Lekchog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lekchog
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président de la Région autonome du Tibet (d)
-
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ལེགས་མཆོགVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Lekchog ou Legqog (tibétain : ལེགས་མཆོག, Wylie : legs mchog, pinyin tibétain : Legqog ; chinois : 列确 ; pinyin : lièquè), né en octobre 1944, est un homme politique tibétain à la retraite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lekchog est né dans le comté de Gyangzê dans le sud du Tibet central en octobre 1944. Il est issu d'une famille de serfs[1]. Il adhère au parti communiste chinois en 1972 pendant la révolution culturelle[2].

Il est président du gouvernement de la région autonome du Tibet de 1998 à 2003, date à laquelle il est remplacé par Qiangba Puncog (Jampa Phuntsok). Le journaliste d'agence Christopher Bodeen le qualifie de « gouverneur du Tibet nommé par les Chinois »[3].

De 2003 à 2010, il est président de l'assemblée populaire régionale et du comité permanent de l'assemblée populaire régionale[4].

En 2010, Qiangba Puncog laisse son poste de chef du gouvernement pour remplacer Lekchog à la présidence du comité permanent. Parallèlement, le nouveau chef du gouvernement Padma Choling remplace Lekchog à la présidence de l'assemblée populaire régionale, ainsi qu'au poste de secrétaire adjoint du comité régional du parti communiste chinois pour le Tibet[5].

Le 10 janvier 2010[6], à l'âge de 66 ans, rapporte l'agence Chine nouvelle, l'ancien dirigeant parlementaire est atteint par la limite d'âge[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hu Yinan et Wu Jiao, Holiday to mark end of Tibet serfdom : « Legqog chair of the regional congress standing committee grew up in a serf family in Tibet autonomous Region Gyantse county ».
  2. (en) Staff, « Legqog: biography », China Vitae (consulté le 4 février 2010)
  3. (en) Christopher Bodeen, Chinese-appointed governor of Tibet: Dalai Lama could `never represent' Tibetan people, AP, 13 novembre 2002.
  4. (en) TAR’s gov’t, congress chairmen resign, Tibetan Review, 13 janvier 2010.
  5. Tibet : changement de dirigeants au sein du gouvernement régional, China Daily, 12 janvier 2010.
  6. (en) « More of the same »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 21 avril 2013), TibetInfoNet, 19 janvier 2010.
  7. (en) Zhou Yan, Tibet parliament session announces leadership changes, agence Chine nouvelle, 15 janvier 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]