Leila Aboulela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Leila Aboulela
Leila Aboulela (2010).jpg
Leila Abouela EN 2010
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ليلى أبو العلاVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions
Prix Caine ()
OkayAfrica 100 Women (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Leila Aboulela (Le Caire, 1964), en arabe, 'ليلى ابوالعلا') est une femme de lettres soudanaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Égypte, elle grandit à Khartoum. Elle est la fille d'une mère égyptienne (professeure d'université) et d'un père soudanais[1]. Sa grand-mère a étudié la médecine dans les années 1940. Elle étudie à la Khartoum American School et l'économie à l'Université de Khartoum. Puis elle prolonge ses études en Angleterre et obtient un diplôme M.Phil. en statistique à la London School of Economics[2],[3].

Elle vit plusieurs années à Aberdeen, en Écosse, et habite maintenant à Doha, au Qatar.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre reflète en partie cette vie entre l'Europe et les pays arabes. Le roman Le Musée décrit les abîmes séparant deux étudiants, l'une Soudanaise, l'autre Écossais. Le Minaret est consacrée à une femme soudanaise d'origine aristocratique contrainte à l'exil en Grande-Bretagne à la suite d'un coup d’État[1],[4]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • 1999 : The Translator
  • 2001 : Coloured Lights
  • 2002 : The Museum
  • 2005 : Minaret
  • 2010 : Lyrics Alley

Publications en français[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 2000 Prix Caine, "The Museum"
  • 2000 Saltire Society Scottish First Book of the Year Award, "The Translator"
  • 2002 PEN Macmillan Macmillan Silver PEN Award (shortlist), "Coloured Lights"
  • 2003 Race and Media Award, "The Translator"

'The Translator, a été nominé également au Prix Orange pour la fiction[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Anita Sheti, « Keep the faith », The Observer,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Claire Chambers, « An Interview with Leila Aboulela », Contemporary Women's Writing, vol. 3, no 1,‎ , p. 86–102 (ISSN 1754-1484, DOI 10.1093/cww/vpp003, lire en ligne)
  3. (en) Dictionary of African Biography, New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-538207-5), p. 48-49
  4. « En bref », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Surber, Christian. et Aboulela, Leila., La traductrice, Editions Zoé, (ISBN 2881824722, OCLC 85285911, lire en ligne)
  6. Surber, Christian. et Aboulela, Leila., Le musée, Editions Zoé, (ISBN 2881825036, OCLC 85229602, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]