Alain Surget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le renard de Morlange)
Aller à : navigation, rechercher

Alain Surget

Description de cette image, également commentée ci-après

Alain Surget (Le Livre sur la Place, Nancy, 2011)

Naissance 21 juin 1948 (64 ans)
Metz (Moselle)
Activité principale
Écrivain, Professeur d'Histoire
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Alain Surget est un écrivain français né le 21 juin 1948 à Metz. Il se consacre principalement à la littérature d'enfance et de jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur d'histoire à Uckange depuis 1976, retraité à présent, il est marié et père de trois enfants. Il a écrit depuis l'âge de quinze ans de très nombreux romans ayant principalement pour cadre l'Égypte antique (L'Œil d'Horus, Le Cavalier du Nil, L'assassin du Nil, etc.) ou encore narrant les aventures d'animaux cherchant à sauver leur pays. Il a écrit également pour le théâtre et de la poésie. Il est l'auteur de plus de 15 romans.Ses ouvrages traduisent les rapports entre le monde moderne et les grandes forces ancestrales, la vengeance, le destin, les luttes des classes et de races et surtout la lutte de l'homme avec la nature et la solitude. Membre de la Société des Écrivains d'Alsace et de Lorraine depuis 1977, Alain Surget a déjà publié beaucoup de livres pour jeunes en particulier dans la collection cascade.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Œil d'Horus, 14 janvier 1999, Flammarion (Flammarion jeunesse), illustrations d'Annette Marnat, 155 pages, ISBN 978-2-0812-4198-5
  • Les Nuits d'Halloween
  • Le dernier secret de Pompéi
  • L'Assassin du Nil, 1999, Flammarion (Castor Poche), couverture dessinée par Olivier Besson, 140 pages
  • Le Maître des deux terres, janvier 2000, Flammarion (Castor Poche), couverture dessinée par Olivier Besson, 170 pages
  • Le Cavalier du Nil, 2000, Flammarion (Castor Poche), 128 pages, couverture dessinée par Jean-Louis Thouard
  • Les Enfants du Nil (série)
  • Pavillon noir (série)
  • Tirya (série) :
  • Les Enquêtes de Jullius (série)
  • La Fleur du clown
  • La Panthère des neiges
  • Le renard de Morlange, 1995 (réédition en 2005, (ISBN 978-2-0925-0669-1)), Nathan (Nathan Poche 10-12 ans/Fantastique), illustrations de Philippe Mignon, 120 pages, ISBN 2092506692
  • Safari Blanc
  • L'Ourse
  • Le Voleur de pandas
  • Le Fils des loups
  • Les Disparus de Fort Boyard
  • L'Œil de feu
  • Le Voleur de papyrus
  • Quand on parle du loup
  • La Montagne aux Gorilles
  • La Nuit des Kangourous
  • La Plage aux tortues
  • Une Bataille pour un cheval
  • Le Cri du loup
  • Vacances Criminelles
  • Mary Tempête, 2007
  • Un cheval pour totem
  • Graines de pirates
  • Les oiseaux de Kisangani
  • Le fils des loups
  • La Septième Fille du Diable
  • L'Hôtel Maudit
  • Menace à Olympie
  • Houni, bâtisseur de pyramides

Livres[modifier | modifier le code]

Tirya[modifier | modifier le code]

Tirya est une série de sept romans dont l'héroïne est Tirya, fille d'Amasis, aidé par Hermès, un jeune grec. Ces romans ont pour cadre principal l'Égypte antique.

Volumes[modifier | modifier le code]

  1. Le Complot du Nil
  2. Le Pharaon de l'ombre
  3. Le Trône d'Isis
  4. La Fille d'Anubis
  5. Le Loup des sept collines
  6. La Vengeance de la déesse
  7. Le Triomphe des lionnes

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Tirya est la jeune fille d'Amasis et de la défunte Ténet. Son intrépidité est sans bornes quand il s'agit de découvrir la vérité sur le crime (ou d'échapper à un mariage forcé, ou d'annuler ce même mariage). Têtue et jolie.
  • Hermès est un jeune grec ayant entre seize et dix-sept ans. Il est poète bien que fils d'un marchand de faïences. Il suit Tirya en partie pour prouver sa valeur.
  • Amasis est le père de Tirya, d'abord général des mercenaires grecs, tombés en disgrâce aux yeux de Pharaon, puis pharaon et maître souverain des Deux Terres.
  • Tahoser est la fille d'Apriès et l'ennemie personnelle de Tirya.
  • Ramose est le commandant en chef de la charrerie et le grand rival d'Amasis.
  • Katfi est le chef des tribus libyennes, allié d'Amasis, il est l'instigateur de l'offensive menée à l'encontre de la cité grecque.
  • Battos II est le roi de Cyrène, la cité grecque attaquée par les armées libyennes et égyptiennes.
  • Oumentep est le maire de Thèbes, celui à qui fut dévoilée la conspiration visant à piller la tombe.
  • Ouri est l'officier de sûreté thébaine qui arrêta les deux pilleurs de tombes.
  • Apriès est le pharaon des deux terres. C'est lui qui décida d'entrer en guerre contre Cyrène. Il est ensuite défait de ses fonctions par la nomination d'Amasis.
  • Nabuchodonosor II est le roi de Babylone, celui-là même qui fit déporter les hébreux après la chute de Jérusalem. Il menace d'envahir l'Égypte. Par son mariage, il est allié aux Mèdes.
  • Phanès est un officier grec.
  • Pisistrate est le tyran d'Athènes
  • Solon est un homme politique d'Athènes
  • Cratéros est un athénien qui aide Tirya à quitter Athènes.
  • Nagado est un assassin

Résumés des romans et sources bibliographiques des romans[modifier | modifier le code]

Le complot du Nil

Tirya est une jeune fille de quinze ans, fille du général égyptien Amasis, chef des mercenaires grecs, sous le règne du pharaon Apriès. Mais son père est en disgrâce et le pharaon menace de dissoudre le corps des mercenaires. De plus, alors qu'Amasis part pour Cyrène pour combattre au nom du pharaon, il est accusé de pillage de tombes. Tirya prend la fuite pour ne pas servir de moyen de pression sur son père. Elle trouve refuge chez des fabricants de faïence grecs, et fait la connaissance d'Hermès, un jeune homme qui veut l'aider à découvrir la vérité. Ils devront pour cela affronter le désert pour se rendre aux mines où sont captifs les complices de la violation de la tombe, puis prendre le risque de se dévoiler au maire qui arrêta ces mêmes hommes ; tandis que son père doit affronter la charrerie de son rival Ramose et ses alliés Libyens[1].

Sources bibliographiques
  • Dictionnaire des pharaons, éditions Noêsis, 1998
  • Dictionnaire de l'Égypte antique, Encyclopédia Universalis éditions Albin Michel, 1998
Le pharaon de l'ombre

Amasis, le père de Tirya est pharaon, mais il est loin d'avoir l'obéissance de tous ses sujets ; en effet, les partisans de l'ancien pharaon Apriès sont encore nombreux et des catastrophes s'abattent sur le pays. En outre, Amasis veut marier sa fille au fils du roi de Cyrène pour sceller leur alliance. Tirya décide donc de s'enfuir avec Hermès pour rejoindre Rhodes et échapper à ce mariage dont elle ne veut à aucun prix. Mais le danger de Babylone, dirigée par Nabuchodonosor, plane sur l'Égypte. Dévorée de l'intérieur et assaillie de l'extérieur, l'Égypte d'Amasis est prête à s'effondrer[2].

Sources bibliographiques du roman
  • L'Art antique au proche-Orient, Mazenod, 1977
  • Voyage au cœur des grandes civilisations, EFSA, 1998
  • La Grande aventure de l'archéologie, Robert Laffont, 1979
  • Précis d'Histoire Ancienne, Presses Universitaires de France, 1971
  • Mythologies classiques, Larousse, 1963
  • Babylone, "Découvertes", Gallimard, 1994
  • Histoire de l'art, Grange Batelière, 1975
Le Trône d'Isis

