Aller au contenu

Le Statuaire et la Statue de Jupiter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Statuaire et la statue de Jupiter
Image illustrative de l’article Le Statuaire et la Statue de Jupiter
Gravure de A.-J. de Fehrt d'après Jean-Baptiste Oudry, édition Desaint & Saillant, 1755-1759

Auteur Jean de La Fontaine
Pays Drapeau de la France France
Genre Fable
Éditeur Claude Barbin
Lieu de parution Paris
Date de parution 1678
Chronologie

Le Statuaire et la statue de Jupiter est la sixième fable du livre IX de Jean de La Fontaine situé dans le second recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1678.

Fac-similé du manuscrit du Statuaire et la statue de Jupiter

Texte de la fable

[modifier | modifier le code]

Un bloc de marbre était si beau
Qu’un Statuaire en fit l’emplette.
Qu’en fera, dit-il, mon ciseau ?
Sera-t-il Dieu, table, ou cuvette ?

Il sera Dieu : même je veux
Qu’il ait en sa main un tonnerre.
Tremblez humains ; Faites des vœux ;
Voilà le maître de la terre.

L’Artisan exprima si bien
Le caractère de l’Idole,
Qu’on trouva qu’il ne manquait rien
À Jupiter que la parole.

Même l’on dit que l’ouvrier
Eut à peine achevé l’image,
Qu’on le vit frémir le premier,
Et redouter son propre ouvrage.

À la faiblesse du Sculpteur
Le Poète autrefois n’en dut guère,
Des Dieux dont il fut l’inventeur
Craignant la haine et la colère.

Il était enfant en ceci :
Les enfants n’ont l’âme occupée
Que du continuel souci
Qu’on ne fâche point leur poupée.

Le cœur suit aisément l’esprit :
De cette source est descendue
L’erreur païenne qui se vit
Chez tant de peuples répandue.

Ils embrassaient violemment
Les intérêts de leur chimère.
Pygmalion[N 1] devint amant
De la Vénus dont il fut père.

Chacun tourne en réalités
Autant qu’il peut ses propres songes :
L’homme est de glace aux vérités,
Il est de feu pour les mensonges.

— Jean de La Fontaine, Fables de La Fontaine, Le Statuaire et la Statue de Jupiter, texte établi par Jean-Pierre Collinet, Fables, contes et nouvelles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, p. 357

  1. Pygmalion aima tant sa statue qu'il avait faite, qu'elle s'anima

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :