Lemahieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

H. Lemahieu
Création 1947
Dates clés 07-03-1955 immatriculation société actuelle
Fondateurs Henry Lemahieu
Forme juridique SASU Société par actions simplifiée à associé unique
Slogan Fabricant & Commerçant : vêtements et sous-vêtements Made in France bons pour l'Homme et l'environnement.
Siège social Saint-André-lez-Lille
Drapeau de la France France
Direction France Textile développement (840-416-846)
Actionnaires France Textile Développement
Activité Fabrication de vêtements de dessous
Produits Culotte menstruelle bio, Tee-shirt bio, Slip & Boxer, Legging, Caraco, Vêtement intelligent...
Société mère France Textile développement (840-416-846)

Parrain'age (512-416-846)

Effectif 125 salariés en 2020
SIREN 455 501 213
Site web www.lemahieu.com/

Chiffre d'affaires Comptes non déposés au greffe

H. Lemahieu est une bonneterie française, créée en 1947 et implantée à Saint-André-lez-Lille, dans le département du Nord en Hauts-de-France. En 2013, il s'agit de la dernière bonneterie de France[1],[2],[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Lemahieu est créée en 1947 par Henry Lemahieu à Lomme, commune associée de Lille[1]. Son père, ébéniste, le pousse à se lancer dans le textile car après la Seconde Guerre mondiale, toute la France est à rhabiller ; lui aurait voulu être architecte[1]. Avec les profits de l'entreprise, il bâtit sa maison à Lambersart et installe son atelier de tricotage au fond de son jardin et son atelier de confection dans son sous-sol. En 1969, à la suite des plaintes de ses voisins, Henry Lemahieu quitte son atelier et achète un terrain agricole à Saint-André-lez-Lille afin de bâtir son usine. Au lancement, l'usine emploie 250 employés sous 14 000 m2[1].

En 1979, son épouse, Suzanne, meurt accidentellement ; sa fille cadette, Édith, entre dans l'entreprise pour le seconder. Celle-ci prend la tête de l'entreprise en 1987. Avec son mari, Olivier Diers, elle fait prendre à l'usine un nouveau cap à cause de la mondialisation. En 2008, l'usine et le couple complètent leur offre par des textiles innovants. En 2013, l'entreprise lie un partenariat avec l'entreprise parisienne Le Slip français[4].

En 2014, l’histoire se poursuit et voit arriver la 3e génération : Salomé et Sébastien, viennent alors renforcer l’équipe.

Depuis 2018, la manufacture se tricote un nouvel avenir mené par Martin Breuvard et Loïc Baert, qui reprennent le flambeau et surfe sur la vague du Made in France.

Organisation et performance financière[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

L'entreprise emploie 125 salariés et estime son chiffre d'affaires de six millions d'euros[5].

Présidence[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de Lemahieu
Rang Nom Entrée en fonction
1 Henry Lemahieu 1947
2 Édith Lemahieu 1987
3 Martin Breuvart 2018

Activité[modifier | modifier le code]

Depuis 1947, Lemahieu est fabricant et commerçant.

  • En tant que fabricant, Lemahieu aide les marques, les distributeurs ou les jeunes créateurs, à relocaliser leur production textile en France. Beaucoup d’entre-elles ont d’ailleurs déjà choisi Lemahieu pour la fabrication de leurs gammes de vêtements et sous-vêtements : Le Slip Français, Archiduchesse, 1083, Le Bourget, Arthur, Maison FT, Petites Culottées, Air France, La boutique de l’Elysée… Lemahieu intervient de multiples manières : de la mise au point des modèles (prototypes, patronages et gradations), à l'achat de matière, la coupe, la confection, le conditionnement et l'expédition. Cela est rendu possible avec une organisation centrale optimisée. Lemahieu répond ainsi à tous types de commandes, de la petite à la grande série.
  • En tant que commerçant, la manufacture Lemahieu vend ses propres marques :

La boutique en ligne lemahieu.com rassemble la gamme permanente de vêtements et sous-vêtements Made in France de la manufacture, sous la marque Achel par Lemahieu. Avec cette marque, Lemahieu affirme son positionnement : "les sous-vêtements les plus durables sont les plus simples". Ainsi, les vêtements et sous-vêtements Achel par Lemahieu conjuguent un esthétisme minimaliste et intemporel, à des tissus éthiques affranchis de toutes substances nocives. La boutique en ligne rassemble tee-shirt bio, caraco, culotte menstruelle bio, boxer et slip... etc : des pièces essentielles et indémodables, à porter tous les jours : des basiques de qualité que tout le monde devrait avoir dans son vestiaire !

Lemahieu soutient l’économie locale et de valorise le savoir-faire traditionnel et artisanal, pour lequel il a été reconnu par le label d’état Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV), et par les labels Origine France Garantie (OFG) et France terre textile.

Produits[modifier | modifier le code]

Lemahieu vend ses vêtements et sous-vêtements sous la marque Achel par Lemahieu, aussi bien pour homme que pour femme. S'y rassemble pèle-mêle : culotte menstruelle bio, slip, boxer, tee-shirt bio à manches courtes ou à manches longues, le vrai débardeur Marcel... Achel par Lemahieu, c'est aussi une gamme de sous-vêtements d'incontinence urinaire homme et femme avec slip, boxer et culotte lavables pour le confort, l'hygiène et la santé des Seniors.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Boucher 2013
  2. « Saint-André - Lemahieu, le textile 100 % français, toujours prêt à embaucher des couturières », sur La Voix du Nord (consulté le )
  3. « Saint-André - L’entreprise familiale Lemahieu, dernière bonneterie française, change de main », sur La Voix du Nord (consulté le )
  4. Tiphaine Thuillier, « "S'il n'assure pas, il est mort !" », L'Express, (consulté le )
  5. Olivier Ducuing, « Stratégie : Lemahieu mise sur le buzz du Slip Français », Les Échos, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Yannick Boucher, « Lemahieu : au soutien du dernier slip français », La Saga des marques, t. 2,‎ , p. 30-33. Document utilisé pour la rédaction de l’article