Lego City Undercover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lego City
Undercover
Éditeur Nintendo
Développeur Traveller's Tales

Date de sortie Wii U

Windows, Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One
  • États-Unis Canada 4 avril 2017
  • Europe 7 avril 2017
Genre Jeu d'action-aventure, monde ouvert
Mode de jeu Solo
Plate-forme Wii U, Windows, PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch
Langue Multilingue

Évaluation CERO : B ?
ESRB : E10+ ?
PEGI : 7 ?[3]
USK : 6 ?[3]

Lego City Undercover est un jeu vidéo d'action-aventure en monde ouvert développé par Traveller's Tales et édité par Nintendo. Le jeu est sorti le 19 mars 2013 en Amérique du Nord et le 28 mars 2013 en Europe. Le jeu est basé sur la gamme de Lego City[4].

Un portage sur Windows, Xbox One, PlayStation 4 et Nintendo Switch est sorti le 5 avril 2017[5].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Rex Fury, le dangereux criminel, s'est évadé de la prison d'Albatross et sévit à nouveau à Lego City. Chase McCain, l'officier de police qui l'avait arrêté jadis, reprend du service afin de l'empêcher de nuire et de s'en prendre à la femme qu'il aime. McCain devra dès lors s'infiltrer dans diverses associations criminelles et enfiler divers déguisements aux capacités variées – comme celui d'un voleur, d'un mineur ou encore d'un astronaute – afin de remonter la piste menant à Fury. Mais, peut-être que Rex Fury n'est qu'un pion, agissant pour quelqu'un de plus puissant caché dans l'ombre…

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Lego City Undercover est un jeu d'action-aventure en trois dimensions, en monde ouvert, dans lequel le joueur dirige un personnage en vue objective. Le but du jeu – la quête principale – est de résoudre une affaire criminelle, en remplissant une série d'objectifs et en bouclant une série de missions spéciales. De nombreuses quêtes annexes aussi diverses que variées viennent se greffer à la quête principale, comme des courses avec points de passage, des bandes de voyous à défaire, des feux de barbecue à éteindre, des chats à secourir… Ces quêtes annexes sont généralement récompensées par l'obtention de briques dorées ou de jetons déguisements, la collection de ces jetons et de ces briques constituant en outre une quête annexe en eux-mêmes.

Le système de jeu s'inspire beaucoup de la série des Grand Theft Auto, la violence verbale et physique en moins. Mais contrairement à ces derniers où le protagoniste principal est un criminel agissant par vengeance ou par appât du gain, le joueur incarne ici un policier chargé de faire régner l'ordre et d'arrêter les criminels et malfrats en tous genres[6],[7].

Utilisation du GamePad[modifier | modifier le code]

Le Wii U GamePad possède de multiples utilisations dans Lego City Undercover. L'utilisation par défaut est l'affichage de la carte de Lego City, avec la possibilité d'effectuer certaines actions grâce à l'écran tactile, comme se rendre à divers endroits en utilisant les gares dispersées dans la ville, zoomer/dézoomer sur une zone particulière, avoir un compte-rendu de l'ensemble des collectibles déjà acquis ou à acquérir pour une zone donnée ou pour l'ensemble de la ville.

Un autre usage important du gamepad est son mode « scanner ». Celui-ci peut être utilisé selon les cas comme scanner audio afin d'écouter des conversations (principalement pour les missions annexes) à des endroits donnés mais également pour trouver certains malfaiteurs. De plus, il lui est également possible, si ces options sont activées dans le Menu « Extras », de détecter les divers collectibles présents aux alentours (jetons, briques Lego, etc.).

En outre, il est possible de recevoir des appels téléphoniques vidéos de certains personnages du jeu (comme Ellie Phillips) et de prendre des captures d'écran.

Enfin, le GamePad sert de dispositif de sélection de déguisements ou de véhicules, ainsi que pour l'achat de ceux-ci au commissariat.

Déguisements et capacités[modifier | modifier le code]

Au cours de son enquête, Chase McCain aura l'opportunité d'enfiler divers déguisements tels que fermier, pompier, mineur ou encore astronaute; chacun, de par ses propriétés intrinsèques, lui permet d'effectuer des actions spécifiques (capacité de faire pousser des plantes, éteindre des feux, percer le sol, etc.) et de résoudre certaines énigmes.

