Ledger (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ledger.

Ledger
logo de Ledger (entreprise)

Création 31/01/2011 : immatriculation
Dates clés
  • 2016 : sortie du Ledger Nano S
  • 2019 : sortie du Ledger Nano X
Fondateurs
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Keep your crypto secure, everywhere.
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Éric Larchevêque (depuis le 05/02/2011)
Activité Programmation informatique

Ape : 6201Z

Produits Sécurisation des cryptomonnaies
Filiales Coinhouse 815254545
Effectif 200 (estimé)
SIREN 529 991 119
Site web www.ledger.com

Chiffre d'affaires 868 700 € au 31/12/2016

Comptes récents non disponibles

Résultat net 397 200 € au 31/12/2016 (perte)

Ledger est une start-up française qui conçoit et commercialise des portefeuilles (en) matériels (hardware) de cryptomonnaies destinés aux particuliers et aux entreprises. Parmi ses produits se trouve notamment le Ledger Nano S, vendu à plus de 1,5 million d'exemplaires à travers le monde[1]. La start-up emploie environ 200 personnes et possède des sites à Paris, Vierzon, New York et Hong Kong[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

En 2014, après avoir co-fondé La Maison du Bitcoin[3] (désormais renommée Coinhouse), le premier comptoir physique d’Europe pour le change de cryptomonnaies[4], Éric Larchevêque[5] et Thomas France[6] créent Ledger avec les fondateurs de deux autres startups: BTChip et ChronoCoin[7].

L'objectif de Ledger est de sécuriser la détention et les transactions en crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum notamment) pour les utilisateurs individuels : Ledger conçoit des portefeuilles physiques numériques, qualifiés "d'hardware wallets"[8].

Le premier produit commercialisé est le Ledger Nano, lancé en décembre 2014. Suivra le Ledger Nano S en Juin 2016[9] puis le Ledger Blue en Novembre 2016[10]. Les principales cryptomonnaies sont supportées au lancement du Ledger Nano S, dont le Bitcoin, l’Ethereum ou le Ripple[11],[12]. Il deviendra par la suite le premier portefeuille de cryptomonnaies (en) à obtenir la Certification de sécurité de premier niveau (CSPN) de l’ANSSI[13],[14],[15].

La technologie utilisée est développée en interne, notamment avec un système d’exploitation embarqué conçu pour carte à puce dénommé "BOLOS" pour Blockchain Open Ledger Operating System (formant un acronyme humoristique en français). Celui-ci permet d’isoler les fonctions programmées et donc d’éviter toute intrusion extérieure[16].

Développement durant la bulle des crypto-monnaies[modifier | modifier le code]

En mars 2017, Ledger lève 7 millions d’euros lors d’un tour de table mené par Maif Avenir[17] où participent également Kima Ventures et Digital Currency Group (en), ce qui constitue alors un des plus gros financements réalisé dans le secteur de la blockchain sur le continent européen[18],[19].

La start-up profite de l’essor des cryptomonnaies, le Bitcoin grimpant de $1000 à près de $20.000 sur l'année 2017, simultané avec sa levée de fonds, et connaît une très forte croissance économique lors du second semestre 2017 en écoulant un million de Nano S et en dépassant les 10 millions de revenus mensuels. Le chiffre d’affaires de l'année 2017 est alors de 45 millions d'euros[20],[21].

En 2018, elle est la troisième start-up française ayant collecté le plus de fonds grâce à une levée de 75 millions de dollars annoncée le 18 janvier 2018 et réalisée par l'équipe dirigeante (Eric Larchevêque, Pascal Gauthier, Nicolas Bacca, Thomas France et Jean-Michel Pailhon)[22]. Elle atteint alors la catégorie de scale-up[23],[24]. Ces investissements proviennent de grands fonds de capital risque tels que FirstMark Capital (en), Draper Esprit (en) et Korelya Capital, créé par Fleur Pellerin[25],[26],[27]. L’entreprise annonce alors vouloir utiliser ces financements pour son développement à l’international et sa recherche et développement (R&D)[28].

Temps difficiles[modifier | modifier le code]

La chute du cours du Bitcoin qui suivra (de $20.000 à moins de $4.000 en 2018) aura cependant un fort impact sur l’activité du marché et sur les ventes des produits. De plus, une part des emplois de la start-up est menacée, notamment dans les fonctions de support[29]. Cela est dû à une précédente politique de recrutement trop optimiste qui prévoyait une introduction en Bourse à l'horizon 2020[30].

Malgré ce contexte délicat, Ledger investit 10 millions d’euros dans la construction d’une usine d’assemblage de plus de 4 000 mètres carrés à Vierzon : le "LedgerPlex". L'objectif est ainsi de relocaliser sa production (précédemment réalisée en Chine) et d’employer jusqu’à 150 salariés dans le Cher en fonction de l’évolution du marché[31],[32].

Retour à la hausse[modifier | modifier le code]

Début 2019, à l’occasion du Consumer Electronics Show ayant lieu à Las Vegas, Ledger annonce un nouveau produit qui sera commercialisé pour mars de la même années : le Ledger Nano X. Celui-ci consiste en une évolution du Nano S, permettant une connexion Bluetooth, possédant un écran plus grand et permettant de stocker plus de cryptomonnaies[33]. Finalement, un problème technique retardera la disponibilité du produit et celui-ci ne sera disponible qu'à partir de mai 2019[34],[35].

Le Bitcoin connaît au premier semestre 2019 une progression de 40 %, ce qui implique un retour à la hausse des ventes. L’entreprise annonce alors être de nouveau en phase de recrutement, souhaitant profiter du retour d’un marché devenu plus mature[36],[37].

Courant avril 2019, Samsung annonce officiellement avoir investi 2,6 millions d’euros dans Ledger ; la valorisation de la start-up atteindrait alors 260 millions d’euros[38],[39]. Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie et des Finances commente la situation de Ledger le 15 avril 2019 : « Ledger a tout pour devenir très vite notre première licorne blockchain française »[40].

Dans le même temps, d’importants hacks de plateformes d'échanges de cryptomonnaies, comme celui de Binance (l’équivalent 40 millions de dollars volés en Bitcoin), ont fait augmenter les ventes de portefeuilles physiques du fait de l’inquiétude croissante des utilisateurs[41].

Diversification de marché[modifier | modifier le code]

Initialement crée avec en tête le business to consumer (B2C), Ledger cherche à se diversifier lors de la popularisation des cryptomonnaies en intégrant son système d'exploitation à des solutions orientées vers les entreprises.

Portefeuille pour les entreprises[modifier | modifier le code]

En 2017, la start-up lance Ledger Vault[42],[43],[44],[45], une solution à destination des entreprises, des institutions financières (Hedge Funds, Family office) ou encore des plateformes d’échanges de monnaies, comme Uphold (pt)[46] ou NDAX[47], pour la gestion d’actifs en cryptomonnaies. Cette activité étant moins corrélée à l’évolution du cours des cryptomonnaies, cela est considéré comme une façon de « générer des revenus récurrents et de conférer une stabilité à l'entreprise »[48] par Éric Larchevêque.

Cette solution accompagne également le développement de la start-up à l’international et l’ouverture de bureaux à New York et à Hong Kong pour être géographiquement plus proche des autres grandes places financières internationales[49],[50],[51].

Internet des objets[modifier | modifier le code]

Ledger pénètre également le secteur des objets connectés (IoT) en signant un partenariat avec Engie pour le développement de boîtiers connectés permettant de certifier les quantités d’énergies produites par les sources d’énergie renouvelable grâce à la blockchain[52],[53],[54].

