Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les Mers du Sud et en Extrême-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient
Réalisation Raphaël Millet
Scénario Raphaël Millet
Sociétés de production Nocturnes Productions
Phish Communications
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Durée 60 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient est un film documentaire consacré au périple cinématographique en Asie-Pacifique qu’effectua le producteur et réalisateur français Gaston Méliès de juillet 1912 à mai 1913. Il a été réalisé par Raphaël Millet et produit par Olivier Bohler pour Nocturnes Productions, en coproduction avec Phish Communications.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient retrace le périple que Gaston Méliès, frère de Georges Méliès, effectua autour de l’océan Pacifique pendant dix mois en 1912 et 1913. Embarquant à San Francisco avec son épouse Hortense et une quinzaine de collaborateurs, il partit filmer la Polynésie, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Java, Singapour, le Cambodge, et, pour finir, le Japon. Durant cette aventure transocéanique, il tourna 64 films : des documentaires, ainsi que des fictions, dont bien peu ont survécu. Certains de ces films furent parmi les premières fictions jamais tournées avec des Tahitiens, des Maoris, des Aborigènes, des Malais ou des Cambodgiens, leur donnant ainsi leurs premiers rôles de fiction à l’écran. Du Japon, Gaston Méliès rentra en France, où il mourut peu de temps après, en 1915, tombant rapidement dans l’oubli alors que le monde sombrait dans la Première Guerre mondiale. Ce documentaire revenant, cent ans après, sur le parcours de ce pionnier des derniers années du cinéma des premiers temps, permet de lui rendre hommage en redécouvrant les rares et précieuses images qui ont survécu de son périple unique en son genre, tout en s’interrogeant sur des questions de représentation et d’altérité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Nationalité : Drapeau de la France France, Drapeau de Singapour Singapour
  • Titre original : Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient
  • Titre international : Gaston Méliès and His Wandering Star Film Company
  • Réalisation : Raphaël Millet
  • Scénario : Raphaël Millet
  • Production : Olivier Bohler
  • Musique originale : Teo Wei Yong
  • Directeur de la photographie : Julien Selleron
  • Montage image : Bertrand Amiot
  • Montage son : Jocelyn Robert
  • Production : Nocturnes Productions, Phish Communications
  • Genre : Documentaire
  • Durée : 60 minutes

Production[modifier | modifier le code]

Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient est une coproduction franco-singapourienne entre Nocturnes Productions et Phish Communications, en partenariat avec la Cinémathèque Française, Air France et Angénieux. Le film a obtenu le soutien financier du COSIP du Centre national du cinéma et de l'image animée[1] et du Fonds Pacifique, ainsi que la participation de la chaîne Ciné+.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient a été projeté en première mondiale au Festival du film muet de Pordenone (Italie) le 09 octobre 2015. Il a ensuite été projeté en ouverture du Festival international du film du Cambodge le 04 décembre 2015, puis au Festival international du film de Singapour le 05 décembre 2015[2], le 10 décembre 2015 au Festival du film documentaire de Yogyakarta (Indonésie), le 26 janvier 2016 au Festival 2morrow à Moscou (Russie)[3] . À Singapour, le film a été classé NC16 (interdit au moins de seize ans) par la Media Development Authority[4]. Le film a été diffusé en France à partir du 13 février 2016 par la chaîne Ciné+.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]