Défis et missions annexes[modifier | modifier le code]

Le jeu est parsemé de défis et missions annexes, la plupart de jeux vidéo Lego. Ces missions vont du sauvetage de chats au vol de véhicules, en passant par la capture d'extraterrestres notamment.

Contenu[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Protagonistes[modifier | modifier le code]

  • Chase McCain : officier de police récemment réintégré dans la police de Lego City, c'est le principal protagoniste du jeu et le personnage incarné par le joueur. Son objectif est d'arrêter Rex Fury et de protéger Natalia. Il trouve son inspiration dans le personnage de John McClane[8].
  • Ellie Philips : officier de police féminin, elle fournit de précieuses informations à Chase au moyen de son communicateur. C'est également elle qui met à jour les principales fonctions de celui-ci.
  • Frank Sherry : (VF : Philippe Bozo) officier de police subalterne maladroit et gaffeur, riche héritier, d'une intelligence limitée et d'une grande naïveté. Il admire énormément Chase McCain et a le béguin pour Ellie.
  • Chef Marlon Dunby : chef de la police de Lego City, il désapprouve la plupart des actes de Chase McCain. Grand amateur de donuts.
  • Natalia Kowalski : ancienne journaliste reconvertie en infirmière à la suite du procès de Rex Fury dans lequel elle a témoigné et où par mégarde, Chase McCain révéla son identité. Elle est la fille d'un scientifique et éprouve des sentiments forts pour Chase McCain.
  • Maire Gleeson : le maire de Lego City ; elle est convaincue que Chase McCain est l'homme qu'il faut à la ville pour la débarrasser de Rex Fury.
  • Dr Henrik Kowalski : scientifique de renom et père de Natalia, ressemblant étrangement à Albert Einstein. Il est enlevé par Rex Fury et sauvé par Chase McCain.

Antagonistes/Criminels[modifier | modifier le code]

  • Rex Fury : (V.F. : Emmanuel Bonami) un dangereux criminel, évadé de la prison d'Albatross. Est le principal suspect de la vague de crime régnant à Lego City. Mais il s’avérera finalement qu'il travaille pour une tierce personne.
  • Chan Chuang : (V.F. : Martial Le Minoux) : un chef de gang asiatique, possédant un service de location de limousines.
  • Vinnie Pappalardo (V.F. : Jérôme Pauwels) : un chef de gang italien, propriétaire d'une chaîne de glaciers.
  • Forrest Blackwell : milliardaire dont le projet immobilier a avorté à la suite de la découverte d'une espèce protégée d'écureuils, il cherche secrètement à se venger de Lego City. Il peut être décrit comme un « génie du mal ».

Carte de Lego City[modifier | modifier le code]

La ville de Lego City est découpée en une série de quartiers, aux spécificités aussi diverses que variées. On retrouve par exemple le centre-ville avec ses buildings, un parc national en milieu forestier, une ferme, un aéroport… Ces différents quartiers sont les suivants :

