Le Gendarme et les Extra-terrestres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Gendarme et les Extra-terrestres
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis de Funès sur le tournage du film, en 1978.

Réalisation Jean Girault
Scénario Jacques Vilfrid
Acteurs principaux
Sociétés de production Société Nouvelle de Cinématographie
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 87 minutes
Sortie 1979

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Gendarme et les Extra-terrestres est un film français réalisé par Jean Girault, sorti en 1979.

Cinquième et avant-dernier film de la série du Gendarme, suivant Le Gendarme en balade et précédant Le Gendarme et les Gendarmettes, le film mêle comédie et science-fiction en confrontant la brigade de Saint-Tropez à des extraterrestres.

Après neuf ans d'absence sur les écrans, la série du Gendarme réalise un nouveau succès avec ce cinquième épisode, qui finit en première place du box-office de l'année 1979 et resta pendant près de trente ans le film français ayant eu le plus d'entrées en Allemagne.

Deux acteurs, Jean Lefebvre et Christian Marin, n'ont pas souhaité jouer dans cette quatrième suite et sont donc remplacés par Maurice Risch et Jean-Pierre Rambal, qui interprètent des personnages équivalents.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les membres de la brigade de gendarmerie de Saint-Tropez tombent des nues lorsqu'ils rencontrent les uns après les autres leurs doubles, sous forme d'extraterrestres se disant pacifiques. La venue d'une soucoupe volante, l'émotion qu'elle déclenche et la peur de l'inconnu vont faire venir la presse du monde entier dans la petite localité balnéaire. Mais comment reconnaître les vrais gendarmes des faux ? Comment reconnaître les humains des extraterrestres qui prennent l'apparence de tout un chacun ? Cruchot et ses collègues découvriront que ces extraterrestres sont faits de métal, qu'ils « sonnent creux » quand on les frappe et qu'ils boivent de l'huile…

Le premier gendarme à voir la soucoupe est un nouveau nommé Beaupied mais personne ne le prend au sérieux... jusqu'à ce que Cruchot ne la voie à son tour et que des extraterrestres entrent en contact avec lui pour énoncer leurs intentions prétendûment pacifiques.

Cruchot moleste Gerber et le colonel en les prenant pour des extraterrestres et est mis aux arrêts. Il s'échappe et se met à traquer les extraterrestres et à chercher une preuve de leur existence à présenter à ses supérieurs. Cette traque et les quiproquos qu'elle induit lui attirent les foudres de Josépha.

Finalement, les gendarmes découvrent la faiblesse des extraterrestres : ils rouillent au contact de l'eau. Ils leur tendent un piège avec une fausse soucoupe comme appât. Les gendarmes doivent faire alors face à leurs doubles et les mettent en fuite... Mais, lors de la parade finale, les gendarmes « rouillés » tombent au sol comme des machines hors-service : c'étaient les extraterrestres. Les vrais gendarmes apparaissent dans la soucoupe qui finit par tomber en mer, heureusement sans dommage pour ses occupants. Le couple Cruchot-Josépha se réconcilie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Louis de Funès pendant le tournage du film. On aperçoit Jean Girault de dos à droite.

Genèse[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

L'acteur Lambert Wilson, ayant fait ses premiers pas au cinéma dans Le Gendarme et les Extra-terrestres.

Jean Lefebvre n'apparaît plus à partir de cette épisode. C'est également le 1er film de la saga où Christian Marin n’apparaît pas : il décida de ne pas revenir pensant que 4 épisodes étaient suffisants. De plus, au moment du tournage, il était engagé au théâtre pour une pièce de Jean Anouilh[2].

Pour jouer Josépha, Maria Mauban a repris le rôle de Claude Gensac pour cet épisode. Jacques François a remplacé Yves Vincent dans le rôle du colonel.

