du village par les Allemands, le commandant fut impressionné par la résistance des Français. Il fit donc défiler ses troupes devant le commandant français, le capitaine Henri de Saint-Bon.

Cette guerre a valu au village une citation et la Croix de guerre 1914-1918. 2 952 communes sont décorées de la Croix de guerre 1914-1918 entre 1917 et 1926. Lorsque la Croix de guerre est décernée à titre collectif, elle l'est toujours avec palme, soit le plus haut degré.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lenharrée tire son nom d'une dénomination de propriété gallo-franque Lanheriacum. Ce nom est composé d'un nom d'homme latinisé Lanharius avec le suffixe « iacum » qui désigne la propriété[3].

On trouve dès les années 1250 l'orthographe Lanharé, ce qui prouve qu'on disait déjà « lan-aré » et non pas « lène-aré », la prononciation actuelle étant « lan-ré ».

Bien que d'autres communes comme La Hérie et Le Hérie-la-Viéville dans l'Aisne aient la même étymologie, c'est le seul village de France qui ait cette prononciation actuellement.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes des seigneurs de Lenharé

Les armes de la famille de Lenharé se blasonnent ainsi :« D’argent à deux cotices de sable ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[4], la commune antérieurement membre de la communauté de communes de l'Europort, est désormais membre de la nouvelle communauté d'agglomération Cités-en-Champagne.

Celle-ci résulte en effet de la fusion, au 1er janvier 2014, de l'ancienne communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, de la communauté de communes de l'Europort, de la Communauté de communes de Jâlons (sauf la commune de Pocancy qui a rejoint la Communauté de communes de la Région de Vertus) et de la Communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne[5],[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1948 Georges Thénot    
1948 1965 Émile Lallement    
1965 1978 Raymond Monchaussé    
1978 1983 Pierre Lacuisse    
1983 1989 Pierre Foy    
1989 2001 Thérèse Bidaut    
2001 2014 Rémi Foy    
2014[7] en cours
(au 4 juillet 2014)
Jean-Pierre Lacuisse    

Démographie[modifier | modifier le code]

Lenharrée comptait 46 feux en 1664, puis 49 en 1690, 54 en 1709, 39 en 1713, 43 en 1720 et 44 en 1725. En 1774, le village accueillait 204 habitants[3].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 93 habitants[Note 1], en diminution de 9,71 % par rapport à 2010 (Marne : +1,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235254265249259251273230243
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
249201186185182173175188171
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
165157157139141149137115143
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1761451231391321079110194
2015 - - - - - - - -
93--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne (art roman champenois du XIIe siècle).
  • Cimetière attenant à l'église où se trouvent le monument aux morts des deux guerres mondiales, le monument « aux 540 soldats français tombés à Lenharrée », dit monument « aux Bretons », les tombes de militaires tués sur le territoire de la commune (d'autres sépultures sont éparpillées dans la commune ou regroupées dans le carré militaire de Fère-Champenoise).
  • Village fleuri, Lenharrée est récompensé de 3 fleurs au Concours des villes et villages fleuris[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]INSEE, « Dossier local - Lenharrée », sur site de l'INSEE (consulté le 30 décembre 2010)
  2. Patrimoine culturel de Mauron en Brocéliande
  3. a, b et c Th.-P. Brisson et A. Millard, Histoire de Lenharrée, Châlons-sur-Marne, Imprimerie Martin frères,
  4. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  5. « Cités en Champagne », Les intercommunalités, Syndicat Mixte du SCoT et du Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le 18 juillet 2015).
  6. « La communauté d'agglomération passera de 14 à 38 communes en 2014 Le financement de la future intercommunalité fait débat : De Vatry à Aigny, en passant par La Veuve, le futur établissement public, dont la création vient d'être validée par le préfet, aura des allures de géant. Mais la définition de ses compétences, notamment en zone rurale, suscite des craintes », L'Union,‎ (lire en ligne).
  7. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Villes et villages fleuris
  13. Registres paroissiaux de Lenharrée, Archives départementales de la Marne
  14. Généalogie de la Famille de Gaulle
  15. LEONORE, Base de données des dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur
  16. LEONORE, Base de données des dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur