Le Zénob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Zenob)
Logo du Café bar littéraire Le Zénob.

Le Zénob est un café-bar littéraire à Trois-Rivières et annuellement le quartier général du Festival international de la poésie. Durant le reste de l'année, on y présente des spectacles musicaux, des lectures de poésie, ou des performances théâtrales et multidisciplinaires. L'un des plus vieux bars de Trois-Rivières, le Zénob est situé au sous-sol d'une maison ancestrale dans un quartier historique du centre-ville (vieux Trois-Rivières).

Haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle à Trois-Rivières, de nombreux artistes et intellectuels y ont leurs habitudes et sont associés de près à la mouvance littéraire et culturelle qui s'est créée autour du Zénob.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Zénob a été fondé en 1984 par Jean Lafrenière, Nicole Jean et Jean-Pierre Hamelin. Il prenait la relève du Café L'Octave et de la Galerie Hébert-Gaudreault.

Le Zénob a contribué par son activité à l'épanouissement d'une vie littéraire et intellectuelle régionale originale, ainsi qu'au rayonnement national et international. Il est devenu un lieu emblématique, où se sont rencontrés de très nombreux artistes, écrivains et penseurs québécois et étrangers qui ont rencontré dans leurs échanges un public de plus en plus nombreux. Le Zénob s'est ainsi imposé comme un lieu culturel dynamique et ouvert de l'Amérique française d'aujourd'hui.

Guy Marchamps se permet de résumer l'histoire du Zénob en ces termes (2007:62) :

« Jean Lafrenière a été tenancier de bars et pas de n'importe lequel: le café-bar Zénob de Trois-Rivières qu'il a fondé avec ses amis et qui est devenu un haut lieu de la poésie au Québec. Qui n'a pas assisté à de folles et belles fins de soirées au Zénob lors du Festival International de la poésie ne peut imaginer à quel point la poésie peut être profonde et festive en même temps. Nous serions surpris de répertorier le nombre de fois qu'apparaît le nom Zénob dans les textes des poètes du monde entier. Ce lieu exceptionnel, Jean Lafrenière en a été l'âme. »

L'histoire du Zénob est marquée notamment par son association avec la troupe du Théatre de Face (1976-1993) dont étaient issus ses fondateurs[1]. Des maisons d'éditions comme les Écrits des Forges et les Éditions d'art Le Sabord ont l'habitude d'y célébrer le lancement de leurs livres. Des expositions d'art mensuelles y sont organisées par une comité de sélection présidé par Gilles Devault.

Personnalités liées à vie du Zénob[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bekri, Tahar (2002). « Pour saluer Trois-Rivières. » Marcher sur l'oubli: entretiens avec Olivier Apert, suivi de poèmes et de textes. Paris: L'Harmattan, p. 66-69.
  • Bonenfant, Réjean (2009). « Un Zénob pour tout le monde. » Le Volontaire, vol. 1, no 2, (publié par Artistes Volontaires, Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie).[2]
  • Cowan, Judith (2001). « The Launching. » Gambler's Fallacy. Erin, Ont.: The Porcupine's Quill, p. 9-52. (Avec une photo du Zénob en couverture de page.)
  • Foglia, Pierre (1989). « Le printemps, mon vieux. » La Presse, (Archivé par WebCite®[3]).
  • Lévesque, Cindy (2007). « Les amis de Jean Lafrenière ont réuni ses textes dans un recueil lancé ce soir. » Le Nouvelliste, .[4]
  • Marchamps, Guy (2006). « Jean Lafrenière. » Art Le Sabord, vol. 78, p. 62.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Micheline Cambron, « Le Théâtre de Face à Trois-Rivières : un laboratoire au centre-ville », Jeu : revue de théâtre, n° 19, (2) 1981, p. 82-100.[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]