Le Tripode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tripode
Destruction du Tripode.gif
La démolition du Tripode
Histoire
Architecte
Construction
Inauguration
Destruction
Usage
Bureaux
Architecture
Hauteur de lʼantenne
Hauteur du toit
70 m
Hauteur du dernier étage
Surface
Étages
14, 16 et 18
Nombre dʼascenseurs
Localisation
Pays
Ville
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

Le Tripode est un immeuble jadis situé à Nantes, en France, et détruit en 2005.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Tripode se trouvait sur l'île de Nantes, sur les rives de la Loire (« bras de la Madeleine »), le long du boulevard Louis-Barthou, près du nouveau pont Aristide-Briand et du boulevard Général-De-Gaulle.

Historique[modifier | modifier le code]

Inauguré le , après cinq ans de travaux, l'immeuble fait partie des premières constructions liées à l'aménagement de la « ZUP de l'Ile Beaulieu » (qui devint une ZAC peu avant le dépôt du permis de construire en 1970[1]). Il a été conçu par l'architecte Jean Dumont[2] et a accueilli des services du ministère des Affaires étrangères, de l'Insee et du Trésor public[3] soit 1 000 personnes.

Le Tripode doit son nom à son plan configuré en forme d'étoile à trois branches.

L'utilisation d'amiante dans sa construction conduisit à l'évacuation des derniers occupants en 1994. Mis en vente, l'immeuble ne trouve pas acquéreur et sera finalement cédé pour un euro symbolique à la communauté urbaine de Nantes qui décide de le raser. Après un an de désamiantage, le Tripode fut finalement démoli par dynamitage dans la matinée du devant 30 000 personnes[3].

Depuis, il a laissé son nom à plusieurs toponymes de cette partie du nouveau quartier d'affaires Euronantes construit à son emplacement. Le nom de Tripode a été donné à une station Ligne 4 du Busway de Nantes desservant le site sur lequel une « rue du Tripode » a également été créée.

Procès de l'amiante[modifier | modifier le code]

Environ 1 800 personnes ont été exposées à l'amiante dans ce bâtiment, conduisant un collectif à réclamer le classement du bâtiment en site amianté[4]. Une étude épidémiologique effectuée en 2016 conclut que « L’âge moyen au décès est significativement plus faible pour les agents du Tripode »[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://catalogue-archives.nantes.fr/WEBS/Web_VoirLaNotice/70_07/1970xzx518/ILUMP21438
  2. Le Tripode sur pss-archi.eu
  3. a et b Justine Guilbaud et Dominique Bloyet (préf. Dominique Bloyet), Nantes nostalgie des années 50 à nos jours, Paris, Beaux livres Déclics - Paris, , 143 p. (ISBN 978-2-84768-320-2), p. 52-53.
  4. Les amiantés du Tripode
  5. ANDEVA, « ANDEVA - Le Tripode de Nantes sera-t-il classé en « site amianté  » ? », sur andeva.fr (consulté le 7 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :