Le Schtroumpfissime (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Schtroumpfissime (album)
2e album de la série Les Schtroumpfs
Auteur Peyo
Genre(s) Littérature de jeunesse

Personnages principaux Le Schtroumpfissime, Schtroumpf musicien
Première publication janvier 1965
Albums de la série Les Schtroumpfs

Le Schtroumpfissime est un album de bande dessinée publié par Dupuis en . C'est le deuxième album de la série Les Schtroumpfs.

Le dessin est de Peyo et le scénario de Peyo et Yvan Delporte.

Il contient une autre histoire de Schtroumpfs, Schtroumpfonie en ut.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Schtroumpfissime[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Schtroumpfissime.

Le Grand Schtroumpf doit quitter le village pour se procurer de l'euphorbe pour ses expériences chimiques. En son absence, les Schtroumpfs décident d'eux-mêmes de choisir un nouveau chef. Ils organisent une élection au suffrage universel, mais comme chacun ne veut voter que pour lui, un Schtroumpf décide de faire de la démagogie et une grande campagne, pour être élu. Arrivé à son poste, il s'habille de couleur or, se déclare Schtroumpfissime et devient un dictateur mégalomane. Mais un vent de révolte se met à souffler. Le peuple schtroumpf commence à rejoindre de plus en plus les insoumis. Le Schtroumpfissime décide de leur livrer bataille, mais, alors que sa garde personnelle forme le dernier carré et que son palais vient d'être détruit, le Grand Schtroumpf revient et met fin au combat.

Schtroumpfonie en ut[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Schtroumpfonie en ut.

Le Schtroumpf Musicien est rejeté de l'orchestre du village étant donné qu'il joue faux de tout instrument (même avec le triangle, et il fait jouer faux tout l'orchestre quand on lui en confie la direction). Attristé, il rencontre une étrange fée qui lui offre un instrument magique, le « turlusiphon », qui selon celle-ci, jouerait toujours juste. Mais cet instrument est maléfique : il endort tous ceux qui l'écoutent. Le Schtroumpf Musicien se rend compte que la fée n'est autre que Gargamel. Au terme d'une étonnante course-poursuite, le schtroumpf réussit à guérir ses amis.

Thème[modifier | modifier le code]

Le Schtroumpfissime peut être considéré comme une caricature du monde politique et de ses phases, telles que les promesses, les élections, l'abus de pouvoir ou encore la tyrannie.

Cependant, bien que le thème ne soit guère joyeux, on notera que l'histoire se termine bien, à l'instar de toutes les histoires des Schtroumpfs.

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

  • Dans l'adaptation animée de Hanna-Barbera, c'est le Schtroumpf à lunettes qui devient le Schtroumpfissime.
  • Durant l'assaut contre le village, un schtroumpf dit « Dulce et decorum est pro patria schtroumpfi » ce qui est fondé sur le vers d'Horace « Dulce et decorum est pro patria mori » qui signifie « Il est doux et beau de mourir pour la patrie ».
  • Lorsque le Schtroumpfissime, assiégé, se voit offrir une dernière occasion de se rendre, sa réponse est « Schtroumpf ! (Historique) », en référence à la déclaration de Pierre Cambronne dans les mêmes conditions[1].
  • Cet album a inspiré à Plantu le personnage de « Schtroumpf 1er », surnom qu'il a donné à Nicolas Sarkozy
  • Un autre dessinateur de bandes dessinées, encore peu connu, Derib, a participé à l'élaboration de cette aventure[2].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Série animée[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Les Schtroumpfs, Le Schtroumpfissime est le 8e épisode de la série et Schtroumpfonie en ut, le 15e.

Références[modifier | modifier le code]