Au IVe siècle avant notre ère, dans le fastueux royaume d’Égypte, le pharaon Amasis décide d’épouser la fille de son prédécesseur détrôné, Ninétis, pour faire taire les revendications des partisans de l’ancien souverain des Deux Terres, Apriès. Or, Tirya, fille d’Amasis, s’oppose à la décision de son père de placer son ennemie sur le trône d’Isis et décide donc d’empêcher le dit mariage. Pour ce faire, elle adresse au nom de son père une missive à Cambyse Ier, le souverain de Perse, déclarant vouloir sceller une alliance entre les deux empires en unissant le fils de Cambyse, Cyrus II, à la fille du pharaon. En effet, Tirya projette d’être absente au moment où le perse viendrait chercher sa dulcinée ; ainsi, pour ne pas éveiller le courroux de Cambyse, Amasis serait contraint de lui donner une fille de pharaon et donc lui accorder Ninétis. Mais il faut pour cela retarder le mariage imminent entre Amasis et Ninétis, sans quoi elle ne pourrait partir pour la lointaine ville de Pasargardes. Aussi, Tirya déclare vouloir se rendre en Grèce pour interroger la Pythie de Delphes sur le bien-fondé du mariage et demande à son père d’attendre son retour pour célèbrer son union. Or survint un grave incident, alors qu’elle voguait entre les roseaux en compagnie d’Hermès, son ami grec, un tireur embusqué tue le rameur et cloue la princesse à sa barque par des traits très bien ajustés ; aussi pharaon prit-il toutes les mesures de sécurité possibles pour sa fille. Et Tirya s’embarque pour la Grèce avec Hermès.

Après avoir traversé la toujours verte[3], le navire de Tirya et celui qui l’escortait sont attaqués par des vaisseaux Shardanes. La force est dans , navire d’escorte, fut coulé par les pirates alors que L’étoile d’Isis, bateau de Tirya parvint à s’enfuir et à jeter l’ancre en Attique. Tirya, Hermès et Phanès, l’officier chargé de leur sécurité se rendent à Athènes pour être reçus comme il se doit par les Archontes. Mais ils sont victimes d’une erreur judiciaire et considérés comme responsables de l’attentat manqué perpétré contre Pisistrate, un haut personnage (cet attentat était en réalité un simulacre dont usa Pisistrate pour se faire attribuer des gardes du corps puis s’ériger en dictateur.) Or ils ne peuvent prouver leur identité puisque l’équipage et le navire ont mystérieusement disparus. Ils sont donc fait prisonnier du tyran tout comme les anciens dirigeants d’Athènes. C’est alors que se présente un homme qui se dit envoyé par Solon pour les aider à fuir la cité et à atteindre la montagne de Dionysos séparant l’Attique de la Béotie ; ils voyagent dans une charrette de poteries conduite par un nommé Cratéros. Or, il advint que l’assassin[4] se manifeste à nouveau en tuant Cratéros en voulant atteindre Hermès pour "distiller la peur avant d’arrêter la vie"[5]. Hermès et Tirya décident alors de fausser compagnie à Phanès qu’Hermès soupçonne de trahison depuis qu’il a surpris un de ses entretiens avec Ninétis. Mais ils n’en ont pas le temps car ils sont attaqués par des brigands appâtés par la somme promise par Pisistrate à qui capturerait les fugitifs. Ils abandonnent alors Phanès en leurs mains et parviennent à s’enfuir, malgré les incertitudes de Tirya au sujet de l’officier[6] et ils marchent vers Delphes, poursuivit par l’assassin montés sur son âne roux[7].

Sur la route, ils rencontrent Léthé, une jeune fille qui doit concourir à la seule épreuve des jeux olympiques féminins : la course à pieds. Mais elle s’est brisée la jambe et n’est pas en état de concourir, c’est pourquoi Tirya, qui lui ressemble physiquement, propose de la remplacer. Ainsi Tirya se retrouve projetée au milieu des athlètes grecques. Elle réussit à faire partie des vingt concurrentes qui s’affrontent quatre par quatre puis à affronter les coureuses restantes : Léda, Lykainis, Crisis et Alcippe. Mais, lors de la finale contre Crisis, à quelques pas de l’arrivée, Crisis trébuche sur le scarabée de Tirya dont la cordelette a cédé parce que Crisis avait tiré dessus. Tirya gagne donc les jeux au nom de Léthé et repart pour Delphes.

