Le Thuit-Signol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Thuit-Signol
Le Thuit-Signol
L'église Saint-Ouen.
Blason de Le Thuit-Signol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Intercommunalité Communauté de communes d'Amfreville-la-Campagne
Maire délégué Mathilde Carémiaux
Code postal 27370
Code commune 27638
Démographie
Gentilé Thuit-Signolais
Population 2 273 hab. (2013)
Densité 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 57″ nord, 0° 56′ 27″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 179 m
Superficie 9,81 km2
Élections
Départementales Bourgtheroulde-Infreville
Historique
Commune(s) d'intégration Le Thuit-de-l'Oison
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Le Thuit-Signol
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Le Thuit-Signol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Thuit-Signol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Thuit-Signol

Le Thuit-Signol est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle du Thuit-de-l'Oison[1].

Ses habitants se nomment les Thuit-Signolais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Mare.

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Oison[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Thuit Sinol en 1180[3], Tuissinol en 1257, S. Audoenus de Tuit Signol en 1232 (cartulaire de Jumiéges), Tuissignol en 1259, Touisignol en 1326 (La Roque), Tuisignol en Conches et Beaumont en 1429 (taxe des sergents pour la garde de Conches), Tissegnol en 1454 (archives nationales), Thuit Chignol en 1429, Tuit Signol en 1501 (comptes de la vicomté d’Elbeuf), Thieusignol en 1604 (aveu de Charlotte des Ursins), Le Thuissignol en 1726 (Dict. univ. de la France)[4].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Thuit Ce lien renvoie vers une page d'homonymie-, appellatif toponymique normand issu du scandinave thveit[3] (comprendre vieux norrois þveit ou vieux danois thwēt > norvégien tveit, danois tved, anglais Thwaite) signifiant « essart » (terrain défriché), « pièce de terre »[3].

Le second élément -Signol est un nom de personne basé sur une variante du nom du rossignol, en ancien français signol, il subsistait d'ailleurs une aînesse Signol dans la paroisse en 1647[3].

Remarque : cette partie du Roumois est marquée par une grande concentration de formations romanes en Thuit- suivi d'un anthroponyme, dont Thuit-Hébert; Le Thuit-Simer; Le Thuit-Anger; Le Thuit-Hagron et un ancien Thuit-Heudebert. En revanche le terme apparait en seconde position sous la forme -tuit dans Bliquetuit (Eure); Vautuit (Seine-Maritime); Bracquetuit (Seine-Maritime); Longtuit (ancien Lanctuit, Lanquetuit), etc. qui sont des formations toponymiques de type scandinave ou anglo-scandinave.

Histoire[modifier | modifier le code]

De maigres découvertes archéologiques réalisées rue de Thuit-Simer suggèrent une éventuelle présence humaine au moins dès le VIIe siècle.

A la fin du XIIe siècle, un nommé Guillaume de Thuit Signol doit au roi de France le service de chevalier. Son fils, Nicolas du Thuit, dit le Sénécal, lui succède.

En réalité, sous l'Ancien Régime, le territoire de la commune est divisé en de multiples fiefs et donc entre de multiples seigneurs.[5]

Le village était le siège d'un tabellionage (notariat) au moins depuis le XVe siècle. Les titulaires de la charge sont recensés de 1490 à 1686. En 1707, le tabelionage est réunit à celui d'Amfreville-la-Campagne mais le notaire continue à résider et exercer à Thuit-Signol[6].

En 1765, le village comptait 152 feux soit à peu près 700 âmes.

Au XVIIIe siècle, Le Thuit-Signol était une prévôté du Duché d'Elbeuf. Un messier (ici nommé "garde messier") était basé dans le village[7].

En 1939-1940, un plan d'évacuation prévoit que la commune doit accueillir un effectif considérable de réfugiés par rapport à sa population. Ces réfugiés viendraient du XVe arrondissement de Paris, conformément aux plans d'évacuations[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Daniel Leho apparenté PS Conseiller général
mars 2014 En cours Gilbert Doubet;    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 2 273 habitants, en augmentation de 6,91 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9351 0239771 1401 0781 0951 0611 015966
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
847903910917932852824755620
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
626548513453466504460461503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
5326021 1751 5741 6491 7662 1262 273-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Bosc-Féret. Le château, qui fut le siège du fief de la famille de Campion (possessionnée en ce lieu dès le XVIe siècle), existe au moins depuis le XVIIIe siècle. Il a été victime d'un incendie après la Révolution puis reconstruit au XIXe siècle. Les deux ailes en briques ont été ajoutées par la famille Bellest, industriels à Elbeuf.
  • La croix sise devant l'église, date de la période XVe – XVIIIe siècle. Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1961.
  • Le manoir Dorival est une ancienne ferme du XVIIe siècle, agrandie ultérieurement au XVIIIe siècle. Elle a fait l'objet de rénovations en 1994 et en 2003.[13]
  • Au XVIIIe siècle, le Relais de Poste, situé actuellement rue Henri de Campion, servait d'étape sur les routes de Rouen à Mortagne et d'Evreux à Rouen. Le maître de poste devait entretenir deux postillons et six chevaux. Le relais de poste était abrité par les bâtiments de l'Hostellerie du Pélican, attestée dès 1661. Cette hostellerie tirait son nom de l'enseigne qui pendait devant, un pélican nourrissant ses petits, et non du quartier situé au sud-ouest du village.[14]
  • Église Saint-Ouen Logo monument historique Inscrite MH (1961)
    Notice no PA00099584.

  • Ancienne mairie, antérieurement presbytère.

  • Ancienne école des filles.

  • Manoir Dorival.

  • Calvaire.

  • Monument aux morts

  • Château du Bosc-Féret

  • Chapelle du château du Bosc-Féret

  • Croix

  • Ancien relais de Poste.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri de Campion (1613-1663) châtelain de Bosc-Féret, s'est fait inhumer au Thuit.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes du Thuit-Signol

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd'hui :

d'or, au lion d'azur armé et lampassé de gueules.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs du 19 octobre 2015 » (consulté le ).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Oison (H5009000) ».
  3. a b c et d François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 196-197
  4. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 216.
  5. Charles Leroy, Le Thuit-Signol (origines à 1789), Brionne, , 44 p.
  6. Charles Leroy, Le Thuit-Signol (origines à 1789), Brionne, .
  7. « ADSM, Introduction du registre52 BP: Justice seigneuriale d'Elbeuf ».
  8. Catros Simon, « « Évacuations et évacués dans l’Eure, 1938-1940 [1] », Annales de Normandie, 2018/2 (68e année), p. 135-166. ».
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  13. La gazette du Thuit (Bulletin Municipal),
  14. Charles Leroy, Op cit, p 35

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :