Leménil-Mitry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leménil-Mitry
Image illustrative de l'article Leménil-Mitry
Blason de Leménil-Mitry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Haroué
Intercommunalité Communauté de communes du Saintois
Maire
Mandat
Henri de Mitry
2008-2014
Code postal 54740
Code commune 54310
Démographie
Population
municipale
hab. (2011)
Densité 0,87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 08″ N 6° 15′ 09″ E / 48.45222222222, 6.2525 ()48° 27′ 08″ Nord 6° 15′ 09″ Est / 48.45222222222, 6.2525 ()  
Altitude Min. 280 m – Max. 360 m
Superficie 3,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Leménil-Mitry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Leménil-Mitry

Leménil-Mitry est une commune française située dans le sud du département de Meurthe-et-Moselle, au sein de la région Lorraine.

Ce village est cité comme ayant le plus faible nombre d'habitants des communes de Meurthe-et-Moselle puisqu'ils n'étaient que deux au recensement de 1999. En 2010, on dénombre trois habitants[1]. Leménil-Mitry fait partie du canton d'Haroué, au sein de l'arrondissement de Nancy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Placé au sein du Saintois, au sud du département de la Meurthe-et-Moselle et à proximité des Vosges, le village de Leménil-Mitry est situé à une altitude moyenne de 320 mètres[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Leménil-Mitry est limitrophe de cinq communes[3], toutes situées dans le département de la Meurthe-et-Moselle et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Crantenoy Laneuveville-devant-Bayon Rose des vents
N Mangonville
O    Leménil-Mitry    E
S
Lebeuville Bainville-aux-Miroirs

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Bainville-Aux-Miroirs traverse le village.

Climat[modifier | modifier le code]

Leménil-Mitry connait un climat de type océanique dégradé à influence continentale assez marquée. Les températures sont contrastées, à la fois en journée et entre les saisons. Les hivers sont froids et secs par temps de gel. Les étés ne sont pas toujours ensoleillés mais chauds. Les brouillards sont fréquents à l'automne et les vents rares et peu violents. Les précipitations tendent à être moins abondantes que sur l'ouest de la France, mais sont régulièrement réparties tout au long de l'année.

Le tableau suivant recense les données climatiques de Nancy, distante de vingt-sept kilomètres à vol d'oiseau[4].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) -0,9 -0,8 1,8 3,6 7,8 11,1 13,0 12,7 9,7 6,1 2,2 -0,4 5,6
Températures moyennes (°C) 1,8 2,8 6,2 8,8 13,2 16,4 18,7 18,5 14,9 10,3 5,2 3,0 10,0
Températures maximales moyennes (°C) 4,4 6,3 10,5 14,0 18,6 21,6 24,3 24,2 20,1 14,5 8,2 5,5 14,3
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 61 56 55 48 70 75 64 58 63 67 68 78 763

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Parmi les catastrophes naturelles subies par le village, on compte des inondations et coulées de boue en décembre 1982, en avril 1983, en décembre 1999 et en octobre 2006[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une présence gallo-romaine y serait attestée.

En 1793, le village s'appelait « Le Menil » puis a pris le nom de « Le Ménil » en 1801[6].

Maquis en 1944[modifier | modifier le code]

Dans ce petit village d'une dizaine d'habitants, loin des grands axes routiers, à l'abri de bois importants et à proximité d'un terrain de parachutage appelé Chandernagor, en août 1944 ont été rassemblés 894 maquisards du Groupe Lorraine 42 (GL 42), en grande partie originaires de la région.

Durant la nuit du 24 au 25 août 1944 ont été parachutés sur ce terrain: le major anglais Arthur Dupre Denning, le capitaine français Regis Coste et le sergent-chef radio américain Roger Pierre. Des armes, des munitions et de l'équipement ont également été réceptionnés plusieurs fois sur ce site.

Le 3 septembre, un détachement allemand de 250 hommes avec de l'armement lourd et appuyé par quatre blindés attaquent le GL 42 à Leménil-Mitry. Après huit heures de combats acharnés, surpris par la résistance qui lui est opposée, l'ennemi est obligé de battre en retraite.

Le GL 42 joua un rôle important dans la collecte et l'exploitation de renseignements et dans les opérations de guidage des éléments de l'armée Patton pour la traversée de la Moselle. Il participa à la libération de Lunéville et de ses environs.

Le 8 septembre, le Général Patton rend visite au GL 42 à Leménil-Mitry, passe les troupes en revue dans la cour d'honneur du château, félicite tous les maquisards pour leur conduite au cours des combats pour libérer la région, reconnaissant ainsi au GL 42 la qualification de Forces françaises de l'intérieur.

Au cours des différents combats, de nombreux maquisards furent tués par l'ennemi. En leur mémoire, de nombreuses stèles furent érigées sur les principaux lieux de combats: Haussonville, Saint-Mard, pont de la Moselle à Bayon, Laneuveville-devant-Bayon, Leménil-Mitry, Crantenoy, Goviller, Charmes.

Le 8 octobre 1944, le GL 42 devient le 5/20ème bataillon de marche et participe en décembre 1944 à la contre-offensive des Ardennes.

Le 3 février 1945, à Clermont-en-Argonne, il reforme le 1er Bataillon du 150ème R.I, fer de lance des combats lors de la libération de la Poche de Royan en avril 1945. Le Groupe Lorraine fut cité comme le plus important maquis de la région Est et classé officiellement Unité Combattante par le Ministère de la Défense.

Le Colonel Grandval, Commandant de la résistance région C, gratifia le GL 42 comme le plus beau fleuron de la résistance en Lorraine, par son efficacité et par l'importance de ses effectifs.

