Le Testament du docteur Cordelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Testament du docteur Cordelier
Réalisation Jean Renoir
Scénario Jean Renoir
Acteurs principaux
Sociétés de production RTF
Sofirad
Compagnie Jean Renoir
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame fantastique
Durée 95 minutes
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Testament du docteur Cordelier est un téléfilm français réalisé par Jean Renoir, diffusé sur RTF Télévision le , et sorti en salles le lendemain. Il s'agit d'une adaptation non officielle de l'histoire du docteur Jekyll.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Maitre Joly, notaire, reçoit le testament du docteur Cordelier, un célèbre psychiatre, qui désigne comme héritier l'un de ses patients, un certain Opale. Ce dernier se révèle être un dangereux meurtrier. Mais on découvre bientôt qu'Opale et Cordelier ne font qu'un : le docteur s'est en effet transformé en buvant une drogue dans le cadre de ses recherches sur la source du mal et des forces des ténèbres.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Un projet novateur mais controversé[modifier | modifier le code]

Le Testament du docteur Cordelier est conçu à la fois comme une opération de prestige pour la Radiodiffusion-télévision française et comme une expérimentation des rapports entre cinéma et télévision. Les moyens de la RTF sont mis à la disposition de Jean Renoir, l'un des grands noms du cinéma français : le réalisateur vise à mettre au service du cinéma les techniques de la télévision, afin de pouvoir produire dans des conditions économiques plus avantageuses, et à prouver dans le même temps que le cinéma et la télévision, réputés antagonistes, peuvent travailler de concert. Le film, prévu pour être simultanément montré au cinéma et à la télévision, bénéficie d'un budget très supérieur à celui des productions télévisuelles françaises de l'époque : il s'agit de l'une des « dramatiques » les plus onéreuses de la RTF, bien que son budget soit cinq fois inférieur à la moyenne du coût des long-métrages de cinéma français[1].

Bénéficiant d'abord d'échos favorables dans la presse, le projet suscite bientôt l'hostilité des professionnels du cinéma comme de ceux de la télévision, qui voient à l'époque d'un mauvais œil ce mélange des genres. Les milieux du cinéma, qui se méfient alors de la concurrence de la télévision, appellent les distributeurs à boycotter le film de Renoir, auquel ils reprochent en outre d'avoir — via la télévision publique — bénéficié des fonds de l'État. Les syndicats des professionnels de la télévision protestent quant à eux contre le fait que des techniciens de la RTF soient employés sur un film prévu pour être projeté sur le grand écran, alors même qu'ils sont beaucoup moins bien payés que leurs collègues du cinéma. Les milieux syndicaux proches du Parti communiste, en particulier, dénoncent une réalisation qui risque de pousser à « rogner sur les devis » dans les milieux de l'audiovisuel et de mettre en péril les accords salariaux. La distribution prévue pour le film, qui constitue une première en France, comporte également un problème juridique car la législation française interdit à l'époque à la télévision de diffuser un long-métrage de cinéma vieux de moins de cinq ans. Le film est projeté à la Mostra de Venise 1959, où il ne soulève guère l'enthousiasme des journalistes[1].

Une sortie retardée[modifier | modifier le code]

Face aux multiples oppositions dont il fait l'objet, Le Testament du docteur Cordelier est mis « au placard », et doit attendre plus de deux ans après son tournage pour être montré à un large public. Dans le courant de l'année 1961, il est distribué au cinéma en Suisse et en Italie ; à partir du mois de juin, on peut le voir en France dans des salles de province. Ce n'est finalement qu'en novembre 1961 qu'il est enfin montré à la télévision (à grands renforts de publicité, ce qui suscite l'agacement de certains journaux). Le lendemain de sa diffusion sur le petit écran, il sort au cinéma à Paris, en exclusivité au Georges V. L'exploitation en salles du Testament du docteur Cordelier s'avère un échec commercial[1].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie, après deux ans d'attente, Le Testament du docteur Cordelier suscite la déception de la majorité des critiques français. Jean de Baroncelli, dans Le Monde, se dit consterné par « la puérilité de l'histoire, la banalité de la mise en scène, l'incroyable médiocrité de l'interprétation », et se désole de n'y avoir rien retrouvé du talent de Jean Renoir[1]. À l'inverse, le film est défendu par les Cahiers du cinéma, dans lesquels Claude Beylie écrit : « Le Testament du docteur Cordelier est-il le chef-d'œuvre de Jean Renoir ? J'en jurerais presque. C'est en tout cas son film le plus émouvant, le plus simple, le plus économe de moyens, le plus profond, le plus insolite, le plus neuf, et qui nous conte, en toute familiarité, la plus passionnante des aventures : celle d'un homme écartelé, jusqu'à son dernier souffle, entre deux aspirations antagonistes, deux démons irréconciliables que sont Nature et Société. Admirons que cet homme ait su conserver la plénitude de sa jeunesse jusqu'aux portes de son agonie[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Laurent Creton, Le Cinéma à l'épreuve du système télévisuel, CNRS Éditions, 2013, pages 14-27
  2. Cahiers du cinéma, no 123,

Liens externes[modifier | modifier le code]