  • Aéroport de Lego City : l'aéroport de Lego City, qui contient des avions et des hangars. Aucune avion ne semble jamais s'y poser ou en décoller.
  • Albatross Island : île au large de Lego City, accessible en ferry, elle abrite la prison d'Albatross où était enfermé Rex Fury. Cette île n'est pas sans rappeler l'Île d'Alcatraz au large de San Francisco.
  • Appollo Island : île accessible par Ferry. Il s'agit d'une base spatiale.
  • Auburn : quartier industriel. Il comporte un port.
  • Centre-Ville : comme son nom l'indique, c'est le centre de la ville de Lego City. Cette partie regorge de nombreux buildings imposants et abrite les institutions financières.
  • Cherry Tree Hills : quartier de la ville abritant le Commissariat de Lego City, ce quartier est inspiré de San Francisco, avec ses successions de rues vallonnées, le tram qui les sillonnent et l'Île d'Alcatraz (Albatross en l'occurrence) au large de la baie.
  • Crescent Park : ce parc au milieu de la ville est similaire au Central park de New York
  • Festival Square : c'est le quartier festif de la ville, rempli d'attractions foraines et de stands de restauration rapide, de ballons de multiples couleurs de taille gigantesque.
  • Fort Meadows : quartier où vit le fermier et où on peut trouver un fort abandonné.
  • Fresco : quartier aux forts accents italiens, c'est le repaire de Vinnie Pappalardo et son clan.
  • Grand Canal : canal souterrain reliant Fresco à Pagoda.
  • Heritage Bridge : pont reliant Cherry Tree Hills au Centre-ville, ce pont est similaire au Pont de Brooklyn à New-York.
  • King's Court : quartier avec beaucoup d'immeubles et quelques petits squares.
  • Lady Liberty Island : similaire à Liberty Island à New York, la statue de Lady Liberty, une version Lego de la Statue de la Liberté, est située en son centre. Elle est accessible par un tuyau Warp.
  • Pagoda : quartier aux accents et à l'architecture asiatiques, c'est là que sévissent Chan Chuang et son gang.
  • Paradise Sands : comme son nom l'indique, ce quartier est situé au bord de l'eau, avec ses plages de sable blanc, ses châteaux de sable et ses hôtels de luxe.
  • Parc National de Bluebell : quartier avec une grande partie forestière.
  • Place Bright Lights : quartier commercial du jeu.
  • Pont d'Auburn Bay : pont semblable au Golden Gate Bridge de San Francisco, reliant Auburn à Fort Meadows.
  • Pont Blackwell : double pont (routier et ferroviaire) reliant le Parc National de Bluebell à Uptown
  • Tunnel traversier : tunnel reliant la Place Bright Lights et Paradise Sand.
  • Uptown : quartier où se trouve notamment le musée de la ville.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Official Nintendo Magazine (GB) 90%[9]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9 / 10[10]
Gamekult (FR) 7 / 10[11]
GameSpot (US) 8 / 10[6]
GamesRadar (US) 4/5 stars[7]
IGN (US) 8 / 10[12]
Jeuxvideo.com (FR) 15 / 20[13]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 80,69%[14]
Metacritic 80 / 100[15]

Les critiques ont globalement bien reçu le jeu, comme en atteste le score actuel (en date du 10 avril 2013) de 80/100 sur Metacritic. Son humour et ses qualités de design ont été appréciés mais la plupart des critiques regrettent la durée trop longue des temps de chargement du jeu et la fréquence de ceux-ci lorsque le joueur accède à des cinématiques ou à des missions spéciales[11],[12].

En avril 2016, Lego City Undercover est réédité dans la gamme Nintendo Selects réunissant plusieurs des grands succès de chacune des consoles Wii U et Nintendo 3DS et vendus à un prix réduit[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matthew Kato, « Nintendo Reveals Lego City: Undercover Release Date Among Other Wii U Games », sur www.gameinformer.com, (consulté le 9 avril 2013)
  2. (en) Nintendo, « LEGO City: Undercover launching in Australia and New Zealand on March 28th exclusively on Wii U », sur www.nintendo.com, (consulté le 9 avril 2013)
  3. a et b Jacquette du jeu vidéo Lego City Undecover, 2013.
  4. « Lego City Undercover », sur www.nintendo.fr, (consulté le 16 avril 2013)
  5. LEGO City Undercover se paie un portage sur PS4, One, PC et Switch, 22 novembre 2016, Jeuxvideo.com.
  6. a et b (en) Kevin VanOrd, « LEGO City Undercover Review », sur GameSpot, (consulté le 8 avril 2013)
  7. a et b (en) Miguel Concepcion, « Lego City: Undercover review », sur www.gamesradar.com, (consulté le 8 avril 2013)
  8. « Test Lego City Undercover, quand McCain se la joue McClane », sur http://www.paperblog.fr, (consulté le 8 avril 2017)
  9. (en) « Official Nintendo Magazine » (consulté le 8 avril 2013)
  10. (en) « Eurogamer » (consulté le 8 avril 2013)
  11. a et b « Test : Lego City Undercover », sur www.gamekult.com (consulté le 8 avril 2013)
  12. a et b (en) Richard George, « LEGO City Undercover Review », sur www.ign.com, (consulté le 8 avril 2013)
  13. « LEGO City Undercover-Test-Wii U », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le 8 avril 2013)
  14. (en) « GameRankings » (consulté le 8 avril 2013)
  15. (en) « Metacritic » (consulté le 8 avril 2013)
  16. « Nintendo Selects : au tour de la Wii U d'entrer dans la danse », sur jeuxvideo.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]