Serge Brasseur, un local d'imposante carrure, fut embauché dans un petit rôle :

« A l'époque du tournage, une annonce est passée dans un journal local, indiquant qu'ils recherchaient un mec « grand, beau, modeste » pour de la figuration et je me suis dit « c'est tout moi ! ». J'habitais à Saint-Tropez avec mes parents, alors j'ai répondu à l'annonce et j'ai été embauché. J'ai tourné sur la plage dans cette scène amusante du Gendarme et les Extra-terrestres où de Funès me tape dans le dos. Je peux vous dire qu'il ne faisait pas semblant. A la fin de la journée, il m'a demandé s'il ne m'avait pas fait trop mal ! (rires). Mais à cette époque je faisais pas mal de sport et c'était supportable, je ne craignais personne. On a tourné quatre ou cinq plans, cela nous a pris une heure et demi de tournage pour une scène qui dure quelques secondes à l'écran. Je suis venu le matin et on a tourné l'après-midi. A chaque prise, de Funès faisait quelque chose de différent. Aujourd'hui, lorsque je revois ce film, ça me fait un petit quelque chose car mon père était gendarme, et cela me rappelle un souvenir agréable avec un acteur sympa. »

— Serge Brasseur[1]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé à Saint-Tropez dans le Var et a débuté en septembre 1978[3].

Deux « soucoupes volantes » furent nécessaires pour le tournage ; l'une en « grandeur nature », l'autre d'environ 1,20 m de diamètre, uniquement pour la prise de sa chute dans le port de Saint-Tropez. Elles furent construites, ainsi que le décor intérieur de la gendarmerie, par les machinistes constructeurs en décors de la SFP aux Buttes-Chaumont.

Un accident est survenu sur le tournage : une cascadeuse à bord d'un véhicule a renversé plusieurs piétons et a fait 2 morts et 7 blessés[3]. Cette scène fut bien sûr supprimée au montage.

Post-production[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Pour donner un côté « extra-terrestre » à la musique du film, Raymond Lefèvre utilise pour la première fois de sa carrière des synthétiseurs, instrument encore assez récent à l'époque, qu'il mêle à de la musique traditionnelle, notamment à des cuivres. Il se servira aussi du même « mélange » synthétiseurs-musique traditionnelle lorsqu'il créera la musique de La Soupe aux choux, le film ayant un thème proche du Gendarmes et les Extra-terrestres.

Jean Girault réutilisera 2 ans plus tard le morceau Parade à Saint-Tropez comme musique de fond de la fête foraine dans La Soupe aux choux.

L'album Bande-originale du film Le gendarme et extra-terrestres sort en 2010, soit 32 ans après la sortie du film et 2 ans après la mort de Raymond Lefèvre.

No Titre Durée
1. Générique 1:51
2. Rencontre du quatrième type 1:23
3. Le gendarme bucolique 0:59
4. Amplitude sidérale 1:30
5. Ludovic et Josépha 1:22
6. Lance à incendie 0:40
7. La brigade se dédouble 2:29
8. Parade à Saint-Tropez 1:52
12 min.

Promotion[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film finit premier du box-office français de l'année, tout comme Le Gendarme de Saint-Tropez en 1964 et Le Gendarme se marie en 1968.

Avec 5,6 millions d'entrées en Allemagne, le film fut pendant près de trente ans le film français ayant eu le plus d'entrées dans ce pays, avant d'être dépassé par Intouchables[4], qui réalisa un score de près de 9,2 millions entrées[5],[6].

Travail sur une nouvel opus : une vengeance des extra-terrestres ?[modifier | modifier le code]

A la vue du succès de ce retour du Gendarme après 8 ans d'absence sur les écrans, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès pensent évidemment à un nouveau film. Ils se lancent d'abord dans des idées reprenant la même veine fantastique de ce 5e opus : ils pensent alors à un retour ou une vengeance des extra-terrestres[Note 1] ou un voyage dans l'espace de la brigade de Saint-Tropez (qu'ils pensent intituler Le Gendarme en orbite[7]) ou encore à la disparition de Cruchot dans le Triangle des Bermudes[8],[Note 2] et même un voyage dans le temps des gendarmes qui, après un voyage dans la soucoupe volante des extraterrestres, se retrouvent en 1815 à Waterloo et rencontrent l'empereur Napoléon[7]. Finalement, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès, en travaillant sur ce Gendarme et la revanche des Extra-terrestres, s'intéressent au roman La Soupe aux choux de René Fallet. Cette idée de 6e opus du Gendarme débouche finalement sur l'adaptation du roman de René Fallet : La Soupe aux choux sort en 1981 avec, dans la distribution, Louis de Funès, Jean Carmet et Jacques Villeret.