L’internet des objets est considéré comme le secteur présentant le plus de potentiel dans les années à venir par Éric Larchevêque lors d'une interview avec le magazine Entreprendre[55].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les folles ambitions de Ledger, le roi français des coffres-forts à bitcoin », Le Parisien,
  2. « Cryptomonnaie : Samsung investit dans la pépite française Ledger », La Tribune,
  3. (en-US) Sandrine Ayral, « As Bitcoin startups surge, Paris opens its first Bitcoin center », sur Rude Baguette, (consulté le 11 août 2019)
  4. « Dans l’intimité de Ledger, fleuron français de la blockchain », FrenchWeb.fr,
  5. « Éric Larchevêque, l'âme de Ledger », Les Échos,
  6. « Thomas France, le promoteur du bitcoin », sur La Tribune (consulté le 11 août 2019)
  7. « Ledger se rêve en Cisco du bitcoin », sur usine-digitale.fr (consulté le 11 août 2019)
  8. « #fintech : Ledger Wallet stocke et sécurise vos bitcoins », sur cBanque Actu (consulté le 11 août 2019)
  9. (en) « Ledger Nano S: secure multi-currency hardware wallet », sur Ledger, (consulté le 11 août 2019)
  10. (en-US) Corin Faife, « Ledger Launches Blockchain Wallet for Smart Contract Era », sur CoinDesk, (consulté le 11 août 2019)
  11. « LEDGER, COINBASE, PAPER WALLET... LES RECOMMANDATIONS DE CAPITAL POUR PROTÉGER SES BITCOINS », Capital (magazine),
  12. « Ledger Nano S : Test complet du bunker pour crypto-monnaies », CryptoActu,
  13. « Ledger : le Nano S devient le premier hardware wallet certifié par l’ANSSI », Journal du Coin,
  14. « Le Ledger Nano S reconnu par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information », Presse Citron,
  15. « Certification ANSSI de Ledger », ANSSI,
  16. (en) « A Closer Look Into Ledger Security: Our Custom Operating System – BOLOS », Ledger,
  17. « LEDGER LÈVE 7M€ AFIN D’ACCÉLÉRER L’ADOPTION DE SES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ POUR LES APPLICATIONS BITCOIN ET BLOCKCHAIN », MAIF Avenir,
  18. « Ledger lève 7 millions pour sécuriser les bitcoins des entreprises », Les Échos,
  19. « Une levée de fonds de 7 millions d’euros pour Ledger », Bitcoin.fr,
  20. « Vierzon place tous ses espoirs dans le bitcoin », Le Monde,
  21. « Ledger, énième victime de la crise des crypto-monnaies ? », Presse Citron,
  22. (en) « Ledger raises USD 75 million to secure cryptocurrency assets », sur Ledger, (consulté le 11 août 2019)
  23. « Start-up : les plus grosses levées de fonds 2018 », Les Échos,
  24. « Back Market, Ledger, Actility : 3 scale-up françaises potentielles futures licornes », Les Échos,
  25. « Ledger lève 75 millions de dollars pour sécuriser les transactions en cryptomonnaies », Maddyness,
  26. « Bitcoin : Ledger lève 75 millions de dollars », Les Échos,
  27. « Ledger, étoile montante française des cryptomonnaies, lève 61 millions d'euros », La Tribune,
  28. « Ledger, le spécialiste des portefeuilles de cryptomonnaies, lève 61 M€. Mais pour quoi faire ? », L'Usine digitale,
  29. « Cryptomonnaies : la pépite française Ledger va couper dans ses effectifs », Les Échos,
  30. « Crypto-actifs : Ledger envisage d'alléger ses effectifs, mais pas à Vierzon », La Tribune,
  31. « Ledger fait fructifier les cryptomonnaies au cœur du Berry », Les Échos,
  32. « En France, une nouvelle usine pour l'industrie des cryptomonnaies », Le Figaro,
  33. « Ledger Nano X, la version Bluetooth du wallet crypto dévoilée », Presse Citron,
  34. « La sortie du Ledger Nano X retardée en raison d’un problème technique », Presse Citron,
  35. « Ledger repousse la sortie de son crypto-portefeuille Nano X », Cryptonaute,
  36. « Cryptomonnaies : le plan de Ledger pour se relancer », Les Échos,
  37. « Cryptomonnaies : comment Ledger vise le rebond en 2020 », La Tribune,
  38. « CRYPTOMONNAIES : SAMSUNG INVESTIT DANS LA PÉPITE FRANÇAISE LEDGER », Capital (magazine),
  39. « Samsung entre au capital de la pépite crypto française Ledger », Presse Citron,
  40. « BRUNO LE MAIRE : “LE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCOSYSTÈME BLOCKCHAIN EST UNE PRIORITÉ POUR LE GOUVERNEMENT” », Capital (magazine),
  41. « Ledger : Forte augmentation des ventes depuis le piratage de Binance », Coin 24,
  42. (en) « Crypto.com Integrates Ledger Vault Technology for Institutional Grade Custody Solution », PR Newswire,
  43. (en) « Ledger Vault: NYC office Brings Crypto Security to Institutional Investors », Medium, Ledger,
  44. (en) Jean-Michel Pailhon, « Why I Decided to Join Ledger, the Leading Company in Security Solutions for Cryptocurrency and Blockchain Applications », sur Medium, (consulté le 11 août 2019)
  45. (en) « With Latest Partnership, Ledger Vault Offers a Fix to Crypto’s Custody Problem », Bitcoin Magazine (en),
  46. (en) « Payments Startup Uphold to Use Ledger Vault », Coin Telegraph,
  47. (en) « Payments Startup Uphold to Use Ledger Vault », Coin Telegraph,
  48. « Cryptomonnaie : Samsung investit dans la pépite française Ledger », La Tribune,
  49. (en) « Hardware Wallet Ledger Opens New York Office to Develop Institutional Custody Offering », Coin Telegraph,
  50. « Cryptomonnaies : le français Ledger part à la conquête de l'Asie », Les Échos,
  51. « Éric Larchevêque, le roi français du bitcoin, veut conquérir l'Amérique », Le Figaro,
  52. « Ledger cherche à se relancer auprès des professionnels », Maddyness,
  53. « Engie et Ledger inventent un boîtier pour automatiser la collecte de données », L'Usine digitale,
  54. « Ledger et Engie s’associent pour certifier l’énergie renouvelable par blockchain », Journal du Coin,
  55. « Éric Larchevêque : « Ledger doit devenir un géant mondial » », Entreprendre,
  56. « Ledger, start-up de l'année en IDF, sécurise la cryptomonnaie », Les Échos,
  57. « Ledger, la vraie star française du CES 2019 », Les Échos,
  58. « Le Ledger Nano X reçoit un “Innovation Award” au CES de Las Vegas », Journal du Coin,
  59. BFM BUSINESS, « Next40: la liste complète des pépites de la French Tech dévoilée », sur BFM BUSINESS (consulté le 21 septembre 2019)