Leduc (avion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leduc.
Leduc 010
{{#if:
Le Leduc 010, exposé au musée du Bourget.
Le Leduc 010, exposé au musée du Bourget.

Constructeur Drapeau : France Leduc
Rôle Prototype
Premier vol (attaché)
(largué plané)

(1re mondiale vol stato)
Nombre construits 2 exemplaires (no 01 et no 02)
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Tuyère Leduc 5 viroles
Nombre 1
Type Statoréacteur
Dimensions
Envergure 10,52 m
Longueur 10,25 m
Hauteur 3,39 m
Surface alaire 16 m2
Masses
Maximale 3 000 kg
Performances
Vitesse maximale 960 km/h (Mach 0,82 à 8 000 m)
Plafond atteint 12 000 m
Vitesse ascensionnelle 9 500 m et Mach 0 78) m/min

Les Leduc sont des avions expérimentaux conçus et réalisés par l'ingénieur français René Leduc.

Présentation[modifier | modifier le code]

Leduc 016
{{#if:
Constructeur Drapeau : France Leduc
Rôle Prototype
Premier vol (attaché)
(largage plané)
(largage + allumage stato)
Date de retrait (dernier vol)
Nombre construits 1
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur • Statoréacteur : tuyère Leduc 5 viroles
• Turboréacteurs : Turboméca Marboré I
Nombre 3
Type 1 statoréacteur + 2 turboréacteurs
Poussée unitaire ? kgf (tuyère)
250 kgf (1 turboréacteur)
Dimensions
Envergure 10,49 m
Longueur 10,25 m
Hauteur 3,39 m
Surface alaire 16 m2
Masses
Maximale 3 250 kg
Performances
Plafond atteint 12 000 m

Quatre types se succédèrent, de puissances et de performances croissantes, Leduc 010, Leduc 016, Leduc 021 et Leduc 022 ; mais tous avaient en commun deux caractéristiques principales originales, leur mode de propulsion et leur forme :

  • Leur propulsion par statoréacteur (appelé aussi tuyère thermopropulsive par René Leduc), qui avait déjà été imaginée par René Lorin en 1913, ne nécessite aucune pièce tournante, est adaptée aux hautes vitesses mais présente l'inconvénient de ne pas assurer le décollage. Pour permettre à l'avion de décoller et d'atteindre les conditions d'allumage de son statoréacteur, René Leduc adopte successivement deux formules :
    • Les Leduc 010, Leduc 016 et Leduc 021 sont installés sur le dos d'un avion porteur et largués en vol. Les avions porteurs utilisés sont des SE 161 Languedoc et, exceptionnellement, un Heinkel He 274 ;
    • Le Leduc 022 est équipé d'un turboréacteur d'appoint ;
  • Leur forme particulière, très reconnaissable, les fait appeler familièrement « tuyaux de poêle volants ».

Le développement des avions Leduc, commencé avant la guerre, s'étale principalement sur la période 1945-1958 dans le cadre d'une Société Leduc créée à cette fin, implantée à Argenteuil. Il donne lieu :

  • À la fabrication de six prototypes pour essais en vol (deux 010, un 016 transformé en 010, deux 021 et un 022) et d'un deuxième 022 achevé à 80 %. Il n'y a aucune fabrication en série ;
  • Au dépôt de nombreux brevets innovants.

Les essais en vol, qui couvrent une période de onze ans (de à ), ont lieu à Toulouse, à Brétigny, puis à Istres, avec pour pilotes d'essai Jean Gonord, Yvan Littolff et Jean Sarrail. Plusieurs projets ou esquisses d'avions Leduc ne donnèrent lieu à aucune réalisation : les 011 (chasseur), 012 (bombardier), 015, 020, 030 (intercepteur bituyère supersonique à aile droite), 040 (intercepteur léger), 050 (bombardier, deux versions : monotuyère et bituyère).