En 1994, un mémorial a été érigé à Vigneulles, rappelant que pour reconquérir notre liberté, 93 maquisards du GL 42, soldats de l'ombre, sont morts pour la France.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 en cours Henri de Mitry UDF puis DVD -
Les données manquantes sont à compléter.

Henri de Mitry, maire de la commune, a été réélu en 2008 ; son mandat court jusqu'en 2014. Madame Nicole Charrois occupe la fonction de première adjointe au maire et Madame de Mitry celle de deuxième adjointe .

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Leménil-Mitry est la commune de France qui a voté le plus massivement en faveur de Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle 2007, le candidat UMP a obtenu huit voix soit 100 % des suffrages[7],[8].

Aux élections municipales de 2008, les neuf membres du conseil ont été élus à l'unanimité des huit électeurs inscrits. Cinq des neuf conseillers municipaux de Leménil-Mitry portent le patronyme De Mitry[9].

En 2012, le verdict des urnes à Leménil-Mitry donnait Sarkozy en tête avec deux voix, suivi par François Bayrou et Eva Joly, crédité de une voix chacun. Les quatre autres électeurs de la commune se sont abstenus de voter.

Henri de Mitry a une extraordinaire longévité politique, il est en effet constamment réélu depuis 1977.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2009, Leménil-Mitry compte trois habitants, soit une augmentation de 50 %, autrement dit un résident supplémentaire, par rapport à 1999. La commune occupe le 36 672e rang au niveau national, alors qu'elle était au 36 654e en 1999, et la commune la moins peuplée au niveau départemental, sur 594 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Leménil-Mitry depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[10], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu par roulement tous les cinq ans[11]. Pour Leménil-Mitry, le premier recensement a été fait en 2006 [12], les suivants étant en 2011 et 2016. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Leménil-Mitry, est un recensement exhaustif. Le maximum de la population a été atteint en 1793 avec 100 habitants.

En 2011, la commune comptait 3 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100 96 70 71 88 68 80 75 67
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
68 73 52 52 50 48 45 37 24
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
39 34 24 22 20 21 19 11 9
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
4 5 4 2 2 3 3 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (0 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (66,7 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 33,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 0 %, 15 à 29 ans = 0 %, 30 à 44 ans = 0 %, 45 à 59 ans = 100 %, plus de 60 ans = 0 %) ;
  • 66,7 % de femmes (0 à 14 ans = 0 %, 15 à 29 ans = 0 %, 30 à 44 ans = 100 %, 45 à 59 ans = 0 %, plus de 60 ans = 0 %).
Pyramide des âges à Leménil-Mitry en 2008 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
0,0 
75 à 89 ans
0,0 
0,0 
60 à 74 ans
0,0 
100,0 
45 à 59 ans
0,0 
0,0 
30 à 44 ans
100,0 
0,0 
15 à 29 ans
0,0 
0,0 
0 à 14 ans
0,0 
Pyramide des âges du département de la Meurthe-et-Moselle en 2008 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,9 
5,8 
75 à 89 ans
9,5 
12,3 
60 à 74 ans
13,4 
20,5 
45 à 59 ans
20,1 
20,2 
30 à 44 ans
19,2 
22,5 
15 à 29 ans
20,5 
18,4 
0 à 14 ans
16,4 
Le château

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède un château du XVIe siècle, démantelé en 1675 par ordre de Louis XIV; ce n'était plus en 1679 qu'un tas de pierres. Il fut reconstruit un peu à l'écart en 1721 par Frédéric le Cordier puis modifié vers 1812 et 1840. En revanche, Leménil-Mitry ne possède aucune église.

La forêt la plus proche est celle de Charmes[17], sur la commune de Saint-Germain, qui se trouve à neuf kilomètres du village.

Le manoir Le Craon, sur la commune d'Haroué, se situe à environ cinq kilomètres de la commune [18].

Les musées les plus proches sont le musée de la lutherie et de l'archèterie[19], spécialisé en Arts décoratifs, technique et industrie, à Mirecourt (dix neuf kilomètres environ), labellisé musée de France, et le musée du château de Montaigu[20], à Laneuveville-devant-Nancy, distant d'environ vingt et un kilomètres. Il comprend des collections en archéologie nationale paléo-chrétienne, en arts décoratifs, Beaux-Arts et civilisations asiatiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Appellation d'origine réglementée[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur le territoire de l'AOR de l'eau-de-vie de mirabelle de Lorraine[21].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. www.mairie.biz/stats-habitants-lemenil-mitry-54740.html
  2. http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/photos_54310_Lemenil-Mitry.html
  3. http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/54310_Lemenil-Mitry.html
  4. Prévisions locales - Météo-France
  5. http://www.commune-mairie.fr/risques/lemenil-mitry-54310/
  6. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-lemenil-mitry.html
  7. [1] Le Figaro
  8. [2] Lemenil-Mitry sur l'internet
  9. Résultats de l'élection municipale 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  10. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  11. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009.
  12. « Calendrier des recensements des communes du département de la Meurthe-et-Moselle », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juillet 2012).
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  15. « Évolution et structure de la population à Leménil-Mitry en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juillet 2012)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Meurthe-et-Moselle en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juillet 2012)
  17. http://www.annuaire-mairie.fr/aux-alentours-foret-de-charmes.html
  18. http://www.annuaire-mairie.fr/aux-alentours-le-craon.html
  19. http://www.annuaire-mairie.fr/musee-de-la-lutherie-et-de-l-archeterie.html
  20. http://www.commune-mairie.fr/musee/musee-du-chateau-de-montaigu-54300/
  21. http://www.annuaire-mairie.fr/appellation-mirabelle-de-lorraine.html