Sur la route, ils tombent sur une fête villageoise des vignobles. Tirya, en jouant au jeu qui consiste à rester en équilibre sur une outre, se fait tirer dessus par le mystérieux assassin ; elle tombe heureusement, évitant ainsi le trait mortel. Les villageois pourchassent le tireur et l’abattent d’un coup de fronde. Il est alors démasqué, il s’agissait de Netrô, fils de Katfi le chef libyen que tua Amasis devant Cyrène. Enfin, arrivé au nombril du Monde, ils offrent à Apollon la couronne de Tirya puis vont entendre l’oracle de la Pythie qui est le suivant : "De trois points cardinaux apparaissent des silhouettes à visage de femmes. Leurs regards convergent vers le trône d’Isis. Du Sud naîtra le Fils de La Lumière. De l’est surgira l’ombre qui le détruira. Une fille du Sud siègera sur le trône d’Isis."[8]. Pendant ce temps, en Égypte, l’ambassadeur Perse repart pour le royaume de Cambyse avec Ninétis, furieuse d’être ainsi éloignée du trône qu’elle convoitait[9].

Sources bibliographiques
  • La Vie en Grèce aux temps antiques, éditions Minerva, 1986.
  • Précis d'histoire ancienne, Presses universitaires de France, 1971.
  • Les grandes dates de l'Antiquité, Presses universitaires de France (coll. Que sais-je ?), 2000 (10e édition).
  • Dictionnaire de la Grèce antique, Encyclopaedia Universalis, éditions Albin Michel, 2000.
  • Voyage au cœur des grandes civilisations, EFSA, 1998.
  • L'Art grec, Mazenod, 1975.

Trilogie égyptienne[modifier | modifier le code]

L'action de cette trilogie se déroulerait approximativement vers -3150, à l'époque où la Haute et la Basse-Égypte n'était pas encore unifiées. On considère en effet que ce serait Ménès (Menî) qui serait à l'origine de l'union des Deux Terres. Il aurait donc appartenu à la Ire dynastie thinite.

Volumes[modifier | modifier le code]

  1. L'Œil d'Horus
  2. L'Assassin du Nil
  3. Le Maître des deux terres

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Menî (Ménès) est le jeune fils de quatorze ans du roi de Haute-Égypte, Antaref. Mais il est jugé mou et incapable de tenir convenablement le trône. Aussi, son père, poussé par sa favorite Sinsaéré, lui demande d'accomplir trois exploits digne du fils de pharaon pour prouver sa valeur et sa capacité à lui succéder. Il doit donc partir seul sur le Nil pour trouver trois hauts faits à accomplir. Il va réussir en immobilisant Sobek le dieu crocodile, en neutralisant Sekhmet la lionne sanguinaire et en secourant Horus face aux babouins du maléfique Seth. Mais il doit faire face à de nombreux problèmes et notamment la déclaration de guerre de la Basse-Égypte alors que le rituel d'embaumement d'Antaref le contraint à ne prendre aucune décision durant soixante-dix jours.
  • Thouyi, dite l'hirondelle, est une jeune voleuse et magicienne orpheline qui monte à bord de la pirogue de Menî alors qu'elle était poursuivie pour avoir volé une splendide pâtisserie. Elle impose sa présence à Menî et le jetterait à l'eau en cas de refus. Elle refuse absolument de le croire lorsqu'il lui décline son identité et va finir par voyager avec lui. L'héritier s'attache rapidement à elle. Mais elle sera accusée d'avoir assassiné le pharaon en l'empoisonnant.
  • Antaref est le pharaon de la Haute-Égypte et le mari de Nef'eter. Mais il n'est pas insensible aux charmes de la belle Sinsaéré et son fils Menî le déçoit grandement, il lui impose donc une contrainte pour qu'il lui prouve qu'il est digne de lui succéder. Il est ensuite heureux que son fils Menî ait su réussir les épreuves auxquelles il l'avait contraint car celui-ci ne s'était guère montré être un homme d'action jusqu'ici. Il aime son épouse mais est séduit par une autre femme.
  • Sinsaéré la belle, est une femme d'intrigue, farouchement rivale de Nef'eter, elle tente de s'emparer du pouvoir en écartant Menî et suggère donc à Antaref le test des trois épreuves, ainsi, elle pourrait lui donner un héritier et obtenir le pouvoir grâce à lui. Mais elle boira par mégarde le philtre d'oubli préparé pour Menî parce qu'il connaissait un des secrets d'Horus.
  • Nef'eter est la calme et sereine grande épouse royale et la mère de Menî, elle supporte mal la présence de la perfide Sinsaéré. C'est elle qui assure la régence pendant la période de l'embaumement durant laquelle Menî ne peut être couronné.
  • Chéfi est le fidèle homme de main de Menî à qui il est dévoué corps et âme.
  • Chechoup est le pharaon de la Basse-Égypte, mais il est devenu particulièrement menaçant après l'assassinat de son ambassadeur. Il va jusqu'à déclare la guerre à la Haute-Égypte en l'accusant d'avoir assassiné l'un de ses ambassadeurs.
  • Ahousi est une jeune demoiselle de la cour, fille d'Afar, un grand notable. Elle a pour but de séduire Menî pour que celui-ci l'épouse et qu'elle puisse ainsi accéder au trône.
  • Afar est le général des armées de pharaon et œuvre pour que Antaref déclare la guerre à la Basse-Égypte.
  • Oubiou est l'avisé conseiller de le pharaon Antaref.
  • Nemorit est la femme de feu le général Afar, ennemi juré de Menî, ainsi que la sœur de Sinsaéré.
  • Ahousi est la fille de feu le général Afar. Elle désire plus que tout épouser Menî pour accéder au trône.

