Légion 88

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Legion 88)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 88 (nombre).
Légion 88
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock anticommuniste
Années actives 19841989
Labels Rebelles européens[1], White League, Street Fighting Records
Composition du groupe
Anciens membres Alain Pérez[2]
Jean
Dominique Laffont
Fred Wartner[2]
Vico
Géno (décédé)

Légion 88 est un groupe de rock anticommuniste néonazi français, originaire de l'Essonne. Le 88 est un code pour signifier Heil Hitler (littéralement « Salut à Hitler » ou, en substance, « Vive Hitler »), le H étant la 8e lettre de l'alphabet[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé dans les années 1980, il est dissous avant 1993[2]. En France, comme à l'étranger (un album hommage à participation internationale verra le jour en 2009[5]), Légion 88 reste un groupe emblématique pour les mouvements skinhead[3],[6],[7], et plus généralement parmi les jeunes militants de l'extrême droite française[8].

D'abord fondateur d'un groupe qualifié par la revue (communiste) Regards « de punk-rock prolétarien », L'Infanterie Sauvage, et comparé à cette occasion à Suprême NTM pour la nature de la rébellion[9], le premier chanteur, Jean-Christophe « Géno » Mâm, d'origine cambodgienne, est arrêté en mars 1986 pour avoir attaqué un local du Parti communiste français à Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis[10]. Il est remplacé par Alain Pérez. Celui-ci, ainsi que Fred Wartner et Dominique Laffont comptent un temps parmi les membres du monde de la musique du Parti nationaliste français et européen (PNFE)[10]. Alain Pérez quitte Légion 88 pour « Short Cut », un groupe de hardcore[2], puis Tribal Zone[11].

Le label indépendant Street Fighting Records sort un album hommage au groupe[12].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Alain Perez - chant
  • Jean - guitare
  • Dominique Laffont (Domi) - guitare
  • Fred Wartner- basse
  • Vico - batterie

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Terroristes (Rebelles Européens)
  • 1991 : Legion Blanche (Rebelles Européens)
  • 1999 : Live (split-7" avec Open Season, White League)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Debout! Vol. 1 (sampler avec Bunker 84 et Skin-Korps)
  • 1998 : The Best of (Charlemagne Records)
  • 2000 : 1984–1987 (bootleg)
  • 2009 : Legion Francaise (Septentrion)
  • 2010 : Icebreaker 1985 (When Typhoid Courtney Drops)

Album hommage[modifier | modifier le code]

  • 2006: Tribute to Legion 88 (2CD, Street Fighting Records)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leclercq 2008, p. 567
  2. a, b, c et d Jacques Leclercq, Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale, de 1945 à nos jours, L'Harmattan, , 695 p. (ISBN 9782296064768, lire en ligne), p. 178
  3. a et b Benoît Marin-Curtoud, Planète skin: les groupuscules néo-nazis face à leurs crimes, , 204 p. (ISBN 9782296147171, lire en ligne), Quand Ian Stuart, figure emblématique des skinheads anglais, leader du groupe Skrewdriver (qui fait depuis toujours référence dans le milieu “skin” international, aux côtés de formations comme Légion 88 […])
  4. http://www.adl.org/combating-hate/hate-on-display/c/88.html
  5. http://www.discogs.com/Various-Tribute-To-L%C3%A9gion-88/release/2516808
  6. Anne Marie Duranton-Crabol, L'Europe de l'extrême droite: De 1945 à nos jours, Editions Complexe, , 221 p. (ISBN 9782870274040, lire en ligne), Aux traditionnels chants de marche et chants guerriers s'ajoute, dans la décennie 1980, le rock droitier: […] France (Légion 88, Bunker)
  7. Commission nationale consultative des droits de l'homme, La lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie, Paris, La Documentation française, , p. Légion 88 (groupe mythique de la musique skin française
  8. Fiammetta Venner, Extrême France, Paris, Grasset, , En matière de scène française, Légion 88 (plutôt proche du PNFE) est un groupe qui paraît être le plus admiré
  9. King Martov, « Monsieur le Président », Regards, no 75,‎ , p. 92
  10. a et b Leclercq 2008, p. 515
  11. Voir REFLEXes
  12. Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, mai 2004, Collectif, Éditions No Pasaran, page 43.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Leclercq, Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale, de 1945 à nos jours, L'Harmattan, , 695 p. (ISBN 9782296064768, lire en ligne)