Le Train de Nulle Part

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Train de Nulle Part est un roman français de Michel Dansel publié en 2004 chez Pascal Petiot Editions[1], sous le pseudonyme de Michel Thaler[2]. Sa caractéristique est de ne contenir aucun verbe[3],[4].

Incipit : « Quelle aubaine ! Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment. Une escale provisoire, pourquoi pas ! Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part : voiture 12, 3e compartiment dans le sens de la marche. Encore une fois, pourquoi pas ? – Bonjour Messieurs Dames. Un segment du voyage avec vous ! Ou peut-être pas ! Tout comme la totalité de l’itinéraire, du moins le mien ! »

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

Dans l'introduction, l'auteur accuse : « Le verbe cet envahisseur, ce dictateur, cet usurpateur de notre littérature depuis toujours ! » Cet appel aux armes « à tous les partisans de ce nouveau mouvement » a déclenché des réactions plutôt hostiles des critiques littéraires.

Un article du Wall Street Journal du 25 juillet 2004[5] relate la critique lapidaire parue dans le magazine Lire : « Un mauvais texte par un élève de 11 ans ("a bad paper by an 11-year-old student.") ». Ce même article, d'ailleurs écrit sans aucun verbe, mentionne la déception de Dansel face au conservatisme du « petit monde » des cercles littéraires français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]