Résumés des romans[modifier | modifier le code]

L'Œil d'Horus

Menî est un jeune garçon, fils du pharaon de Haute-Égypte, Antaref. Le destin de Menî est tout tracé: il doit succéder à son père, le pharaon Antaref. Mais pour l'heure, il sait à peine tirer à l'arc et ne s’intéresse qu'à ses animaux familiers. Antaref lui ordonne alors d'accomplir trois exploits pour prouver qu'il peut être roi. Mais il est jugé comme incapable et mou, les affaires de l'État ne l’intéressent guère et il préfère consacrer son temps à ses animaux. Alors, son père le met au défi d'accomplir trois exploits dignes de l'héritier du trône pour prouver sa valeur et sa légitimité à exercer le rôle de maître suprême du royaume et descendant d'Horus. Menî part donc à l'aventure sur le Nil lorsque sa barque est assaillie par une jeune voleuse fuyant ceux qui la poursuivaient parce qu'elle avait volé la plus belle pâtisserie du boulanger Natsi. Elle se prénomme Thouyi ; elle refuse de croire Menî lorsque celui-ci lui révèle qui il est et lui impose sa présence. C'est donc ensemble qu'ils accompliront les trois exploits, devant affronter Sobek, le grand dieu crocodile dans sa sombre et humide caverne, la cruelle et sanguinaire Sekhmet la lionne, dans les étendues arides du désert et contrer les plans maléfiques de Seth pour soutenir Horus le dieu faucon. Ils affronteront les flots du Nil, l'hostilité du désert et les abruptes montagnes[10].

L'Assassin du Nil

Menî a accompli les trois exploits qui devaient prouver sa valeur pour pouvoir accéder à la succession du pharaon Antaref, maître de la Haute-Égypte. Or, voilà que l'émissaire du pharaon de la Basse-Égypte est assassiné alors que le pharaon donnait une cérémonie durant laquelle Menî devait se faire couper sa mèche d'enfant. Un mystérieux archer a abattu l'ambassadeur d'un trait. Pour calmer la fureur de son rival, Antaref envoie son fils vers le pharaon de Basse-Égypte accompagné de Thouyi pour lui offrir de l'or. Mais le parcours est semé d'embûches et la menace de l'assassin plane.

