Lee Kun-hee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom coréen, le patronyme, Lee, précède le prénom.

Lee Kun-hee

Naissance (72 ans)
Uiryeong (Corée du Sud)
Nationalité sud-coréen
Profession PDG de Samsung
Ascendants
Lee Byung-chul (1910-1987)
Park Du-eul (1907-2000)
Conjoint
Hong Ra-hee
Descendants
Lee Jay-yong (1968)
Lee Boo-jin (1970)
Lee Seo-hyun (1973)
Lee Yoon-hyung (1979-2005)

Lee Kun-hee (hangeul 이건희, romanisation révisée I Geon-hui) est né le 9 janvier 1942 dans le district de Uiryeong et préside actuellement la société Samsung.

Lee possède un diplôme en économie de l'Université Waseda, à Tokyo et un MBA obtenu à l'Université George Washington, aux États-Unis. Il est aussi trilingue, il parle couramment coréen, anglais et japonais. En 1996, il devient membre du Comité international olympique. Il est le troisième enfant de Lee Byung-chul, créateur du groupe Samsung.

Avec une fortune estimée à 7,2 milliards de dollars en 2010, lui et sa famille sont classés parmi les hommes les plus riches du monde, selon le magazine Forbes. Il entre même dans le Top 100 des fortunes mondiales en 2012. Il est actuellement placé à la 99e place selon Forbes.

Activités en tant que CEO Samsung[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, pensant que Samsung était une entreprise qui produisait en grande quantité des biens de moindre qualité et qui n'était pas préparée à s'attaquer au marché des biens de qualité supérieure, Lee déclarait "changez tout, sauf votre femme et vos enfants". Ce passage a depuis largement été recouvert de succès. L'une des filiales du groupe, Samsung Electronics, est désormais l'un des leaders mondiaux dans la construction et le développement de semi-conducteurs, et fut classée dans les 100 plus grandes entreprises du monde en 2005, par le magazine Fortune.

Dans un entretien, Lee exprima sa fierté concernant le fait que Samsung attire les personnes les plus brillantes de Corée du Sud, mais rajouta que son prochain but était d'attirer les talents du monde entier pour assurer à Samsung sa place dans le classement des meilleures entreprises.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lee est marié à Hong Ra-hee, actuellement classée comme l'une des femmes les plus riches de Corée, qui est aussi le Directeur Exécutif de la fondation Hoam. Il a quatre enfants, un fils, Lee Jay-yong (1968), et trois filles, Lee Boo-jin (1970), Lee Seo-hyun (1973) et Lee Yoon-hyung (1979-2005). Jay-yong est actuellement vice-président de l'activité Samsung Electronics, Boo-jin, sa fille aînée, et Seo-hyun, sa seconde fille, sont respectivement vice-présidentes de Shilla et de Cheil Industries. Sa plus jeune fille, Yoon-hyung, qui étudia à l'Université des femmes Ewha, à Séoul et plus tard à l'Université de New York, a été retrouvée morte dans son appartement situé à Manhattan, dans la nuit du 18 novembre 2005, vraisemblablement à la suite d'un suicide[1]. Il n'a pas assisté à son enterrement.

Sa fratrie et certains de ses enfants sont aussi cadres dans de grands groupes financiers Coréens. Le fils de son frère aîné est actuellement président de Groupe CJ, spécialisé dans la nourriture, les boissons et le divertissement. Le second fils de son frère aîné dirige Saehan Media, l'un des plus grands producteurs de support vierge. Sa grande sœur est la propriétaire du groupe Hansol, le plus grand fabricant de papier et producteur d'électronique et de télécommunication de Corée. L'une de ses sœurs est mariée à Koo Ja Hak, le frère de l'ancien Président du groupe LG et lui-même ancien Président de LG Semiconducteur. Il est actuellement le dirigeant d'une des plus grosses entreprises de service plats à domicile de Corée. Sa plus jeune sœur, Lee Myung-hee est actuellement la Présidente du groupe Shinsegae, la plus grosse entreprise de distribution de Corée, avec la participation majeure du département Shinsegae et E-Mart.

Vers la fin de l'année 2005, Lee a passé du temps à faire des tests au centre médical MD Anderson à Houston, au Texas.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article du NY Times

Liens externes[modifier | modifier le code]