Lemmecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lemmecourt
Lemmecourt
Mairie de Lemmecourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Laurent Galand
2014-2020
Code postal 88300
Code commune 88265
Démographie
Gentilé Lemmecourtois, Lemmecourtoises
Population
municipale
30 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 52″ nord, 5° 43′ 53″ est
Altitude 362 m
Min. 347 m
Max. 442 m
Superficie 1,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lemmecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lemmecourt

Lemmecourt est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lemmecourt est traversée par le Petit Bani. Lemmecourt se situe sur l'axe routier, D 22, entre Landaville et Beaufremont, Roncourt. Il est important de noter la présence des étangs entre Lemmecourt et Beaufremont. La pêche était importante mais règlementée. Aujourd'hui il ne reste qu'un étang, celui de Lemmecourt

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Landaville Beaufremont Rose des vents
Jainvillotte N Beaufremont
O    Lemmecourt    E
S
Beaufremont Beaufremont Beaufremont

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune au fil des siècles : Lemmecuria, Lemécourt, Lemmécourt, Lemmecourt.

Les traces des premières habitations à Lemmecourt remontent à l'époque de la préhistoire. L'axe de la communication gallo-romaine entre Bulgnéville et la plaine des Vosges passait par Malaincourt, Roncourt, Beaufremont, Lemmecourt, Landaville-le-Bas par la route des soldats (toujours nommée ainsi) allant sur Tilleux, Certilleux et empruntant le chemin des grottes de l'enfer menant à Rebeuville pour arriver sur Neufchâteau. Les recherches archéologiques ont permis de retrouver en forêt des Champs Liégea, des murs, des murs-couloirs, des tombeaux recouverts de pierres sèches (tumuli) et un dolmen.

Ultérieurement, le village dépendait de la baronnie de Beaufremont et le droit de patronage appartenait au seigneur de Beaufremont. Le droit de patronage est l'ensemble des privilèges et charges qui, en vertu d'une concession de l'église, appartiennent au fondateur catholique d'une église, chapelle ou bénéfice ou à leur ayant cause. En 1635, durant la guerre de Trente Ans, les Suédois arrivent dans la région et détruisent tout le haut du village. Puis en 1821, un important incendie, dans la partie basse, a détruit la moitié du village. Progressivement le village s'est reconstruit.

L'église[modifier | modifier le code]

L'église date du XVe siècle et a été restaurée en 1852, mais des anciens murs d'une largeur d'un mètre seraient de l'époque romaine. Avant la Révolution Lemmecourt était une paroisse. Le curé percevait le tiers de la grosse dîme et toute la menue, les châtelains de Beaufremont les deux autres tiers. Les curés durant la Révolution ont été :

– Pierre Léopold Baudot décédé le 4 mars 1832 ;
– Jean-Claude Girot dit Père Victorin lui succéda. Malade, il demanda à son frère Dominique Girot de le remplacer ;
– Dominique Girot dit le père Sigisbert, forte personnalité, né à Auzainvillers le 17 janvier 1760.

Le calvaire :
Une source coulait à cet endroit. En buvant cette eau un habitant a été soigné de la rage et fit ériger ce calvaire en reconnaissance.

Esprit de foi et de zèle[modifier | modifier le code]

La commune de Lemmecourt joua un rôle non négligeable durant la Révolution pour protéger les prêtres cités ci-dessus. Des gendarmes étaient commandités pour perquisitionner les religieux. Les habitants de Lemmecourt refusaient l'idée de la révolution, et si tôt qu'ils apprenaient l'arrivée des gendarmes, ils s'armaient d'un fusil, d'une fourche, d'une hache, etc., et couraient au devant des gendarmes pour leur barrer le passage. Devant cette population hostile, les gendarmes s'en retournaient pour éviter des coups mortels. Ils revenaient au district et déclaraient n'avoir rien trouvé ! Durant la Révolution, Lemmecourt est peut-être le seul village, excepté les villages de la Vendée, où les gendarmes n'aient pu pénétrer pour arrêter des prêtres. C'est ainsi que le père Sigisbert et son frère le père Victorin, tous les deux nés à Auzainvilliers, se réfugièrent régulièrement à Lemmecourt et trouvèrent asile particulièrement chez Joseph Vautrin (Votrin) et Jean-Joseph Henriot. Quand il n'était pas possible de cacher les prêtres dans le village, ils allaient se réfugier dans la grotte de Chévre-Roche située sur la commune de Landaville. Cette grotte était aussi le refuge des curés de Landaville, de l'abbé Étienne, curé de Rouvres-la-Chétive, du curé M Berulot d'Aulnois et ex-vicaire de Beaufremont, du père Sigisbert et du père Victorin. Les habitants de Landaville et Lemmecourt leur apportaient de la nourriture. Avant l'époque de la Révolution, on connaissait, à Lemmecourt, la grotte de Chévre-Roche de Landaville, mais on n'y faisait guère attention. En 1794, le père Victorin se fit conduire dans la journée par un jeune homme, Claude Ruellet. Ils avaient bien emporté de la lumière mais l'air était assez épais et ne se renouvelait pas facilement ; leur lampe s'éteignit pendant qu'ils parcouraient la grotte. Ils passèrent vainement plus de deux heures dans le noir. Puis le père Victorin aperçut une légère lueur qui communiquait à la fente par où ils étaient entrés. Cette exploitation de la grotte, bien que difficile permit aux prêtres de l'utiliser pour se protéger des gendarmes. Aussi durant la Révolution des fidèles firent leur première communion dans la grotte de Chévre-Roche de Landaville. On peut citer Marie-Jeanne Maillard, Françoise Liez, Marie-Anne Vautrin.

La grotte de Chèvre-Roche de Landaville[modifier | modifier le code]

La grotte de Chèvre-Roche de Landaville et les touchants souvenirs qu'elle rappelle ont eu le don de ranimer la ferveur et d'exciter l'enthousiasme de plus d'un chrétien. Des curés des environs ont conduit en promenade les enfants de leur catéchisme, et ceux-ci comptaient cette visite comme une précieuse récompense.

Adduction d'eau[modifier | modifier le code]

L'étang de Lemmecourt a été reconstitué au XXe siècle mais plus en aval que celui qui existait précédemment. La fontaine de Lemmecourt, en parfait état, a été faite par Bussy en Haute-Marne. Entouré de nombreuses sources, Lemmecourt a son propre réseau de distribution d'eau avec une gestion indépendante. Le lavoir, un bâtiment avec son abreuvoir pour les animaux est recouvert d'une belle charpente. Cette charpente est un beau modèle d'étude pour les futurs charpentiers tellement elle marie complexité et originalité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean Bernard    
1979 avril 2014 Marcel Thiébaut (1922-2017)   Agriculteur
avril 2014 En cours Laurent Galand   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 30 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
769591103114109125108113
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
107108100928175737061
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
515344363940403235
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
28273235283030--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]