Lechalas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lechalas
Image illustrative de l’article Lechalas
Le Lechalas (à droite). Vedette à vapeur des Ponts et Chaussées, en compagnie du Chantenay (à gauche).
Type Vedette, bateau de surveillance, bateau de service
Histoire
A servi dans Ponts-et-Chaussées
Chantier naval Chantier Saint-Quentin, chantier Blasse et Fils, Nantes (Chantenay)
Lancement 1912
Statut Naviguant
Caractéristiques techniques
Longueur 16,60 m
Maître-bau 2,88 m
Tirant d'eau 5,80 m
Port en lourd 25 t

Le Lechalas est une vedette à vapeur affrétée pour le service des ingénieurs des ponts et chaussées. Il est ancré sur le quai de Versailles à Nantes, et est classé au titre objet des monuments historiques depuis 1986. C'est le premier navire fluvial à bénéficier de ce type de protection en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Lechalas a été baptisé en hommage à Médéric-Clément Lechalas, ingénieur des Ponts et Chaussées ayant exercé à Nantes au XIXe siècle. Construit sur les chantiers Saint-Quentin (ou chantier Blasse et Fils[1]) dans le quartier Chantenay, à Nantes, en 1912, il est mis en service en 1913. Mue à la vapeur, cette vedette était utilisée comme bureau mobile par les ingénieurs des Ponts et chaussées pour superviser les chantiers sur la Loire, son estuaire, l'Erdre et la Sèvre nantaise[2].

En 1950, son moteur à vapeur est déposé. Conservé par la Maison des Hommes et des Techniques, il y est encore exposé. Depuis, le bateau est équipé d'un moteur diesel. Devenu navire amiral du port de Nantes, le Lechalas a accueilli trois Présidents de la République à son bord[2] : Vincent Auriol, René Coty et Charles de Gaulle[3], ce qui lui a valu le surnom de Le Haut de Forme, qui côtoyait celui de Vapeur et Mirror[3]. Il a également pris à son bord Catherine Deneuve, Alain Delon et Alain Souchon[3]. Il est désarmé en 1967, vendu à un particulier en 1968[1] et laissé à l'abandon à La Roche-Bernard[2].

Il est racheté en 1982 par un particulier, D. Desprée[1]. Une association, baptisée « SOS Lechalas » (devenue par la suite « ABPN », « Association bateaux du port de Nantes »), est créée pour œuvrer à la restauration du bâtiment[2]. Il est classé au titre des monuments historiques le [1], premier navire fluvial à bénéficier de ce type de protection en France[2]. Rénové, il navigue de nouveau à partir de 1992. Il participe à de nombreuses festivités (Les Rendez-vous de l'Erdre, Brest 2000, etc.)[2].

Son port d'attache est Nantes, il est amarré en général en face du no 12 du quai de Versailles[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le navire, propulsé par un moteur diesel Scania de 120 cv, mesure 16,60 m de long pour 3,88 m, pèse 25 tonnes[2], et a une jauge de 24 tonneaux[5]. La coque est en fer doux, les menuiseries en acajou[5].

Décor de cinéma[modifier | modifier le code]

Le Lechalas a fait partie du décor du film Mercredi, folle journée !.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice no PM44000619, base Palissy, ministère français de la Culture.
  2. a b c d e f et g « Vedette des Ponts et Chaussées Le LECHALAS, premier navire fluvial classé Monument Historique », Association Bateaux du Port de Nantes (consulté le 3 août 2016).
  3. a b et c « Le Lechalas », Association des modélistes nantais (consulté le 3 août 2016).
  4. « Le Lechalas rend hommage à un ingénieur nantais », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  5. a et b « À 100 ans, le Lechalas retourne au charbon », (consulté le 3 août 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Léchalas, vapeur fluvial nantais, in « Chasse-Marée », 1984, no 12, p. 50.
  • Gilles Millot, La Résurrection du Léchalas, à toute vapeur d'Erdre-en-Loire, in « Chasse-Marée », 1994, no 84, p. 32-39.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]