Lemme de Steinitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Théorèmes de Steinitz.

En mathématiques, le lemme de Steinitz est un lemme d'algèbre linéaire, utilisé principalement pour prouver que deux bases quelconques d'un espace vectoriel de dimension finie ont même nombre d'éléments. Ce résultat porte le nom du mathématicien allemand Ernst Steinitz.

Énoncé[modifier | modifier le code]

Lemme de Steinitz — Si v1, ..., vm sont des vecteurs linéairement indépendants d'un espace vectoriel V engendré par w1, ..., wn alors m ≤ n et, à permutation près des wk, l'ensemble {v1, ..., vm, wm + 1, ..., wn} engendre V.

Démonstration[modifier | modifier le code]

  • Puisque v1 appartient à V, il existe des scalaires λ1, ..., λn tels que

Comme v1 est non nul (puisqu'il appartient à une famille libre), l'un au moins de ces scalaires est non nul. Quitte à réordonner les wk, on peut donc supposer que λ1 est non nul. L'équation se réécrit alors

Ceci permet d'affirmer que l'ensemble {v1, w2, ..., wn} engendre encore V.

  • On recommence cette opération pour chaque vi (pour i de 1 à m). À l'étape i, le raisonnement est le suivant. Puisque (à ce stade) {v1, ..., vi - 1, wi, ..., wn} engendre V, il existe des scalaires μ1, ..., μn tels que

Comme vi n'est pas combinaison linéaire de v1, ..., vi - 1, l'un au moins des scalaires μi, ..., μn est non nul (ce qui prouve au passage que i ≤ n). Quitte à réordonner à nouveau les wk correspondants, on peut alors supposer que μi est non nul, d'où l'on tire

si bien que {v1, ..., vi, wi + 1, , ..., wn} engendre encore V.

  • À la fin de la m-ième opération, on obtient le résultat annoncé.