Lee J. Cobb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cobb.
Lee J. Cobb
Description de l'image Lee J. Cobb 1960s.JPG.
Nom de naissance Leo Jacoby
Naissance
New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 64 ans)
Woodland Hills, Californie (États-Unis)
Profession Acteur
Films notables L'Esclave aux mains d'or
Sur les quais
Douze hommes en colère

Lee J. Cobb, né le à New York et mort le à Woodland Hills à 64 ans, est un acteur américain. De son vrai nom Leo Jacoby, il est issu d'une famille de New York. Son plus grand rôle reste celui du troisième juré — celui le plus longtemps convaincu de la culpabilité d'un jeune accusé — dans le film de procès Douze hommes en colère (1957) réalisé par Sidney Lumet. On se souvient aussi de son rôle de policier dépassé dans L'Exorciste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au théâtre et au cinéma[modifier | modifier le code]

Cobb poursuit des études à l'université de New York quand il rejoint un groupe de théâtre de sensibilité de gauche, en 1935, et joue dans l'œuvre de Clifford Odets Waiting for Lefty (pièce mettant en scène des conducteurs de taxis pendant la Grande Dépression, selon une lecture fortement marxiste). En 1937, il débute au cinéma avec Ali Baba Goes to Town réalisé par David Butler. On le connaît alors surtout pour le rôle de Willy Loman dans Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller, dirigé par Elia Kazan. En 1957, Sidney Lumet lui confie le rôle du troisième juré dans le film Douze hommes en colère qui est encore considéré aujourd'hui comme un des plus grands chefs-d'œuvre du Septième art.

Il interprète aussi le rôle du mentor de James Coburn dans F. comme Flint et Our Man Flint. Il joue aussi dans le téléfilm Mort d'un commis voyageur, avec d'autres acteurs, encore peu connus : Gene Wilder, Bernie Kopell, et George Segal. Il est nommé pour un Emmy Award à cette occasion.

Témoin devant la HUAC[modifier | modifier le code]

Cobb est sur les listes des communistes « possibles » du House Un-American Activities Committee (HUAC) du fait de ses débuts au théâtre dans un groupe marqué politiquement. Appelé à témoigner dans cette chasse aux sorcières, il commence par refuser, ce qui lui vaut quelques menaces, puis s'y résout en 1953 en dénonçant une vingtaine de personnes comme anciens membres du Parti communiste des États-Unis d'Amérique (CPUSA).

Après l'audience, il reprend sa carrière et travaille avec Kazan et Budd Schulberg, deux autres témoins de la HUAC, dans le film Sur les quais (1954), dans lequel on voit souvent une apologie pour leur comportement de donneurs. [pas clair]

Décès[modifier | modifier le code]

Lee J. Cobb meurt d'un infarctus en 1976 à Woodland Hills et est enterré au Mount Sinai Memorial Park Cemetery (en) de Los Angeles.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]