Le Maître des deux terres

Menî est l'héritier légitime du trône de la Haute-Égypte et doit y accéder après l'assassinat de son père Antaref. Mais le royaume de Basse-Égypte lui déclare la guerre alors qu'il doit rendre à son père les honneurs funéraires. Menî ne peut donc prendre aucune décision pendant les soixante-dix jours d'embaumement. Pourtant, il doit sauver le pays de son envahisseur, venger son père et défendre Thouyi qui est accusée de l'assassinat du pharaon. Il va prévenir sa mère des dégâts que vont causer la guerre. Il repart dans la cuisine et rencontre une servante. Après un grand questionnaire, il découvre enfin un alibi : Manoû. Il décide partir dans les bains privé. Il rencontre Ahousi, la fille de Dame Némorit. Ils décident de partir à l'On de Nekhbet ou Habite Manoû. Pendant le chemin ils rencontrèrent un soldat nommée Hotep. Ahousi quitte Mêni parce qu'elle avait peur de Nekhbet. Ils partent en barque. Arrivés, ils rencontrent la mère de Manoû... Ils fouillent la maison de fond en comble mais ne trouve pas Manoû. La mère leur supplie de retrouver leur fille saine et sauve. Mais lorsqu'il rentre, Manoû a été tuée[11]...

Le Renard de Morlange[modifier | modifier le code]

Le Renard de Morlange est un roman historique avec des éléments de fantastique.

Le comte de Morlange est cruel, violent, humiliant envers son épouse, envers les paysans de son domaine et envers tout le monde. Un jour, un ermite lui dit qu'à chaque pleine lune il se transformera en renard. Il ne croit pas ce que l'ermite vient de dire mais un soir de pleine lune il sort comme s'il y était obligé par un mystérieux mal de tête et s'enfonce dans la forêt. Pris d'une irrésistible envie de se baigner, il tente de résister mais une force impérieuse l'en empêche.

Mary Tempête[modifier | modifier le code]

Mary Tempête est inspiré de la vie de la pirate Mary Read (1690–1721)[12].

Mary est une jeune femme obligée de vivre déguisée dans la peau de son frère Willy, mort d'une maladie qui le tient depuis sa plus petite enfance. Après avoir servi l'armée anglaise, Mary rencontre Joos dont elle tombe amoureuse et plus tard de Matthews qui lui donne un enfant. Mais quand Joos meurt, elle redevient garçon et réalise son rêve de toujours : prendre la mer. Mary devient ainsi l'une des premières femmes pirates.

Depuis sa plus tendre enfance, Mary est fascinée par la mer. Elle aimerait tant se laisser emporter au gré des vagues et du vent, partir à l'aventure ! Elle sait pourtant qu'il n'y a pas de place pour une fille sur un bateau. Mais Mary Read est prête à tout pour accomplir son rêve, même à se glisser dans la peau d'un garçon, et défier les pirates les plus terribles. Elle vécut sa vie de pirate, fut capturée et mourut en prison quelques mois plus tard d'une maladie provoquée à cause des cachots et d'une autre jeune femme.

Le Cavalier du Nil[modifier | modifier le code]

Le Cavalier du Nil a pour cadre l'Égypte antique sous le règne de Ramsès II en -1293[13].

Bitiou est un fils de paysan comme un autre sous le règne du puissant pharaon Ramsès II. À ceci près qu'il est littéralement fasciné par les chevaux. Il suit donc les armées royales qui regagnent la ville de Memphis jusque dans les Grandes Écuries. Mais il libère accidentellement le cheval d'un puissant prince. Sa passion pour les équidés va le conduire à bien des problèmes qui le feront rencontrer le grand monarque et Vaillant, le plus beau cheval de son souverain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation sur le blog du CDI du collège de Peyrehorade
  2. Présentation
  3. C’est par ce nom que les Égyptiens désignaient la mer Méditerranée.
  4. Dans le texte est employé le terme d’avaleur d’ombres, terme cher à l’auteur puisqu’il l’emploie également dans L'Assassin du Nil.
  5. Chapitre 12 le sang des montagnes.
  6. "S’il est complice de l’avaleur d’ombres, nous avons un adversaire en moins. / S’il ne l’est pas, nous avons jeté un innocent en pâture au tyran d’Athènes." Chapitre 13 Léthé
  7. L’âne et la couleur rousse sont des attributs du dieu Seth, en littérature, il est symbole du Mal cf Les écrits de Christian Jacq.
  8. Chapitre 16 L’oracle d’Apollon
  9. Présentation du livre sur le site de la fnac
  10. Présentation
  11. Présentation
  12. http://www.bief.org/fichiers/livre/30/190430/couv.gif
  13. Présentation à la librairie Dialogue