Entre temps, les premières femmes entrent dans Gendarmerie nationale française : au lieu d'un retour des extraterrestres, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès planchent sur l'arrivé de femmes gendarmes dans la brigade de Saint-Tropez. Le Gendarme et les Gendarmettes sort en 1982, trois ans après Le Gendarme et les Extra-terrestres.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • À noter, les apparitions d'Henri Génès (le patron du restaurant Le Cabanon), Pierre Repp (le garagiste) et Lambert Wilson (l'extraterrestre qui parle avec Beaupied), qui faisait ses premiers pas de comédien.
  • L'adjudant Gerber, qui, dans les autres épisodes, s'appelle Jérôme, est appelé ici Antoine. Sa femme, appelée Cécilia dans le premier épisode et Gilberte dans le troisième, est appelée ici Simone.
  • Dans la lignée du succès de cette série sort en 1980 le film Sacrés gendarmes.
  • En 2006, dans sa chanson intitulée Le Dîner, Bénabar critique le film en le qualifiant ironiquement de « chef-d'œuvre du 7e art », de « drame très engagé sur la police de Saint-Tropez » et de « satire sociale ».
  • Trois gendarmes, après avoir croisé un trio de belles jeunes femmes (en fait des extraterrestres qui s'étaient métamorphosés), se mettent à déclamer des vers de Charles Baudelaire tirés de l'un de ses plus célèbres poèmes, Les Bijoux.
  • Étaient également envisagés ultérieurement, et essentiellement dans la même veine fantastique : On a perdu le gendarme de Saint-Tropez dans le Triangle des Bermudes (1984), Le gendarme en orbite (ou Le gendarme à Waterloo, avec un voyage dans le temps de la brigade), Les nouveaux gendarmes de Saint-Tropez[7] et La revanche des Extraterrestres (ou Le gendarme sur Mars). De même que dans les années 1960 étaient envisagés les films : Le gendarme à Genève[réf. nécessaire], en 1968 Le gendarme à Mexico (ou Le gendarme aux Jeux olympiques, Mexico les accueillant alors)[9] et en 1975 Le gendarme à l'exercice[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un scénario d'un 6e film racontant le retour des extraterrestres a été retrouvé chez le scénariste Jean Halain ... alors qu'il n'a jamais travaillé sur la série du Gendarme (Jean Halain : Un scénario qui n'aura jamais vu le jour).
  2. Plus tard, Richard Balducci dira que On a perdu le gendarme de Saint-Tropez dans le Triangle des Bermudes aurait pu être le 7e opus de la série si Jean Girault puis Louis de Funès n'étaient pas décédés : il serait probablement sorti en 1984, pour les 20 ans de la série.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Franck et Jérôme, « Témoignage de Serge Brasseur », sur www.autourdelouisdefunes.fr,‎ (consulté le 1 avril 2015)
  2. Franck et Jérôme, « Interview de Christian Marin », sur www.autourdelouisdefunes.fr,‎ (consulté le 11 avril 2014) :

    « J'ai été engagé au théâtre pour une pièce d'Anouilh. Concernant les Gendarmes, j'en avais déjà fait quatre, je me disais qu'avec un cinquième ou un sixième, cela tournerait en rond ! J'avais le sentiment d'avoir fait le tour, j'en suis ravi, les gens adorent ça ! »

    — Christian Marin

  3. a et b « Reportage sur le tournage du film », sur le site de l'Ina
  4. Léa Giret, « Intouchables, plus gros succès du cinéma français depuis 1979 en Allemagne », sur www.lci.tf1.fr,‎ (consulté le 10 avril 2015)
  5. (de) Insidekino.de Fiche Allemagne All Time "Ziemlich beste Freunde"
  6. Marie Turcan, « Intouchables, film le plus vu en Allemagne en 2012 », sur www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 10 avril 2015) : « En Allemagne, Intouchables est donc le plus gros succès de tous les temps du cinéma français. Il s'agit d'une performance notable, car la dernière œuvre cinématographique à avoir eu ces honneurs était Le Gendarme et les Extraterrestres avec Louis de Funès, (5,6 millions de spectateurs dans les salles). »
  7. a, b et c Sylvain Raggianti 2007
  8. Franck et Jérôme, « Interview de Richard Balducci », sur www.autourdelouisdefunes.fr,‎ (consulté le 26 février 2015) :

    « Nous avions commencé à travailler sur un scénario qui tournait autour de l'histoire du gendarme perdu dans le triangle des Bermudes. Le travail avançait bien mais malheureusement Louis nous a quittés avant que nous ayons pu le concrétiser. »

  9. a et b Filmographie de Louis de Funès : refus / projets