En février 1958, devant les difficultés techniques rencontrées dans le développement, d'une part, et les contraintes budgétaires, d'autre part, l'État français prend la décision d'arrêter définitivement les travaux sur ces avions. En revanche, l'avion français Nord 1500 Griffon, seul autre avion expérimental équipé d'un combiné turbo-stato, et à ce titre concurrent du Leduc 022, poursuit ses essais pendant trois ans, et accumule de nombreux records, avec notamment André Turcat comme pilote.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Le Leduc 010 est le premier type réalisé. Deux exemplaires sont construits. Le 010-01 commandé par le gouvernement français en 1937, voit sa construction suspendue pendant la guerre. Il fait son premier vol monté sur son avion porteur SE 161 Languedoc le à Toulouse-Blagnac, son premier vol largué et plané le , et son premier vol largué et motorisé le , premier vol au monde d'un avion propulsé par statoréacteur, avec comme pilote Jean Gonord, le commandant Perrin étant aux commande de l'avion porteur Languedoc et René Leduc observateur à bord d'un Ju 88[1]. Les deux Leduc 010 sont accidentés et détruits lors d'essais en vol : le 010-01 le et le 010-02 le  ;
  • Le Leduc 016 est une évolution du Leduc 010, équipé de deux turboréacteurs Turboméca Marboré I de 250 kgp placés en bout d'ailes et destinés à aider l'avion à évoluer à basse vitesse et à atterrir, sans pour autant permettre le décollage autonome. Il fait son premier vol composite à l'occasion de son convoyage Les Mureaux-Istres le , son premier vol plané le , et son premier vol avec allumage de la tuyère le . Il participa à l'unique tentative de largage depuis le Heinkel He 274 no 2 le [2]. Son dernier vol a lieu le . La difficulté de la mise au point conduit finalement René Leduc à enlever les réacteurs additionnels et à rebaptiser l'avion 010-03. Il est exposé au Musée de l'air et de l'espace du Bourget ;
  • Le Leduc 021 est conçu pour atteindre la vitesse du son (Mach 1) et avoir une vitesse ascensionnelle élevée. Deux exemplaires sont construits, et essayés en vol entre le et le . Ils sont présentés au Salon du Bourget 1955 ;
  • Le Leduc 022, dernier type réalisé, est autonome car il est équipé (au centre de sa tuyère) d'un turboréacteur Atar 101 D3 de 2 800 kgp de poussée qui lui permet de décoller. Sa vitesse maximale théorique est Mach 2. Le premier modèle 022-01 fait son premier vol le . Il en fera au total 141 jusqu'au , avec allumage de la tuyère à partir du 1er juin. Il est endommagé par un incendie de tuyère lors d'un essai au sol le . Quelques caractéristiques originales, certaines utilisées pour la première fois, sont à signaler : ailes taillées dans la masse, entrée d'air annulaire comportant une paroi poreuse, cockpit situé dans le cône avant[3], de forme annulaire, pour optimiser la forme de l'entrée d'air. Il est exposé au Musée de l'air et de l'espace du Bourget. La fabrication d'un deuxième modèle 022-02, qui est achevée à 80 %, est arrêtée par l'État le .

Il existe sur la base aérienne 125 d'Istres un tronçon de voie de chemin de fer nommé « Voie Leduc », sur lequel étaient effectués des essais au sol de la tuyère thermopropulsive Leduc.


Leduc 021
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Leduc
Rôle Prototype
Premier vol (attaché)
(largage plané)
(largage + allumage stato)
Date de retrait (dernier vol)
Nombre construits 2
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Tuyère Leduc 7 viroles
Nombre 1
Type Statoréacteur
Poussée unitaire 9 600 kgf
Dimensions
Envergure 11,60 m
Longueur 13 m
Hauteur 4,05 m
Surface alaire 22 m2
Masses
À vide 3 300 kg
Maximale 5 200 kg
Performances
Vitesse maximale (Mach 1) soit environ 1 100 km/h
Leduc 022
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Leduc
Rôle Prototype
Premier vol (turbo seul)
(combiné)
Date de retrait (dernier vol)
Nombre construits 1 + 1 (construit à 80 %)
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur • Statoréacteur : tuyère Leduc 6 viroles
• Turboréacteur : SNECMA Atar 101 D3
Nombre 1 stato + 1 turbo
Type Combiné turbo et statoréacteur
Poussée unitaire 16 000 kgf (tuyère)
2 800 kgf (turboréacteur)
Dimensions
Envergure 9,96 m
Longueur 18,20 m
Hauteur 4,86 m
Surface alaire 22,10 m2
Masses
À vide 6 380 kg
Maximale 8 975 kg
Performances
Vitesse maximale ~2 500 km/h (Mach 2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De nombreux journaux ont publié un compte rendu. Voir par exemple Les Ailes, no 1213, , rubrique Notules Techniques.p. 9. Le récit détaillé figure dans le livre de Suzanne Leduc, ch. 1 Journée historique, p. 11-38.
  2. Cuny 1988, p. 43
  3. C'est la paroi transparente visible sur les photos.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Leduc, René Leduc, un Homme seul, Éditions France-Empire,‎ (réimpr. les éditions de l'officine, ), 285 p. (ISBN 2914614438 et 978-2914614436, présentation en ligne)
  • Jean Cuny, Les Avions de combat français 1944-1960, vol. 28, t. I : Chasse-assaut, éditions Larivière, coll. « Docavia »,‎ (ISBN 978-2-84890-064-3, ASIN B0044TF2NI), p. 40–44 et 216-224
  • Jean Lacroze et Philippe Ricco, René Leduc, Pionnier de la propulsion à réaction, vol. 41, Paris, éditions Larivière, coll. « Docavia »,‎ , 256 p. (ISBN 2907051253, présentation en ligne)
  • Claude Perrin, Les Frères Littolff, de Normandie-Niemen à la tuyère Leduc, les éditions de l'officine,‎ , 238 p. (ISBN 2914614357 et 978-2914614351, présentation en ligne)
  • François Besse et Jean Molveau (préf. Pierre Clostermann), Légendaires avions du monde, Sélection du Reader's Digest,‎ , 159 p. (ISBN 270981000X et 978-2709810005)
  • « Tout sur le Leduc », Aviation Magazine, no 112,‎ , p. 26–40
  • « Comment Leduc a gagné la partie », Science et Vie, no 474,‎ , p. 66–79


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]